• Le radar fixe de la Grand'Route à Oreye est hors d'usage suite à un accident de la circulation.

    87760881_818369815329190_783791102992842752_n.jpg

    Ce samedi en début d'après-midi, un véhicule circulant vers Oreye a heurté le radar fixe situé sur la Grand'Route.

    Le véhicule, hors d'usage a été dépanné. L'état du conducteur est inconnu à l'heure actuel.

    Le radar fixe, hors d'usage, surveillera désormais la vitesse des avions...

  • La salle des fêtes de Grandville se dote d'un règlement et d'une gestion communale.

    Capture.JPGDepuis un an, la gestion de la salle de Grandville échoit à la commune. La majorité Ensemble a édicté les conditions : « La règlementation est fixée en fonction des locaux souhaités et du type d’occupant.

    La location de la salle s’élève à 180 euros pour la petite partie et 250 euros pour la grande. Ces tarifs passent à 50 et 75 euros pour le clubs et associations d’Oreye pour une location maximum par an. Une caution de 150 euros est prévue. Pour un décès, la location est établie à 90 euros. Quant aux activités de coqs le mercredi, le forfait est de 100 euros par mois », énonce Jean-Marc Daerden.

    L'ancienne bourgmestre (PS) a interrogé les critères, car le collège se dit seul juge dans certains cas. « La question se pose uniquement dans des cas spécifiques comme le Télévie, sinon on se base sur les membres, etc. » Le bourgmestre J-M Daerden conclut sur l’état de la salle : « L’électricité est rénovée, une nouvelle hotte est commandée, des frigos et un lave-vaisselle sont achetés et l’achat de vaisselle est prévu.

    En un an, la salle a rapporté 7.090 euros à la commune. »

  • Taika, ce Husky a disparu ce 27 février à 18h30 de son domicile à Grandville. L'avez-vous vu?

    Chien retrouvé! Merci pour vos partages.

    87945418_201635977616400_2793352768318865408_n.jpg

    Taika, ce Husky a disparu ce 27 février à 18h30 de son domicile à Grandville. L'avez-vous vu?

    Taïka est très gentille pour les personnes qui pourraient la croise.

    Contact: blog d'Oreye

  • Des conférences gratuites avec des orateurs d’exception grâce à IDDUP.

    blog.JPGA partir de ce jeudi 27 février et de manière régulière, la commune de Crisnée, en partenariat avec la spécialiste en communication et relations publiques, Isabelle Damoisaux-Delnoy, organise des conférences gratuites au sein de l’espace Culture de Crisnée, situé rue Vincent Bonnechère numéro 14. « C’est une collaboration qui nous tient à cœur. Notre objectif est de rendre accessibles à tous des conférences traitant des sujets importants dans notre société au travers d’orateurs reconnus dans leur domaine », souligne le bourgmestre ff Alain Materne. « C’est également l’occasion de montrer que des initiatives sont mises en place en Hesbaye et donner l’occasion aux spectateurs de rencontrer des orateurs d’exception qu’ils n’auraient peut-être jamais pu rencontrer dans d’autres circonstances », ajoute l’Oretoise Isabelle Damoisaux-Delnoy, spécialiste en relations publiques. « Ma spécialité à moi, c’est mettre en relation des personnes fin de leur donner les clés pour qu’elles puissent se découvrir et atteindre leurs objectifs ».
     
    Augmenter ses résultats
    La première conférence a lieu ce 27 février dès 19h avec la présence de Pierre Sornin, conseiller de plusieurs centaines de CEO dans le monde francophone, et reconnu pour son expertise stratégique, son autorité en matière de psychologie du leadership, d’organisation et de motivation pour transformer les entreprises qui fonctionnent en sociétés qui cartonnent. « Cette première conférence est ouverte à tous mais principalement adressée aux entreprises afin de les aider à améliorer radicalement leur qualité de vie tout en obtenant des résultats financiers exceptionnels ».
     
    En avril prochain, une conférence avec Gilles Lemercinier, l’un des meilleurs commerciaux francophones est organisée tandis qu’en mai, c’est la créatrice de la société liégeoise Lyriange, Paulette Devalet, qui proposera ses astuces pour prendre soin de soi au naturel et pratiquer l’auto-guérison. « Nous aurons aussi des orateurs comme Christophe Lasseur qui viendra nous parler de la conquête de Mars mais aussi François Sarano, ancien conseiller scientifique du Commandant Cousteau, qui abordera l’état de la planète et de ce que nous pouvons mettre en place pour la sauver ».
     
