Le rond-point dangereux d’Oreye sera mieux signalé en 2020.

Les automobilistes noctambules le savent : le rond-point entre la N69 et la N3 à Oreye est accidentogène. Les problèmes ? Une signalisation défectueuse et une luminosité insuffisante. Jean-Marc Daerden, bourgmestre d’Oreye, ne supporte plus cette situation. « Il y a un problème d’entretien des balises lumineuses. J’ai demandé à Caroline Cassart, députée régionale, d’interpeller le ministre Henry à propos de ce rond-point, qui a fait l’objet de beaucoup d’accidents », indique le bourgmestre.

La députée régionale Caroline Cassart a alors posé une question à Philippe Henry, ministre wallon de la Mobilité (Écolo). Elle a demandé d’installer des feux lumineux plus grands ainsi qu’une peinture réfléchissante.

Le ministre de la mobilité affirme que le cas de ce rond-point a été évoqué lors de la « Commission provinciale de sécurité routière », grâce à une demande de la commune d’Oreye. De manière générale, un éclairage spécifique et renforcé est mis en place lorsqu’un tronçon est considéré comme particulièrement dangereux. Le ministre indique qu’une réfection du revêtement de la chaussée est prévue en 2020, avec un remplacement complet du marquage. Un audit de la visibilité de ce rond-point sera également demandé, pour éventuellement mettre en place un système de visibilité plus performant avec une balise LED.

Le bourgmestre d’Oreye se dit relativement satisfait de la réponse du ministre et attend de voir les résultats. « Je suis optimiste de nature et la sécurité est ma priorité. Au niveau d’Oreye, il y a du travail à faire ».

Commentaires