Finances - Page 2

  • Un projet de loi pour supprimer les 1 et 2 cents en Belgique ! Les explications ici...

    Capturer2.JPGAprès dix ans de discussions, la Belgique va donc suivre la voie de la Finlande et des Pays-Bas : elle va « supprimer » à sa manière les deux plus petites pièces en usage dans l’Eurogroupe.

    La règle de l’arrondi

    Comme en Finlande et en Hollande, où la « suppression » a été instituée en 2002 et 2004, c’est la règle de l’arrondi (tolérée par l’Eurogroupe) qui prévaudra chez nous.

    Capturer.JPGPour faire bref, on arrondit le montant de manière symétrique aux 5 cents les plus proches, de manière à ne plus utiliser les pièces de 1 ou 2 cents : si votre facture se termine par 0.01, 0.02, 0.06 ou 0.07 euros, vous payerez 1 ou 2 cents de moins (arrondi inférieur). Par contre, si elle se termine à 0.03, 0.0.4, 0.08 ou 0.09 euros, vous payerez 1 ou deux cents en plus.

    Pour éviter que la règle de l’arrondi n’engendre des prix à la hausse, le ministre Vande Lanotte a exigé que l’arrondi ne se fasse pas sur chaque produit mais seulement sur le montant total lors du passage à la caisse. Un exemple : j’achète un produit à 1.08 euros et un autre à 2.09 euros. Pas question pour le commerçant de modifier ses prix pour les arrondir à 1.10 et à 2.10 euros et de profiter ainsi d’une augmentation subite de 3 cents. Il devra maintenir ses prix de base. Votre addition s’élèvera donc à 3.17 euros comme par le passé et, dans ce cas précis, l’arrondi se fera… à la baisse et vous ne payerez que 3.15 euros. Notez évidemment qu’avec des produits coûtant respectivement 1.06 et 1.07 euros, l’arrondi final sera à la hausse : il vous en coûtera 2.15 euros au lieu de 2.13 initiaux, soit 2 cents de plus. (La meuse.be)

  • Tour d’horizon des nouveautés pour 2014 en Belgique !

    Tour d’horizon des nouveautés pour 2014 : Titres-services, TVA, allocations familiales… Les changements seront nombreux dans une kyrielle de domaines !

     

    argent.jpgSachez déjà que les changements seront nombreux pour votre portefeuille, cette année. Et plus souvent en mal qu’en bien. C’est d’abord le cas pour les titres-services. Dès le 1er janvier, leur coût brut passera de 8,50 à 9 euros pour les 400 premiers achetés, puis à 10 euros pour les suivants. En net, après la déduction fiscale de 30 %, cela passe donc de 5,95 à 6,3 euros, voire à 7 euros si vous dépassez le plafond. Plus aucun ménage ne pourra en outre acheter plus de 1.000 titres par an ni plus de 500 par membre de la famille. Et ceux encore achetés en 2013resteront valables jusqu’au 30 avril, pas au-delà.

     

    Les règles de la TVA vont aussi subir des modifications. Elle sera désormais appliquée, dès janvier, sur les honoraires des avocats. Cela ne se répercutera pas seulement sur vous en cas de procès. Cela va aussi faire partir les tarifs à la hausse pour une série d’assurances en protection juridique.

     

    finances,tec,stib,allocation famillales,oreye,blog oreye,immatriculation,divPar ailleurs, la TVA sur l’électricité sera ramenée de 21 à 6% en avril, juste avant les élections. Mais on ne sait pas encore comment elle sera répercutée sur la facture des ménages : directement, ou lors du nouveau calcul de la provision en cours ?…

     

    Qui plus est, la mesure entraînera un retardement de juin à décembre de l’indexation des salaires. Ceux-ci resteront par ailleurs gelés, hors index et hausses barémiques.

