- Page 3

  • Le nom de rue "Clos de la Solidarité" est approuvé lors du conseil Orétois

    clos de la solidarité oreye,oreye,clos marchalLors du conseil du 11 juin, les membres du conseil ont discuté d’un nouveau nom de rue pour la partie du Clos Marchal où se trouvent les 8 maisons destinées à accueillir des personnes du troisième âge ainsi que les 10 nouvelles habitations actuellement en construction. 

    Plusieurs propositions ont été faites durant de longues minutes. «Clos de la Solidarité» a été proposé par le CPAS de la commune. Le groupe MR-IC a une crainte de stigmatiser l’endroit avec ce nom de rue mais la proposition du CPAS a été finalement votée par la majorité.

  • Attention: orages et pluies violents prévus pour ce jeudi en matinée

    orage.jpgPour ce jeudi, on prévoit des orages qui pourraient être accompagnés de fortes précipitations, un peu comme celles que nous avons connues lundi.

    Ceux qui sont régulièrement inondés lors des épisodes orageux d’été, risquent de mal dormir cette nuit.

    Déjà que ce n’était pas triste lundi, les résidents de zones à risques peuvent s’attendre demain à revivre une journée dantesque, si les éléments décident d’à nouveau se déchaîner.

    Contacté hier en fin d’après midi, Luc Trullemans nous confirmait que toutes les conditions seront réunies pour la formation d’orages localement assez violents. Le météorologue de RTL-TVI situe le passage de cette zone orageuse vers midi.

    À l’IRM par contre, les prévisionnistes prévoient bien le passage d’une perturbation orageuse avec la possibilité de fortes précipitations mais dans la matinée: “Cette bande orageuse arrivera sur le pays dès le matin. Elle entrera par la côte, se déplacera vers le centre pour remonter vers le Limbourg. Comme lundi ”. Pour les météorologues de l’institut, les orages, c’est certain, les fortes précipitations, ce n’est pas encore confirmé. Mais on devrait être fixé dès aujourd’hui et l’IRM émettra dans ce cas des bulletins d’alerte.

  • Le CPAS Orétois se prépare à une éventuelle vague de chaleur auprès des personnes âgées

    soleil.jpg

    Ces dernières années ont été marquées par des vagues de très fortes chaleur dont les conséquences peuvent parfois s'avérer dramatiques pour les personnes les plus sensibles, en particulier les plus âgées d'entre nous.

    Le CPAS d'Oreye souhaite prévenir au maximum de tels risques dans la commune, c'est pourquoi un service d'appel téléphonique est mis en place pendant les périodes  de canicule d'été.

    Chaque jour de forte chaleur, les services du CPAS contacteront par téléphone les personnes d'Oreye qui s'estiment en danger durant cette période.

    Si tel est votre cas, le CPAS vous invite à faire la demande d'appel en renvoyant le talon du toutes-boîte ou en téléphonant au 019/67 77 15 avant le 8 juillet 2012.

  • Dans les coulisses des permanences sociales de la commune d'Oreye

    permanences sociales,oreye,commune oreyeVous vous interrogez ou voulez simplement interpeller la bourgmestre ou un élu concernant un problème quelconque? Les permanences sont là pour vous combler. Régulièrement, les politiques de nos communes consacrent un peu de leur temps à l’écoute de leurs citoyens. Tout le monde a bien évidemment le droit de venir... et c’est gratuit. Ici, pas de couleur politique ni de nationalité. Et aucun sujet tabou. Entre problème personnel, requête un peu spéciale voire tensions, les mayeurs/élus de la région font face à toutes les situations, même les plus inattendues.

    Nicolas Herten gère le clubhouse du tennis d’Oreye. Quand il a eu un nouveau projet en tête, il s’est tourné vers la permanence sociale de la bourgmestre. C’était la première fois quej’y allais. Mais je la connais personnellementdonc ça facilite lecontact. Je voudrais créer un terrainde pétanque à côté du clubhouse.

    Mais en quoi Isabelle Albert, la bourgmestre orétoise, peut-elle l’aider?

    Même si elle ne prendpas la décision elle-même, ellem’a donné un premier avis. Ensuite,elle essaye d’aider envoyant si c’est possible à réaliseret explique ce qu’il y à faire. Parexemple, dans mon cas, il fallaitavoir un devis avant de présenterle projet devant le collège communal. In fine, c’est ce dernier qui prend la décision mais la bourgmestre joue le rôle d’aiguilleur.

    Pour cet Orétois de 29 ans, ces permanences représentent un plus pour la commune. C’estbien, cela montre qu’elle est àl’écoute des citoyens, surtoutque c’est bientôt les élections, lance-t-il avec un grand sourire. Isabelle Albert, la bourgmestre Orétoise, nous explique sa démarche.