    Pour plus d’informations sur ces conférences, rendez-vous sur le site www.iddup.be.
     

  • Nouveauté à Oreye: Pause Gourmande lance les petits déjeuners à domicile.

    Capture2.JPGLe 1er mars prochain, la sandwicherie familiale Pause Gourmande, lancée il y a 5 ans, lance un nouveau concept : la livraison de petits déjeuners à domicile.
     
    « On avait envie de proposer de nouvelles choses à notre clientèle sans savoir vers quoi se tourner. Un jour, ma belle-mère a rêvé des petits déjeuners livrés à domicile et j’ai dit faisons-le ! », raconte Marie Sambucini (27), gérante de l’établissement avec son compagnon Kévin Neven (30). « Le concept n’est pas nouveau mais du côté d’Oreye il n’existe aucun service similaire et c’est l’occasion pour tous de se faire livrer un petit-déjeuner de rêve sans avoir sortir du lit, ou presque ».
     
    Ainsi, le couple d’Oretois propose quatre formules pour deux personnes allant de 28 euros à 79 euros, un menu enfant et un menu à composer soi-même. « On désire mettre tous les goûts à l’honneur avec la présence de viennoiseries, baguette à l’ancienne, jus de fruits frais pressés, lait de ferme de la région, plateau de fromage du pays, pâte à tartiner et confiture maison ou encore saumon et bulles », renchérit la gérante.
     
    Les livraisons sont effectuées tous les week-ends et gratuitement dans un rayon de 10km. La prise de commande se fait jusqu’à 16h le vendredi. De plus, par souci écologique, Pause Gourmande fournit des couverts et des pailles réutilisables en bois.
     
    Située au numéro 80 de la Grand-Route à Oreye, Pause Gourmande est ouverte du lundi au samedi de 9h à 15h. Pour les petits déjeuners à domicile, rendez-vous sur la page Facebook « La Pause Gourmande » ou par téléphone au 0493/16.77.85.
     
    A l’occasion du lancement, durant tout le mois de mars, pour chaque petit déjeuner acheté, le second est à -30%.

  • Un permis accordé pour l’implantation de six éoliennes à Oreye.

    brocante.JPGLes dossiers éoliens sont comme ces longs feuilletons télévisés : on sait quand ils commencent, mais pas quand ils finissent ! À Oreye, le projet d’implantation d’un parc éolien au nord de la Chaussée Romaine est au cœur des débats depuis 2011…
     
    Ce 14 février 2020, la ministre wallonne de l’Environnement Céline Tellier et le ministre wallon de l’Aménagement du territoire Willy Borsus ont pris une nouvelle décision décisive dans cette saga : un permis unique a été délivré à Elicio. La société pourra ainsi installer et exploiter six éoliennes à Oreye, au lieu-dit « Paradis », sur la Chaussée romaine.
     
    Protestations
    Le 4 octobre 2019, le Conseil d’État avait déjà annulé une décision ministérielle octroyant un permis unique pour l’installation de six éoliennes au nord de la Chaussée romaine.
     
    « C’est un vieux dossier qui traîne. À l’époque, on avait déjà eu 185 lettres de citoyens contre ces éoliennes. L’ancienne majorité et la nouvelle majorité avaient déjà rendu des avis défavorables. Cela aura un impact au niveau du paysage orétois », explique le bourgmestre d’Oreye, Jean-Marc Daerden, qui déplore l’absence de cadre éolien global.
     
    Le mayeur est d’ailleurs en contact avec les communes au nord de la frontière linguistique. « Les éoliennes seront le long de la frontière linguistique. Les Flamands seront donc aussi impactés », indique Jean-Marc Daerden, qui devrait notamment rencontrer le bourgmestre de Heers fin de semaine pour discuter de ce projet.
     
    La saison 2 des « Éoliennes à Oreye » ne semble toutefois pas terminée… En effet, le bourgmestre le rappelle : « il reste 60 jours aux citoyens pour éventuellement retourner au Conseil d’État ». Le dossier peut d’ailleurs être consulté à l’administration communale d’Oreye (rue de la Westrée 9). Pour rappel, la commune d’Oreye ne compte actuellement aucune éolienne sur son territoire.