     

    TRANSPORTS EN COMMUN : Toujours en janvier mais exclusivement en Wallonie, les droits d’enregistrement vont être modifiés pour les logements modestes. Cela concerne ceux dont le revenu cadastral est inférieur à 745 euros, soit 55 % des habitations actuelles. Dans les zones à forte pression immobilière, le taux réduit de 6% sera limité à une tranche plus limitée (160.000 euros au lieu de 200.000 actuellement). Ailleurs, ce taux dérogatoire aux 12,5% habituels ne s’appliquera plus que jusqu’à 151.000 euros, aulieu de 191.000. Le prix moyen d’une habitation modeste augmentera de la sorte de 2.600 ou 2.665 euros, selon la zone du bien concerné.

     

    Toujours en Wallonie, le prix moyen du trajet en bus du Tec subira une hausse de 1,59 % en février. Le prix du billet « Horizon » (à partir de trois zones) passera de 2,90 à 3 euros et les abonnements augmenteront de 10, bus.jpg12 ou 15 euros en fonction des zones. La SNCB en fera de même à raison de 1,44 % en moyenne, mais avec des disparités. Le billet ordinaire augmentera par exemple de 2,48 % et l’abonnement de 1,20 %, contre 1 euro pour le Go Pass (51 euros). Au rayon des bonnes nouvelles, le salaire minimum sera revu à la hausse, dès ce début d’année. Les intéressés y gagneront 10 euros net par mois, ce qui est toujours bon à prendre.

     

    finances,tec,stib,allocation famillales,oreye,blog oreye,immatriculation,divEt en soins de santé, près de 500.000 Belges parmi les plus défavorisés paieront moins cher leur visite chez le médecin. La carte SIS commencera de son côté à disparaître au profit de la seule carte d’identité, sans changement de coût à la clé.

     

    Par contre, dès janvier, le bonus pension pour ceux qui travaillent jusqu’à 65 ans sera revu, avec une perte moyenne de 78 euros mensuels sur la pension légale.

     

    Les allocations familiales des indépendants seront pour leur part enfin complètement alignées sur celles des salariés à partir de juillet. Cela concerne 207.000 enfants, qui donneront droit à un bonus mensuel de 6,28 euros par rapport à la situation actuelle.

     

    tabac.jpgLes accises sur le tabac augmenteront également. Ce sera de 8% au 1er janvier. En pratique, les fabricants décideront s’ils répercuteront entièrement ou non sur les consommateurs les 10 cents que cela représente sur un paquet de cigarettes classique.

     

    Au registre des choses plus techniques mais très pratiques, l’immatriculation des véhicules devra désormais se faire exclusivement via Internet, ce qui est déjà le cas d’environ 80 % d’entre elles. Votre plaque vous est ensuite promise dans les 24 heures, mais sans conséquences financières. Autre nouveauté automobile en janvier : le montant maximum des paiements en liquide pour l’achat ou la réparation d’un véhicule passera de 5.000 à 3.000 euros.

     

    1009467-Drapeau_de_la_Belgique.jpgEt on vous épargnera bien entendu la réforme de l’État et toutes les matières qui seront transférées dès juillet aux Régions et Communautés. Allocations familiales, titres-services, remise au travail des chômeurs… Autant de domaines où, là aussi, des modifications concrètes sont à attendre, même si elles ne sont pas encore annoncées.

     

  • C'est le paradis fiscal à Oreye... et l’enfer à Huy !

    paradis fiscal à Oreye.JPGIncroyable : depuis 1990, le taux d’imposition excessivement bas d’Oreye n’a jamais été modifié. L’impôt sur les personnes physiques est toujours de 6% et les centimes additionnels au précompte immobilier restent maintenus à 1.900. Le paradis comparé à Huy et son précompte immobilier (3100) le plus élevé … de Belgique !

     

    Nous avons pu nous procurer l’évolution de la fiscalité communale sur ces 23 dernières années. En 1990, constate-t-on, dix communes de Huy-Waremme (sur 31) taxaient à 6% le revenu des travailleurs (impôt sur les personnes physiques). En 2013, il n’en reste plus qu’une : Oreye qui en 23 ans n’a jamais modifié d’un cent sa fiscalité. Incroyable ! Même les centimes additionnels sont restés fixés à leur taux de 1990, soit à 1900 alors que la moyenne régionale est aujourd’hui de 2.518 ! «Si nous avons pu maintenir ces taux, c’est en grande partie grâce aux rentrées de l’usine Bénéo Orafti qui nous rapportent 700 à 800.000 euros par an », reconnaît la bourgmestre Isabelle Albert.

