eglise bergilers

  • Rencontre avec l’entrepreneur local qui a pris l’initiative de nettoyer gracieusement la toiture de l’église de Bergilers.

    IMG_6264.JPG

    Depuis ce mardi 9 juillet, un entrepreneur de l'entité de Bergilers a pris l’initiative de nettoyer gracieusement la toiture de l’église fermée depuis une vingtaine d'années. Il nous explique pourquoi...

    Vous avez pris l’initiative de ce nettoyage. Pourquoi ?

    Ma démarche s’inscrit dans une perspective de conservation du Patrimoine Monumental Local.

    L’église de Bergilers est un monument partiellement classé qui, par manque de moyen et d’ambition, est laissé à l’abandon depuis 25 ans.

    Une absence de décision et d’action revient à une décision implicite : « sa démolition inéluctable ». Je trouve cela très regrettable et ne puis m’y résoudre car, en dehors de toute considération religieuse, l’église est aussi un monument fédérateur : son clocher est un signe distinctif, le son des cloches fait partie de la vie rurale et pour le centre de Bergilers, elle fait partie d’un ensemble patrimonial important méritant d’être préservé et mis en valeur. Par cette initiative personnelle et citoyenne, j’agis donc pour la préservation du patrimoine.

    Qu’avez-vous entrepris ?

    Mon but est de préserver l’église le plus longtemps possible en l’état. En attendant qu’un projet citoyen et communal, crédible, se prépare. Cela peut prendre du temps.

     

    Les infiltrations d’eau dues aux corniches et gouttières bouchées depuis de nombreuses années devaient cesser. C’est chose faite à présent.

    D’autres éléments plus structurels devront probablement être réparés ou remplacés, mais cela dépasse les budgets de ma démarche actuelle.

    eglise bergilers

    La commune ou La fabrique d’Eglise vous ont-elles mandaté pour ce faire ?

    Mon initiative est personnelle et gratuite. J’en ai informé les autorités communales et ecclésiastiques.

    Je n’attends rien en retour, juste que ce Monument perdure dans le temps pour que l’on puisse analyser sa structure portante et la vétusté de sa toiture, et initier des projets.

     

    Avez-vous des projets pour ce Monument ?

    J’espère que mon initiative permettra d’ouvrir un débat constructif et citoyen sur le devenir de ce bâtiment.

    Suiveur attentif de la politique locale sans y être impliqué, j’ai déjà entendu beaucoup d’idées que je considère comme « irréalistes » par le pragmatisme du manque de moyen.

    Même s’il est vrai que des travaux devront être entrepris pour la toiture, l’isolation, l’électricité… je souhaite que l’on oublie définitivement la formule de la « table rase ».

    Je pense que d’autres voies sont possibles pour préserver l’église et l’utiliser, ne fut-ce qu’en période estivale, en dehors des besoins de chauffage.

     

    IMG_6247.JPG

    Des bruits courent qu’une désacralisation serait possible… en savez-vous plus ?

    Une demande de désacralisation est, de fait, relativement facile à introduire. Je ne comprendrais pas qu’une telle décision puisse se prendre sans projet concret. Son statut toujours « sacré » préserve l’église de tout projet irréaliste ou immobilier.

    Il n’y a, à mon sens aucune urgence d’agir de la sorte. Les choses doivent se faire dans un certain ordre : 1) préserver le bâtiment – 2) analyser les projets – 3) trouver leur financement – 4) proposer ou non une désacralisation.

    Je pense par ailleurs que l’évêché liégeois est assez ouvert pour un usage « communautaire et pour le bien commun » de ses églises sans passer par la désacralisation : envisager l’Eglise comme lieu convivial et citoyen est une belle manière de réinscrire l’église dans le village et dans la société. C’est une question de qualité de projet et de réaffectation. Car après la démolition ou sa désacralisation, il sera trop tard !

    Qu’allez-vous faire maintenant ?

    En collaboration avec le CLAP, lors de la Bénédiction de la St Christophe fin juillet, nous distribuerons un formulaire d’appel à idées, aides, crowfunding… afin d’évaluer si je suis le seul à vouloir préserver cette église ou si d’autres souhaitent se joindre à moi au sein d’une asbl qui sera créée.

    Donnons un peu de temps au temps. Pour le moment, l’église est temporairement préservée et ses corniches seront entretenues le plus longtemps possible, le temps qu’un projet se construise.

  • Vers une désacralisation de l'Eglise de Bergilers? L’évêché doit marquer son accord et l’église pourrait avoir une nouvelle vie.

    eglise bergilers,désacralisation bergilers

    Alors qu’un mur de l’église de Bergilers doit être réparé, le conseil communal d’Oreye a évoqué la désacralisation du bâtiment fermé par sécurité depuis 1994. L’évêché doit marquer son accord et l’église pourrait avoir une nouvelle vie.

    L’accès à l’église de Bergilers est interdit depuis plusieurs années. Le bâtiment sacré fermé, les messes n’y sont plus célébrées : «Le mur qui sépare l’église d’une habitation voisine est abîmé et un ingénieur va être nommé afin d’évaluer les réparations», explique la bourgmestre d’Oreye. C’est donc sur base de la réparation d’un mur que la discussion a commencé au sein du Conseil communal. «En raison des risques en matière de sécurité, notamment par rapport à la toiture, mon prédécesseur avait décidé de la fermeture du bâtiment. À plusieurs reprises, les réparations de l’édifice ont figuré au plan triennal, mais sans jamais que le dossier ne soit retenu. Dès lors, pourquoi pas donner une autre affectation à cette église, mais il faut d’abord que le bâtiment soit désacralisé et la commune n’a entamé aucune démarche en ce sens. Avant d’évoquer une éventuelle nouvelle fonction à cette église, il faut que l’évêché se prononce quant à la désacralisation de ce lieu dédié au culte».

    Plusieurs reconversions peuvent être envisagées, puisqu’un centre culturel ou une salle polyvalente ont été évoqués. Les élus orétois se sont interrogés sur la question de la désacralisation de ce bâtiment, par ailleurs propriété communale. D’après la fabrique d’église, les démarches vers une désacralisation ont été entamées il y a au moins trois ans et ses responsables attendent une décision de l’évêché. « Cette église est en effet fermée pour des raisons de sécurité et ce problème demeure endémique concernant Bergilers. Comme il reste une chapelle, il n’est pas question de désacralisation, mais plutôt de désaffectation. À l’heure actuelle, je n’ai pas d’informations relatives à ce dossier », indique le prêtre en charge de ces dossiers à l’évêché de Liège.