  • Jean-Sébastien Haydan a été fauché à Oreye. Deux waremmiens ont été privés de liberté puis relâchés.

    brocante.JPGDans la nuit de samedi à dimanche, un tragique accident de moto survenait à Oreye, sur la chaussée Romaine. Jean-Sébastien Haydan, directeur de deux maisons de repos en région liégeoise, et ex-directeur de la Maison Dieu à Antheit (Wanze) est décédé à moto. Il avait 40 ans. Le parquet confirmait que le quadragénaire aurait en réalité été renversé par une voiture. Le conducteur avait ensuite pris la fuite, laissant Jean-Sébastien au sol après l’avoir traîné sur 100 mètres.
     
    Très vite, la machine judiciaire s’est mise en branle. Lundi après-midi, les enquêteurs de la zone Hesbaye ont interpellé trois suspects, des Waremmiens d’une petite trentaine d’années. Il s’agit des conducteurs de deux voitures qui, dans la nuit de samedi à dimanche, se suivaient de près sur la chaussée Romaine. Une jeune femme qui se trouvait dans une des voitures a vite été mise hors de cause.
     
    L’une des deux voitures est porteuse de dégâts. Elle a été retrouvée non loin du lieu de l’accident. Elle aurait roulé sur « quelque chose » ou quelqu’un. Son conducteur ainsi que le conducteur de la voiture qui la suivait ont été privés de leur liberté afin d’être entendus par les enquêteurs. L’un des suspects a, en partie, reconnu qu’il y avait eu un « problème » avec un motard sans pour autant reconnaître que l’un ou l’autre l’avait renversé.
     
    Les suspects relâchés
    Mardi, les deux suspects ont été déférés au parquet de police de Liège où ils ont été reçus par le magistrat de garde. Après cette entrevue, ils ont été… relâchés.
     
    « Il existe encore trop de zones d’ombre », expliquait, mardi après-midi, Catherine Collignon, Premier substitut au parquet de Liège en charge, notamment, des relations avec la presse. « Nous attendons maintenant les rapports du médecin et de l’expert automobile. »
     
    Plusieurs interrogations persistent donc autour du décès tragique de Jean-Sébastien Haydan… S’il semble acquis que le premier automobiliste a bien roulé sur le motard, cela ne signifie pas que c’est lui qui l’a renversé. En effet, dans la nuit de samedi à dimanche, les conditions météorologiques n’étaient pas optimales. Il y avait, notamment, beaucoup de vent. Plusieurs scénarios restent envisageables comme une course entre les deux voitures ou une bourrasque de vent qui aurait déséquilibré le motard. À l’heure actuelle, on ne peut pas non plus exclure une collision entre la moto de Jean-Sébastien et la première des deux voitures.
     
    On sait aussi que les deux automobilistes suspectés se connaissent très bien. Ils avaient passé une partie de la soirée dans un nouveau bar, « Le Flanagan », installé à Waremme. Une trentaine d’heures se sont écoulées entre le moment de l’accident et l’interpellation des deux suspects. Un délai trop long pour tester les alcoolémies.
     
    Cette double libération ne signifie pas que les deux Waremmiens sont hors de cause.
     
    L’enquête n’en est qu’à ses débuts et ils restent les suspects principaux du décès de Jean-Sébastien Haydan.

    « C’était un soleil pour ceux qui l’entouraient »  

    Capture.JPGDepuis l’annonce du décès de Jean-Sébastien Haydan, les messages de condoléances affluent pour saluer sa mémoire. Cette vague de soutien a démarré sur les réseaux sociaux, où le personnel des deux maisons de repos gérées par le Liégeois s’est fendu de plusieurs commentaires particulièrement émouvants. « Vous allez nous manquer, soyez-en sûr Monsieur Haydan. On ne vous oubliera jamais, vous étiez une belle personne, humaine, gentille, à l’écoute de tout le monde », commente Laura.
     
    « Jamais je ne vous oublierai, jamais ! Vous allez tellement me manquer. Vous avez une place dans mon cœur, vous étiez exceptionnel », poursuit Florence, membre du personnel.
     
    « Vous allez laisser un énorme vide, M. Haydan. Vous qui étiez fort proche de vos résidents, à l’écoute, un homme au grand cœur ! On croit venir au travail, comme un dimanche habituel, et là on apprend la terrible nouvelle », déclare encore Astrid.
     
    Des messages qui doivent certainement mettre du baume au cœur de la famille de Jean-Sébastien. Brigitte, sa maman, a accepté de nous parler de son fils, quelques instants. « C’était un garçon exceptionnel, la cave est remplie de cadeaux reçus lorsqu’il a quitté la maison de repos d’Antheit. »
    Fort logiquement dévastée, c’est par l’entremise de son amie qu’elle continue de s’exprimer. « Jean-Sébastien était un soleil, pour nous mais aussi pour toutes les personnes qui l’entouraient. Il était toujours de bonne humeur », nous dit-elle.
     