     

    Sur un budget de 3,5 millions d’euros, plutôt appréciable. Avec un revenu moyen de 29.000 euros/an/habitant (chiffres Dexia 2011), Oreye n’a pas non plus à se plaindre. «C’est vrai que si nous avons pas mal de logements sociaux, nous avons aussi beaucoup d’habitants qui gagnent bien leur  vie », admet la bourgmestre. En 2014, ce taux devrait rester inchangé. «Avec toutes les nouvelles charges qui nous incombent, nous devrons sans doute un jour l’augmenter mais nous allons essayer de tenir encore cette législature », promet-elle.

     

    « FAIRE BANQUER LA CENTRALE »

    En analysant encore l’évolution des taxes, on se dit que d’ici 2018, mieux vaut donc vivre à Oreye qu’à Huy. Depuis 20 ans, les biens immobiliers des Hutois sont taxés au plus fort. En 1990, les centimes additionnels au précompte immobilier s’élevaient à 2.650, ce qui frappait déjà durement le portefeuille des citoyens. Bien plus que celui de tous les autres habitants de Huy-Waremme. En 2013, le taux est de 3100, soit le plus élevé de Belgique.

  • La hache de « guerre scolaire » déterrée lors du dernier conseil communal orétois !

    L’opposition orétoise dénonce le coût trop élevé de l’enseignement pour le budget communal. Elle met aussi en avant les différences très élevées entre le communal et le libre. Selon le conseiller Bernard de Sart, un élève de l’école d’Oreye coûte au contribuable orétois environ 1430 euros par an. Un élève de l’école de Lens-sur-Geer environ 500 euros par an. Ambiance !

     

    école oreye.JPGLors du dernier conseil communal orétois, il y avait des parfums de guerre scolaire. En effet, le groupe d’opposition Osez a présenté des chiffres sur les coûts des deux écoles de l’entité, l’école communale d’Oreye et l’école libre de Lens-sur-Geer. Selon Bernard de Sart, un élève de l’école d’Oreye coûte au contribuable orétois environ 1430 euros par an. Un élève de l’école de Lens-sur-Geer environ 500 euros par an. Ce qui a suscité beaucoup de débats. « Cela a été houleux, mais ce n’était pas mon but. Je voulais juste interpeller sur le fait que l’enseignement communal coûte cher à Oreye », précise le chef de l’opposition. Isabelle Albert a une vision radicalement différente des choses. « Cela fait un petit temps que je remarque qu’ils commencent à politiser tout ce qui touche à l’enseignement. Pourtant c’est clair. La commune d’Oreye est le pouvoir organisateur (PO) de l’école communale et l’école de Lens-sur-Geer a son propre PO. Ils disent que les élèves des deux écoles ne sont pas traités de manière égale mais ça n’a rien avoir. Ce sont des amalgames. Ils déterrent la hache de « guerre scolaire » qui n’est pas du tout liée à notre niveau de pouvoir ».

     

    Au-delà de cette différence de traitement, le groupe Osez voulait aussi mettre en avant le coût global de l’enseignement à Oreye. « Cela coûte environ 90 euros par an par habitant. Or, dans une enquête de Belfius, la moyenne des dépenses pour l’enseignement dans des communes de moins de 10.000 habitants s’élève à plus ou moins 30 euros. Ma question est de savoir si on continue dans ce sens-là ou si on doit devenir raisonnable au niveau des dépenses communales ?», explique Bernard de Sart. La bourgmestre n’était pas en mesure de confirmer ou d’infirmer les chiffres de l’opposition mais précise que « notre priorité est d’investir dans l’enseignement communal, peut-être plus que par rapport aux autres communes ».

