Coronavirus

  • La phase 3 du déconfinement débutera bien le lundi 8 juin. Voici les détails et le calendrier.

    La phase 3 du déconfinement débutera bien lundi prochain, le 8 juin, et cela soulagera les secteurs Horeca, de la culture ou encore touristique. Autre bonne nouvelle : on pourra élargir sa « bulle personnelle » à dix personnes chaque semaine (qui ne devront pas être les mêmes). Cette nouvelle étape vers un retour à une vie aussi normale que possible suscite malgré tout bien des questions et quelques mécontentements. Mais comme le rappelle la Première ministre, Sophie Wilmès (MR), on n’en a pas fini avec le virus et ces assouplissements ne suspendent pas les mesures de sécurité et d’hygiène indispensables : les six règles d’or

    vg.JPG

    Capture.JPG

    Capture2.JPG

    Capture3.JPG4.JPG

    Un clic sur chaque image pour agrandir

  • Animaux: les salons de toilettage ouverts dès lundi

    Capture.JPGLes salons de toilettage rouvriront leurs portes à partir du 11 mai, une décision du Conseil de sécurité confirmée par le cabinet de la ministre de l’Emploi, de l’Économie et des Consommateurs Nathalie Muylle (CD&V) et saluée jeudi par l’association de défense des droits des animaux Gaia.
     
    Ces dernières semaines, Gaia a reçu des dizaines de plaintes. Non seulement de la part de professionnels inquiets pour les animaux dont ils s’occupent, mais également de la part de nombreux propriétaires concernés. « Si la fermeture avait été prolongée, elle aurait entraîné de graves problèmes de santé pour de nombreux animaux », déclare la directrice de l’association. En effet, en l’absence de soins appropriés, les animaux peuvent être confrontés à de nombreux problèmes souvent douloureux : ongles incarnés, pyodermite, affections cutanées, pelage d’hiver qui se détache et s’emmêle dans les poils plus longs, etc.

  • Depuis ce lundi, 2.500 masques ont été distribués à Oreye.

    Capture.JPGLa distribution des masques réutilisables a débuté ce lundi à Oreye. La commune de 3.909 habitants a déjà distribué 2.500 masques de la commande des Élus de Huy-Waremme. Le reste arrive vendredi et sera livré samedi matin.

    Le personnel administratif s’est chargé de la mise sous enveloppe et ce sont les échevins, les conseillers et quelques citoyens qui se chargent de la livraison dans les boîtes aux lettres.
     
    Succès des masques artisanaux
    En plus des masques de la Conférence des Élus, la commune d’Oreye proposait 500 masques artisanaux réalisés par le « club patchwork » (couturiers qui assemblent des tissus de couleurs différentes). « Ces masques ont été réservés et seront distribués jeudi et samedi, » explique le bourgmestre Jean-Marc Daerden. « Pendant 4 jours, 5 membres du club ont travaillé du matin au soir. Ils ont été victimes de leur succès puisqu’on a reçu 1.000 commandes. J’ai dû trouver des masques en tissu auprès d’une société de Tournai.»
     
    Les couturiers ont aussi conçu une centaine de masques pour enfants, qui devraient être complétés par les 390 de la conférence des Élus qui arriveront fin mai.
     
    Certaines communes ont pris un peu d’avance pour la distribution, telle que Lincent, Amay, Remicourt, Crisnée ou encore Fexhe-le-Haut-Clocher, où la distribution a commencé lors des premiers jours de mai. Dans les villes de Huy et Hannut, la distribution démarrait mardi. Ce mercredi, c’est Verlaine qui s’y met. D’ici le lundi 11 mai, chaque commune devrait avoir fait sa première distribution.
  • Les 31 communes de Huy-Waremme, points relais des couturières du CHU. Dès le 30 avril, on y distribuera des kits de fabrication de blouses.

