Dès janvier 2021: une sonnette défectueuse ? Le facteur laissera une carte.

Capture.JPGAvec le rush actuel, certains ont l’impression que le facteur ne prend parfois plus le temps de sonner pour délivrer son colis et préfère repartir en laissant une carte avertissant de son passage. Interpellée à la Chambre, Petra De Sutter, la ministre fédérale en charge de bpost, a rappelé que « la consigne est pourtant de commencer par sonner à la porte ».
« Nous n’enregistrons pas une explosion de plaintes à ce sujet. Nous sommes dans le taux habituel qui très faible au vu du nombre de paquets », précise Fanny Charpentier, porte-parole de bpost. Une fois l’effervescence actuelle retombée, bpost va mener une campagne d’information auprès de ses facteurs pour leur rappeler les règles mais aussi auprès des Belges pour faciliter la réception des envois.
« L’agent n’est pas forcément de mauvaise foi. La sonnette ne fonctionne pas toujours ou il n’y a pas de nom dessus alors que plusieurs personnes habitent dans l’immeuble », précise Fanny Charpentier. Face à ces situations, bpost est en train d’imprimer de petites cartes signalant les problèmes rencontrés au moment de la livraison. Ces cartes commenceront à être utilisées dans le courant du mois de janvier.
 
Mettre son nom
Pour rappel, la loi impose que le numéro de maison soit visible depuis l’endroit où se trouve la boîte aux lettres. Si ce n’est pas le cas, la boîte doit aussi afficher le numéro.
« Même si ce n’est pas obligatoire, il est vivement conseillé d’indiquer le nom de tous les habitants sur la boîte aux lettres », préconise Fanny Charpentier, rappelant que l’on peut indiquer, sur le site de bpost, ses préférences pour laisser le colis sur place en cas d’absence, par exemple en le confiant à un voisin.
« Quoi qu’il en soit, lorsque nous avons une plainte de ce type, nous avons toujours un contact avec le facteur concerné pour comprendre ce qui s’est passé et le cas échéant rappeler les règles. Nous sommes bien conscients qu’il est encore possible de s’améliorer », conclut notre interlocutrice.

Commentaires