     

    En outre, une nouvelle pièce est venue s’ajouter à ce puzzle. En effet, le budget extraordinaire prévoit un investissement de 300.000 euros pour quatre nouvelles classes en préfrabriqué, un peu sur le modèle de ce qui s’est fait à Verlaine. Le délai ? « Le plus rapidement possible. L’objectif c’est pour la rentrée prochaine, c’est super optimiste mais on y croit », dit Isabelle Albert. Ces classes prendraient place dans la cour de l’école située entre le hall et le bâtiment de l’école.

  • Bonne nouvelle, les taxes n'augmenteront pas en 2014 à Oreye !

    Capturer.JPGBonne nouvelle pour les Orétois ! Le conseil communal a voté mardi soir les taxes pour l’année à venir, et il n’y a quasiment pas d’augmentation à noter. L’IPP est toujours fixé à 6 %, alors que les centimes additionnels au précompte immobiliser s’élèvent encore à 1900. La seule augmentation concerne les différentes taxes sur les poubelles. Les montants sont majorés de 2 à 3 euros en fonction de la composition du ménage. Une discussion a également eu lieu concernant la taxe sur les « serveuses occupées dans les débits de boisson », autrement dit les prostituées. Les 5 bars situés sur la commune rapportent 9000 euros à la commune.  Pour l’an prochain, les autorités communales travailleront pour voir si de nouvelles modalités sont possibles, par exemple ne plus taxer par serveuse mais par bar ou par mètre carré de vitrine.

    La séance a aussi été l’occasion de présenter de nouveaux projets au niveau du logement. « En collaboration avec le home waremmien, on va construire quatre nouvelles maisons au Clos Marchal. Il y en aura deux de deux chambres et deux de trois chambres », précise la bourgmestre orétoise. Ces logements prendront place derrière la plaine de jeu du Clos Marchal. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’existe pas de statistiques parfaitement claires sur le nombre de demandes de logements sur la commune. « J’ai demandé au home waremmien, mais il ne savait pas. On a reçu une circulaire du ministre Nollet qui nous disait qu’il y avait 17 demandes. Je ne sais pas sur quoi ce chiffre est basé, mais ça me semble peu par rapport aux demandes qui nous sont adressées », explique Isabelle Albert.

  • « Ce sont des finances aux couleurs flamboyantes. Oreye bénéficie d’un boni énorme, vous êtes assis sur un trésor »,

    finance.jpgAu dernier conseil communal orétois, le receveur régional, José Istaz, est venu présenter les comptes de la commune. « Ce sont des finances auxcouleurs flamboyantes. Oreye bénéficied’un boni énorme, vousêtes assis sur un trésor », a-t-il déclaré. Il est vrai qu’avec un résultat budgétaire à l’ordinaire (ce que la commune dispose comme réserve effective) de 3.162.939 euros, Oreye a encore de quoi largement voir venir.

     

    Néanmoins, il a quand même attiré l’attention sur le fait que l’an dernier la commune a eu plus de dépenses que de recettes. Ensuite, il a analysé les postes qui ont le plus changé par rapport au précédent exercice. C’est ainsi que les dépenses au niveau du personnel ont augmenté de 164.000 euros et celles de fonctionnement de 149.000 euros. En outre, le receveur régional a pointé du doigt le coût que représente la crèche communale. En effet, celle-ci coûte 315.000 euros par an et n’en rapporte que 181.000. La création de cette infrastructure entraîne donc la perte de 134.000 euros par an. Il a aussi calculé que les parents

    payaient ensemble 65.000 euros, donc 1/5 du coût réel. Cette réalité n’avait pas l’air d’émouvoir la majorité, ni l’opposition, qui ont préféré insister sur le service rendu à la population. «On savait que la crèche serait un poids financier et on assume les conséquences », a par exemple commenté Isabelle Albert.