    Capture.JPGAfin de se prémunir contre une éventuelle pénurie de blouses de protection, le CHU de Liège avait lancé un appel aux couturières bénévoles, afin qu’elles assemblent des champs opératoires prédécoupés. Ces kits sont distribués dans toute la province de Liège et les communes de l’arrondissement Huy-Waremme ont accepté d’être des points relais.  
    Le CHU de Liège consomme en moyenne 1.000 blouses de protection jetables par... jour. « Il y a trois semaines, nous avons reçu notre dernière livraison mais, désormais, nous ne sommes plus sûrs d’en obtenir en suffisance car l’Amérique achète beaucoup de blouses. Deux de nos logisticiennes, Anne et Charline, ont alors eu l’idée de faire fabriquer des blouses à partir de champs opératoires », introduit Louis Maraite, directeur de la communication du CHU de Liège.
    Ces tissus synthétiques stériles, à usage unique, sont d’ordinaire utilisés dans les blocs opératoires. Assemblés en blouses, ils offrent à présent une autre application de protection « dont la qualité a été approuvée à l’issue de tests », précise Louis Maraite. « Nous avons fait le choix de proposer des kits avec des pièces prédécoupées. » Les tissus ont été préparés par des ateliers de découpe.
     
    57.000 blouses à coudre
    Afin d’abattre l’immense tâche que représente ce travail d’assemblage, le CHU a lancé un appel aux couturières bénévoles, via l’opération « Coudre contre le Covid ». Il a été entendu. « Nous avons reçu 3.350 propositions d’aide ! En ne retenant que les couturières de la province, nous arrivons à 2.558. Cela représente un potentiel de fabrication de 57.000 blouses ! », comptabilise Louis Maraite. Donc 57.000 kits, à préparer et à faire parvenir à bon port. « Pour le moment, 15.000 kits sont prêts. »
     
    Afin de livrer les couturières du centre-ville liégeois, le CHU organise des livraisons à vélo. Pour les couturières âgées sans moyen de locomotion, un club de motards s’est proposé de leur apporter les kits. Pour toutes les autres, des points relais ont été mis en place. Et le CHU a lancé un appel à toutes les administrations communales de la province de Liège.
     
    Ainsi, à Huy-Waremme, les 31 communes qui forment la Conférence des Elus Meuse-Condroz-Hesbaye ont accepté de servir de points relais au retrait des kits et à la réception des blouses confectionnées. Concrètement, les administrations qui comptent des couturières bénévoles sur leur territoire (il y en a quelque 350 inscrites!) ouvriront pendant une matinée par semaine (probablement le jeudi). « Cela commencera à partir du 30 avril, et durera tout le mois de mai ».
     
    Signalons que cette chaîne de solidarité pour le CHU peut bénéficier à tous les hôpitaux du réseau qui en font la demande, sans conditions (le CHRH et le Bois de l’Abbaye de Waremme par exemple). Le réseau CHC, comme Notre-Dame, peut également se joindre à l’initiative, à condition de fournir la matière première.

  • 200.000 masques pour les habitants de Huy-Waremme. Ils seront offerts à la population fin avril ou début mai.

    Capture.JPGDans l’arrondissement Huy-Waremme, les 31 villes et communes sont regroupées afin d’affronter la crise sanitaire. Une commande de 200.000 masques en tissu a été passée à la société waremmienne J&Joy afin de permettre d’en offrir un à chaque habitant de l’arrondissement. Ils devraient être mis à disposition entre fin avril et début mai.  
    « Cet achat de masques en coton est une initiative supracommunale, un effort de près de 400.000 euros qui s’inscrit dans une stratégie globale de (dé)confinement », précise Christophe Collignon, le président de la Conférence des élus. Les masques ont été commandés via la société waremienne J & Joy et devraient être fabriqués au Portugal. Les modalités de distribution seront organisées par les différentes communes. « À Huy, nous organiserons une distribution sur base des compositions de ménages. Nous n’organiserons pas une distribution centralisée, mais les modalités de la procédure doivent encore être finalisées » a encore précisé Christophe Collignon.
     