    J’ai instauré une permanence le premier lundi du mois car les gens demandent des rendez-vous avec le mayeur pour de nombreux problèmes. Souvent les citoyens ont juste besoin d’être écoutés. Ils sont contents que quelqu’un entende leurs problèmes et, nous, on leur explique ce qu’on peut faire ou non.Parmi les personnes qui se présententdevant elle, un certainnombre espère décrocher un emploi.

    Ils m’apportent leur CV et je l’envoie en écrivant à différents endroits en fonction de ce qu’ils recherchent. Je les transmets également à mes relais députés. Néanmoins, je ne peux faire que transmettre, pas grand-chose d’autre.

    À côté des problématiques traditionnelles liées à l’emploi et aux conflits de voisinage, certaines demandes sortent de l’ordinaire. La dernière fois, j’avais un étudiantqui réalisait un travail surles éoliennes. Il a profité de mapermanence pour me poser desquestions techniques sur le sujet.Lors de la prochaine permanence,une citoyenne va venircar elle veut s’investir pour donnerdes cours à des primo-arrivants etelle voudrait savoir comment la commune peut l’aider

  • Déviation des lignes 147 (Oreye - Waremme), 45C, 84, 45 et 83 des TEC en raison du beach-volley

    Capturer.JPG

    Depuis ce lundi 18 jusqu’au mardi 26 juin à 18h00, les autobus des lignes 45c, 84 et 147 sont déviés, dans les deux sens de circulation, entre la rue E. Vandervelde et l’avenue du Prince Régent.

    Les arrêts « Avenue Vandervelde » et « Athénée » sont reportés à un arrêt provisoire implanté à l’entrée de l’avenue E. Vandervelde.

    Les arrêts « Rue des Fabriques » et « Avenue du Prince Régent » sont reportés à un arrêt provisoire implanté dans l’avenue du Prince Régent.

    Les autobus des lignes 45, 45b, 83 et 83a ne desservent pas l’Athénée.

  • Benoît Masset est le nouveau président du club de volley d'Oreye... à 21 ans !

    benoît masset,oreye,volley oreye,club volley oreyeÀ 21 ans, Benoît Masset est un footeux (re)connu dans la région. L’Orétois, après un bref passage en D1 avec Saint-Trond, a désormais posé ses bagages à Verviers (D3). Mais il n’en oublie pas pour autant sa belle petite commune. À tel point qu’il vient de se lancer dans un nouveau projet en tant que... président du club de volley. Le Sucrier nous explique pourquoi il a accepté ce grand défi un peu fou.

    Benoît, comment devient-on président du club de volley d’Oreye à 21 ans?

    (Il sourit) Par pur hasard! En fait, mes deux soeurs évoluent dans le monde du volley orétois depuis de nombreuses années. Au terme de la défunte saison, le président Julien Cloesen a décidé de se retirer et personne ne souhaitait réellement reprendre sa fonction. Alors une de mes frangines m’a proposé le poste.

    Au départ, il s’agissait d’une boutade. Mais j’ai de suite répondu positivement. Ce qui l’a assurément surprise (rires). Elle m’a demandé d’y réfléchir très sérieusement et de réserver ma réponse définitive. Au final, elle est restée la même.

    Sans vous, le club devait arrêter?

    C’est un peu près ça. J’ai eu vent d’un projet de rapprochement avec le VBC Waremme mais cela ne plaisait pas trop à la commune. Moi, je me suis dit que ce serait trop bête de voir disparaître deux équipes (N3 et P3) de mon village. Alors, je me suis lancé. Et si je m’aventure dans un projet très vaste, je reste dans un cercle que je connais très bien puisque cela fait des années que je vais voir mes soeurs jouer au volley. C’est avant tout pour faire plaisir que je suis là; cela m’enlève un peu de pression.

    Quand entrerez-vous en fonction de manière officielle?

    Début juillet. Mais j’ai déjà commencé à travailler en coulisses. Pour trouver des sponsors, des entraîneurs, des joueuses, etc...

    Vous avez un comité autour devous?

    Oui, il a juste fallu trouver deux personnes. Une pour le poste de président et une autre pour celui de trésorier. C’est finalement ma belle-soeur qui a accepté ce rôle. Et si nous manquons logiquement d’expérience, nous compensons par une envie de bien faire omnipotente. Nous voulons que cela bouge; c’est donc plutôt positif.

    Est-ce que vous considérez qu’il s’agit d’un simple dépannage ou comptez-vous vous investir sur du long terme?

    Très bonne question, je n’en sais encore rien (rires). J’attends de voir un peu comment les choses vont évoluer. On me dit que le monde du volley est un peu lourd , qu’il n’est pas toujours évident de gérer les paramètres sportifs et humains. Si cela se passe bien, je ne vois cependant pas pourquoi j’arrêterais.

    Est-ce facile de combiner ce poste de président avec votre activité de footballeur en D3?

    C’est vrai que je vais avoir entraînement quasiment tous les jours. Mais j’ai déjà prévenu tout le monde que mon futur au niveau football passait avant tout. Si je dois lâcher une affaire, ce sera le volley.