     

    Bernard de Sart, conseiller de l’opposition, a quand même interpellé la majorité sur les comptes. « Va-t-on revoir la gestion des dépenses au sein de la commune ? Ne doit-on pas arrêter l’hémorragie ? Est-ce qu’il y aune volonté de revoir certaines dépenses importantes ? ». Les différents échevins ont alors répliqué qu’ils avaient déjà renoncé à plusieurs projets pour ne pas trop dépenser.

     

    Néanmoins, José Istaz tenait à rassurer tout le monde. «Oreye est une commune qui peut se permettre de grignoter ses réserves, tout en conservant encore une grande marge de manœuvre ».

  • Baisse des prix de l'essence et du gasoil de chauffage... Profitez-en !

    277752068_B971008402Z.1_20130910100119_000_GOT17QKML.1-0.jpgLes prix maximum de l’essence et du gasoil de chauffage diminueront à partir de mercredi, a annoncé mardi le SPF Economie.

    Le prix maximum à la pompe pour la Super 95 sera de 1,673 euro par litre, soit une baisse de 3,2 centimes. La Super 98 pourra, quant à elle, être vendue au prix maximum de 1,729 euro par litre, soit une diminution de 3,1 centimes.

    Enfin, les personnes qui commandent plus de 2.000 litres de gasoil de chauffage payeront un maximum de 0,8794 euro par litre, soit une baisse de près d’un centime.

    Ces variations de prix résultent de la baisse des cotations des produits pétroliers sur les marchés internationaux.

  • De nombreuses primes octroyées pour les habitants de la commune d'Oreye !

    primes,commune oreye,primes communale oreyePrime de naissance:  100 euros - allocation de naissance (selon conditions). 100 euros - allocations d'adoption (selon conditions).

    Gratification des centenaires: La commune octroie une gratification de 300€ aux citoyens domicilés à Oreye, à l'occasion de leur centième anniversaire.


    Gratification pour jubilé de mariage: La commune octroie une gratification de 300 € aux couples domiciliés à Oreye à l'occasion de leur jubilé de mariage (50, 60, 70 ou 80 ans de mariage).


    Prime pour pompe à chaleur: Cette prime est octroyée à toute personne physique faisant installer une pompe à chaleur pour le chauffage dans une maison située à Oreye. Elle est accordé aux mêmes conditions que celles prévues par la Région wallonne et son montant forfaitaire est de 500€ par installation. primes,commune oreye,primes communale oreye


    Prime pour les citernes à eau de pluie: Une prime est octroyée à toute personne physique qui veut installer un système de récupération d'eau de pluie, dans une maison située sur le territoire de la commune d'Oreye. La prime est fixée au montant forfaitaire de 500€ par bien, par ménage et par installation (voir conditions).


    Prime pour l'installation d'un chauffe-eau solaire: Le Collège peut octroyer cette prime à toute personne physique ou morale s'il y a octroi préalable de la prime attribué par le Ministère de la Région wallonne. Le montant forfaitaire de la prime est de 500€ par installation.


    Prime pour les ampoules économiques: Cette subvention est accordée aux personnes physiques domiciliées dans la commune. L'immeuble dans lequel seront placées les ampoules doit être situé sur le territoire de la commune d'Oreye. la prime communale est fixée à 100% du prix d'achat des ampoules avec un maximum de 40 euros par ménage. (87 demandes en 2012)


    Prime pour les poêles et inserts: Une prime est octroyée à toute personne physique (y compris commercant ou profession indépendante) faisant installer un poêle ou insert à bois ou à granulés de bois ou céréales dans une maison unifamiliale située sur le territoire de la commune d'Oreye. La subvention est fixée à un montant forfaitaire de 200€ par bien, par ménage et par installation. (44 demandes ont été introduites en 2012)


    primes,commune oreye,primes communale oreyePrime à l'isolation: Cette prime communale d'un montant forfaitaire de 3€/m³ d'isolant placé est octroyée à toute personne physique ou morale ayant accès aux primes de la Région wallonne. Le montant forfaitaire de la prime est de 300 euros.