    « C’était un homme très engagé pour le bien-être commun à la maison de repos. Il avait notamment obtenu l’installation d’un parc animalier, la réduction des tarifs des distributeurs de boissons, l’air conditionné. C’était un directeur qui n’hésitait pas à monter au créneau pour les résidents. Il était également actif au sein de ‘La Table Ronde’. Il organisait le Jogging de Liège dans le but de récolter des fonds pour l’école fondamentale spécialisée Joëlle Robins. Raison pour laquelle des fleurs ne sont pas demandées pour lui rendre hommage, mais plutôt des dons. »
     
    Jean-Sébastien Haydan n’était pas marié et n’avait pas d’enfant. « Il avait par contre une sœur dont il était très proche et très fier. Il faisait l’unanimité dans tous ses groupes d’amis. »
     
    Voyages, musique, randonnée, cuisine, le directeur des maisons de repos Claire de Vie et Farnientane se passionnait pour de nombreux domaines.
    Ses funérailles se dérouleront ce 28 février. Après un hommage, il sera procédé à son inhumation au sein du nouveau cimetière de Herve. (Article de A. B)

  • Un motard tué lors d’une chute, chaussée Romaine à Oreye. Il a été renversé par une auto qui l’aurait traînée au sol sur près de 100 mètres avant de prendre la fuite.

    illustration-brocante_1-1535809579.jpgDans la nuit de samedi à dimanche, un tragique accident de moto est survenu à Oreye. Jean-Sébastien Haydan, l’ancien directeur de la maison de repos de la Maison Dieu à Antheit (Wanze), est décédé à moto. Il avait 40 ans. Les circonstances de sa chute restent troubles. Le Parquet de Liège a demandé des devoirs d’enquête complémentaires.  
    L’accident est survenu dimanche, à 2h45 du matin, sur la chaussée romaine, à Grandville (Oreye), dans le sens Waremme-Oreye, à proximité de la chapelle de Notre-Dame de Bon Secours.
     
    Alors qu’il regagnait son domicile à Liège, Jean-Sébastien Haydan, 40 ans, a fait une chute à moto.
    Lorsque les secours de Hesbaye sont arrivés sur place, ils n’ont rien pu faire pour sauver le malheureux. Il avait déjà cessé de vivre.
     
    L’expert automobile est descendu sur place mais les circonstances de la chute doivent encore être éclaircies. Raison pour laquelle le Parquet de Liège a ordonné des devoirs d’enquête complémentaires, nous dit-on à la police de la zone Hesbaye appelée sur les lieux du drame.
     
    Selon le porte-parole du parquet de Liège, Christine Collignon, la victime aurait été renversée par une voiture qui l’aurait ensuite traînée au sol sur près de 100 mètres. L’automobiliste aurait ensuite pris la fuite.
    L’enquête est en cours pour retrouver l’auteur de ce délit de fuite. Hier, lundi, il n’avait toujours pas été identifié.
     
    Un directeur très apprécié
    Infirmier psychiatrique de formation, Jean-Sébastien Haydan était directeur de maisons de repos. Pendant 7 ans, de 2012 à 2019, il a dirigé la Maison Dieu à Antheit (Wanze) où il n’a laissé que de bons souvenirs.
    Tous sont sous le choc de la triste nouvelle. Il laisse un grand vide. « C’était quelqu’un de très apprécié, à l’écoute du personnel, des familles et des résidents. Il avait le cœur sur la main même s’il savait aussi dire non », confie cette employée en larmes.
     
    Depuis 2019, par choix personnel, il avait repris la direction de la résidence Clair de Vie et de la Maison de repos Farnientane, en région liégeoise.
     
    Mais il avait conservé un attachement pour la résidence d’Antheit. Lors du dernier Noël fêté à Antheit, il avait tenu à être présent pour le repas.
     
    « Pour les résidents, c’est dur. Nous leur avons appris la nouvelle ce dimanche », reprend l’employée.
     
    Le Liégeois était célibataire, sans enfant. Il avait une sœur. Son corps a été pris en charge par les pompes funèbres Besem, à Herstal où un dernier hommage lui sera rendu le vendredi 28 février, à 10h.
    Il sera ensuite inhumé au cimetière de Herve (nouveau).