    Quel genre de président serez-vous? Un Abbas Bayat du volley?

    (Il rigole) Absolument pas! Je veux être à l’écoute de toutes les propositions et me rendre le plus discret possible. Je reste un bénévole comme tous les autres sympathisants du club.

    Vous ne regrettez pas votre choix?

    Non, aucun regret. Même si je me suis posé quelques questions, c’est vrai. Alessandro Venica (VBC Waremme) est votre beau-frère, on imagine qu’il doit pouvoir vous aider... effectivement. Même s’il m’a pris pour un fou quand j’ai accepté le challenge (rires). Mais ses conseils sont précieux.

    Quels sont les objectifs pour la future saison?

    Réaliser 5.000de bénéfices! Non, bien sûr, je rigole. Mais il est important de conserver une balance financière positive. Si on ne tient pas compte du sportif pur, tu peux dire que tu as réussi ta saison en n’ayant aucun trou dans ta caisse à la fin. Une descente est toujours ennuyeuse mais avoir un déficit de 3.000, ça, c’est complètement catastrophique!

    Ce sera donc le maintien avant tout?

    Non, avec la P3 nous souhaitons jouer le haut du tableau. Et avec la N3... aussi (rires). Le top 5 en tout cas. Notre nouvel entraîneur, Gregory Jacquemin, ne vous le dira pas mais je sais qu’il est ambitieux. C’est un passionné et il s’y connaît; je suis certain qu’il fera du bon boulot.

  • C'est la fête à l'école de musique Orétoise !

    musique Oreye.jpg

    (Un clic pour agrandir)

  • Des chèques électroniques pour payer ses courses au Carrefour Market d'Oreye

    chèque électroniques,oreye,carrefour market oreyeDepuis 7 mois, les premiers chèques-repas électroniques ont fait leur apparition en Belgique. Le bon vieux papier commence à être abandonné progressivement. Pourtant de nombreux commerces ne sont pas encore équipés pour accueillir le nouveau concept. Plus rapide, plus pratique, plus sûre,… la formule a déjà séduit le magasin Carrefour Market d’Oreye qui l’utilise depuis quelques mois.

    Après moult hésitations et reports, la nouvelle version des chèques-repas est apparue en décembre 2011. En vue de se moderniser, la décision a été prise de remplacer le traditionnel papier par une carte à puce ressemblant à une carte bancaire. Après quelques mois d’existence, le raz-de-marée espéré n’a pas encore eu lieu. Que ce soit du côté des clients ou des magasins, le changement ne s’est pas encore matérialisé. Même si l’infrastructure se met en place dans de plus en plus de commerces.

    « Pour notre magasin, cela constituait un plus. Si les clients possèdent leurs chèques-repas sous forme électronique et qu’on ne les accepte pas, ils iront tout simplement faire leurs courses ailleurs. Donc il valait mieux posséder l’infrastructure » explique de manière très pragmatique Catherine Little, secrétaire au Carrefour Market d’Oreye. Toutefois, l’argument commercial doit être placé aux côtés de nombreuses autres considérations. « Le nouveau système nous permet d’être remboursé beaucoup plus rapidement. Avant il fallait attendre qu’on ait un certain montant pour renvoyer les chèques par la poste, puis attendre pour être remboursé. Avec la carte, la procédure est beaucoup plus rapide » poursuit l’Orétoise . La jeune femme continue. « Aussi avant on préférait vérifier le montant exact des chèques en les comptant manuellement. Il y a également moins de risque de triche. Avant certains magasins, mais pas le nôtre, acceptaient les chèques-repas même pour du non-alimentaire. Avec la carte électronique, ce n’est plus possible ».

    Néanmoins, Capturer2.JPGce nouveau système représente un coût certain pour les commerçants. « En effet même si on utilise les terminaux bancaires déjà existants, on a dû activer une fonctionnalité et payer pour celle-ci. En plus de cela, il existe des frais mensuels ainsi que des frais de transaction. On avait le choix entre un montant forfaitaire ou un pourcentage de la transaction. On a préféré prendre le forfait puisque dans notre magasin les gens font souvent leurs grosses courses ».

    Alors que les chèques-repas électroniques sont acceptés depuis les vacances de Pâques dans le magasin orétois, les clients ne sont pas encore très nombreux à les utiliser. « Au début on en avait très peu mais maintenant je dirais environ un par jour » confie Catherline Little.

  • Services de garde de ce week-end

    Valable pour les habitants de: AWANS - FEXHE - DONCEEL - REMICOURT - OREYE - CRISNEE - OTHEE - VILLERS L'EVEQUE - XHENDREMAEL

    4174458801.pngPharmacie de garde: 0900/10.500

    Ambulance et pompiers: 100 (ou 112)

    Médecin de garde: 019/54 48 40

    Police: 101 (ou 112)

    Ecoute-Enfants: 103

    Croix-Rouge: 105

    Vétérinaire de garde: 019/33.15.33