    Prime fûts de compostage: Depuis le 1er mai 2008, la commune d'oreye octroie une prime destinée à encourager l'utilisation de fûts à compost. Cette subvention est accordée aux personnes physiques domiciliées dans la commune. La prime est fixée à 50% du prix d'achat du fût composteur avec un maximum de 24 € par fût par ménage.

  • Quels frais professionnels peut-on déduire de ses impôts ?

    On préfère tous se faire rembourser que de devoir payer en plus. Surtout en ce qui concerne les impôts. Certains frais professionnels sont déductibles fiscalement, donc diminuent vos impôts. Lesquels ?

    Montant forfaitaire

    Même si vous ne déclarez aucun frais professionnel, vous avez droit à un avantage fiscal. A combien s’élève-t-il ? Le fisc applique un forfait pour les frais dits ‘forfaitaires’. Sur votre première tranche de revenus, cela revient à 28,7%. Cela ne veut pas dire qu’il est préférable de ne pas calculer vos frais professionnels. Car si vous les déclarez tous, vous pourriez fort bien vous trouver au-dessus du forfait.

    Pas seulement pour les indépendants

    quels finances peut on déduire de ses impôts?,finances,taxes 2012En plus des indépendants, les salariés ont aussi intérêt à les déclarer. Voici des éléments qui peuvent en faire l’objet :

    • L’entièreté du trajet domicile-lieu de travail que vous parcourez avec votre propre véhicule ;
    • Le bureau dont vous avez besoin pour exercer à domicile votre activité professionnelle : vous pouvez en déduire la valeur d’achat, l’intérêt, le précompte immobilier, l’énergie, votre consommation… ;
    • L’achat d’un PC et du matériel informatique ;
    • Du matériel de bureau, des timbres, de la formation permanente.

    Chômeurs

    Bien que les chômeurs n’aient pas droit à une déduction de frais forfaitaires, ils peuvent tout de même déduire quelques frais professionnels tels que :

    • Leur cotisation syndicale ;
    • Les frais encourus pour solliciter à la demande de l’ONEM ;
    • Les frais de déplacement liés au statut de chômeur ;
    • Les sollicitations spontanées nécessaires pour éviter la suspension du chômage.

    NB : vos frais professionnels sont à déduire directement de vos indemnités brutes. Dans votre déclaration, vous mentionnez le montant net de vos indemnités de chômage, donc après déduction des frais que avez calculés. Il n’y a en effet pas d’espace prévu sur la déclaration pour indiquer vos frais professionnels. 

  • Votre déclaration fiscale sera plus compliquée à remplir cette année

    impot.JPGLe formulaire de déclaration à l’impôt des personnes physiques, publié ce lundi au Moniteur, est un peu plus compliqué que celui de l’an dernier.

    Ce formulaire portant sur l’année de revenus 2012 reprend 61 nouveaux codes, alors que 47 ont disparu en raison de la suppression d’avantages fiscaux. Certaines déductions fiscales ont été remplacées par des réductions.

    «Les frais de garde d’enfant par exemple, étaient jusqu’à l’an dernier déductibles du revenu imposable, et l’impôt était calculé sur le plus bas revenu. Pour 2012, ces dépenses ne sont plus déductibles, mais le contribuable peut bénéficier d’une réduction fiscale», a expliqué le fiscaliste Herman De Cnijf sur la radio publique flamande.

    «En conséquence, les gens seront moins nombreux à bénéficier de certaines allocations, comme les bourses d’étude. Car celles-ci sont calculées sur base du revenu imposable, qui sera donc plus élevé».

    Les contribuables déclarant des intérêts élevés sur leurs revenus mobiliers auront plus de travail. «Ceux qui ont reçu l’an dernier plus de 20.020 euros de dividendes et d’intérêts doivent établir une distinction selon que le précompte mobilier a ou non déjà été perçu, ou que l’impôt complémentaire a ou non déjà été reversé. Cette distinction occupe presque toute une page du formulaire de déclaration».