    L’organisme supracommunal avait déjà, au mois de mars, conclut un achat groupé de masques de type KN95, des protections répondant aux besoins d’une série de professionnels de la santé, de l’aide et de la sécurité publique, pour un investissement collectif de quelques 80.000 euros. Une seconde cargaison de 20.000 masques, identiques, est attendue dans les prochains jours.
     
    Parmi d’autres mesures annoncées jeudi par la Conférence des élus de Huy-Waremme, un groupe de travail sera chargé de définir une série de dispositions, de projets permettant de soutenir les citoyens, les travailleurs, les entreprises et associations du bassin de vie de Huy-Waremme. Les bourgmestres demandent instamment aux intercommunales chargées de la gestion des recyparcs de déterminer une formule qui en permette la réouverture, même partielle, dans des délais brefs.
     
    Ils ont aussi décidé de ne pas se doter de sanctions administratives communales (SAC) concernant les infractions aux mesures gouvernementales. Ce sont donc les sanctions pénales qui restent d’application. Quant aux manifestations publiques, dont les kermesses et autres festivités de quartiers, elles ne pourront avoir lieu dans l’arrondissement de Huy-Waremme jusqu’au 30 juin 2020.

  • Coronavirus: voici le nombre de cas détectés dans chaque commune.

    La Belgique compte mardi 2.035 décès liés à une contamination au nouveau coronavirus, ont indiqué le SPF Santé publique et le Centre de crise lors de leur bulletin quotidien. Il s’agit d’une forte augmentation de 403 morts supplémentaires, qui s’explique par la notification de 241 décès dans des maisons de repos en Flandre survenus entre le 1er et le 4 avril.

    Vous pouvez retrouver dans les cartes et les tableaux ci-dessous combien de personnes ont été testées positives dans votre commune depuis le début de l’épidémie en Belgique, jusqu’à ce jour.

    Un clic sur ce lien pour découvrir le nombre dans chaque commune.

     

  • Un supermarché privatisé pour les seniors à Oreye suite au coronavirus.

    Ce week-end a entre autres été marqué par ces images hallucinantes de supermarchés vidés et de caddies remplis de pâtes et de papier toilette… Dès l’annonce des mesures de confinement, des gens se sont en effet rués dans les supermarchés, créant de véritables foules… tout le contraire des mesures d’écartement préconisées par les autorités !

    Alors pour limiter les contacts des seniors (les personnes les plus fragilisées dans cette épidémie de coronavirus) avec un grand nombre de personnes, des supermarchés de la région ont décidé d’adapter leurs horaires. Ainsi, au Carrefour Market d’Oreye, des horaires spéciaux pour les seniors ont été installés.

    Les seniors peuvent venir du mardi au samedi de 8h à 9h, et le lundi de 10h30 à 12h. « Dans ces conditions exceptionnelles, tout le monde doit y mettre du sien. On commence de toute façon à 7h : le personnel est là pour les cuissons, les rayons… On ouvre alors une caisse et les seniors peuvent faire leurs courses », indique Alain Cloesen, gérant du Carrefour Market d’Oreye.

    Mais bien sûr, il est difficile de vérifier si une personne a bien plus de 65 ans… « On compte sur le civisme des gens. On est dans un village », indique le gérant.

    La gestion des stocks est également un véritable défi pour les supermarchés, qui ont dû faire face à un taux d’affluence inouï. « On a été dévalisé ce week-end. Surtout pour les papiers WC et les pâtes ! On a été assez surpris. Ce lundi matin, nous n’avons plus de papier WC par exemple. Mais les gens n’ont pas à s’inquiéter ! On réapprovisionne. Il y aura toujours de tout… », rassure Alain Cloesen.

    Il rappelle également que les consignes de sécurité sont renforcées (lavage des mains, distances…).