  • La commune d'Oreye prévoit d'acheter l'ancienne Poste avec un budget de 230.000 euros

    DSC_0308.JPGLundi soir, le conseil communal d’Oreye a voté le budget pour 2013, en l’absence de l’échevin des finances et de deux des quatre conseillers de l’opposition. L’occasion de voir les grands dossiers que voudra porter la majorité. 230.000 euros ont été ainsi prévus pour l’achat de l’ancien bâtiment de la Poste, situé rue des Combattants, libre depuis le déménagement du bureau sur la Grand’Route en avril dernier.

    Mais pour quoi faire ? « Cela peut être une solution pour l’Agence Locale pour l’Emploi», précise Isabelle Albert, la bourgmestre. L’opposition, via Bernard de Sart, a réagi à cette prévision de dépense. « Ce qu’on va faire avec les bâtiments que la commune possède n’est pas très clair. A-t-on une vision claire ? On voit les frais s’accumuler mais pas ce que les bâtiments vont devenir...». En effet, la majorité a, par le passé, racheté les anciens bâtiments de la gendarmerie ainsi qu’investi dans les bâtiments situés derrière la maison communale. Dans les deux cas, leur affectation finale reste floue ayant changé en cours de route.

    L’opposition a voté contre le budget. «C’est nous demander d’acheter un chat dans un sac», a martelé Bernard de Sart. Il a également pointé le coût élevé (270 000 euros) de différentes études dans le budget. Ces dernières concernent la faisabilité de projets emblématiques, notamment la création d’une salle polyvalente et d’une zone d’activité économique pour PME.

  • La Région wallonne va hausser le prix du courant pour les particuliers et les PME

    electricite.jpgLe gouvernement wallon a pris, jeudi dernier, une décision de principe concernant la répartition des 2,5 milliards de surcharge, sur 15 ans, qui proviennent de l’octroi de «certificats verts» aux producteurs d’énergie renouvelable.

    Ce surcoût est actuellement payé par l’ensemble des consommateurs wallons et a occasionné des hausses des factures électriques oscillant entre 10 et 25%, selon l’Union wallonne des entreprises.

    Mais le gouvernement a décidé d’exonérer les entreprises d’une part de cette surcharge (de 10 à 90% en fonction de la taille des sociétés). Ce qui ne sera pas payé par les grandes entreprises le sera dès lors par les ménages et la facture des clients résidentiels va donc augmenter.

    Selon plusieurs sources, le précité «tarif de transport pour obligation...» pourrait quasiment doubler pour les PME et les clients résidentiels.

  • Gaz et électricité : « Une hausse de 10 à 15% dès janvier »

    electricite.jpg"Il y aura bien une hausse des tarifs du gaz et de l’électricité à partir de janvier, mais pas dans les proportions énoncées (à savoir 10 à 15%)". C'est ce qu'a tenu à préciser mercredi midi le secrétaire d’Etat à l’Energie Melchior Wathelet.

    Les 200 millions d’économies réalisées par les consommateurs durant la période de gel des prix ne seront pas récupérés avec effet rétroactif, a-t-il fait savoir via sa porte-parole.
    “Il est fort à parier que les fournisseurs début janvier vont répercuter la hausse des coûts d’approvisionnement”, avait indiqué le secrétaire d’Etat sur les ondes de la Première (RTBF), invité à s’exprimer sur l’annonce d’une hausse des tarifs en janvier prochain, au terme d’une période de gel des prix instaurée en avril dernier.
    Selon l’Echo, l’absence de consensus au gouvernement sur la réforme du mode de calcul des prix du gaz et de l’électricité ouvre la période à une période transitoire durant laquelle les fournisseurs seront libres d’augmenter leurs tarifs.
    “Ce qui est dit dans le quotidien c’est qu’il n’y aura plus de contrôle, à partir de janvier... c’est faux. le filet de sécurité s’applique. Les mécanismes d’indexation sont contrôlés par la CREG depuis le début de l’année 2012”, avait-il ajouté, soulignant que les clients pouvaient aussi faire jouer la concurrence.
    De plus, “la cotisation fédérale qu’on a imposée va fortement diminuer”, a-t-il ajouté.
    Melchior Wathelet a par ailleurs précisé que les tarifs de distribution qui représentent la moitié de la facture, étaient gelés jusqu’à la fin 2014, moment à partir duquel ils seront gérés par les Régions dans le cadre des transferts de compétence.

  • Mauvaise nouvelle pour les Orétois, la taxe communale sur la gestion des déchets va augmenter...

    taxes déchets oreye, oreye, finances, maniscalcoLa taxe communale sur la gestion des déchets à Oreye va augmenter. Un isolé payera 67€ au lieu de 62 actuellement. Les ménages de deux personnes payeront 112€ au lieu de 102€. Les ménages de trois personnes et plus devront débourser 156€ à la place de 142. Cette augmentation n’est pas un choix des autorités communales mais une obligation. “Intradel nous impose d’arriver à un coût-vérité (que les habitants payent exactement ce que le service coûte) pour 2013. C’est avec regret que nous sommes obligés de suivre ce coût-vérité”, relate Jean-Marie Capelle, actuel échevin des finances.

  • C’est à Oreye que la commune et la Province imposent le moins de taxes aux habitants

    taxes wallonie, taxes province de liège, taxes huy-waremme, ippUn coup d’oeil rapide sur le tableau ci-contre suffit à se rendre compte de la différence de taux d’imposition pratiqués dans les communes de l’arrondissement de Huy-Waremme. Ainsi, un couple moyen de travailleurs propriétaire d’une maison dans la région payera jusqu’à 806 euros de différence de taxes (entre Oreye et Hannut). C’est dire si la pression fiscale est différente d’une commune à l’autre, un argument que les jeunes couples qui souhaitent s’installer ont intérêt à prendre en compte.

    En fait, la taxation est inversement proportionnelle aux revenus. Logique: si on a plus de revenus, la commune peut taxer moins pour obtenir le même montant. À Lasne par exemple (Brabant wallon), commune la plus riche de Belgique (141 d’indice de richesse!), le PRI (précompte immobilier) communal ne s’élève qu’à 1.400 centimes additionnels et les taxes communales et provinciales combinées se chiffrent à 1.941euros, soit 1,5 fois de moins qu’à Hannut! À Oreye, outre un indice de richesse élevé (106), un autre facteur explique la “faible” taxation: la présence d’entreprise(s). “Le PRI de la sucrerie Orafti, ancienne raffinerie Notre-Dame, représente 20 % des recettes de la commune, soit 760.000 euros ”, souligne Jean-Marie Capelle, échevin des finances d’Oreye.

    Notons toutefois que la commune la plus “riche” de Huy-Waremme, Donceel (112 d’indice de richesse), n’est pas celle qui est la moins taxée: ses habitants paient chaque année 2.888 euros (taxes communales + provinciales). Hannut est l’une des communes, comme Faimes et Marchin, à avoir un IPP (impôt sur la personne physique) à 8,8%, soit le maximum.

    Ces trois communes forment également le trio de tête où les habitants paient le plus de taxes communales et provinciales, avec 3.017euros (Faimes, Marchin) et 3.048 euros (Hannut). À l’échelle des 262 communes wallonnes, nos villes et villages se situent entre la 12e et 223e place wallonne. Faimes se classe 212e (sur 262), ex-aequo avec Marchin, tandis que Hannut occupe la 223e place, la moins enviée de la région...

    A contrario, Oreye claironne en 12e position, avec un IPP de 6% (le plus bas de la région Huy-Waremme), 1.900 centimes additionnels de précompte immobilier et 2.242euros de taxes communales et provinciales. Bref, c’est l’entité number one de Huy-Waremme! C’est là-bas qu’on paie le moins. Viennent ensuite Lincent et Ouffet (toutes deux 62e au classement) avec 7,5 d’IPP, 2.400 centimes additionnels de PRI et 2.696 euros de taxes communales et provinciales par an. Notons que Huy est celle qui prélève le plus de centimes additionnels de PRI (3.100 contre 1.900 à Oreye par exemple).