• Province de Liège: vos taxes poubelles vont augmenter!

    Capture22.JPGIntradel augmente les cotisations qu’elle demande aux communes. Qui vont devoir répercuter cette hausse 

    Intradel envisage d’augmenter les cotisations qu’elle demande chaque année à chacune des 72 communes de la province de Liège qui bénéficient de ses services. Pour 2020, cette augmentation devrait atteindre les 4,8 %. Mais la facture pourrait encore augmenter de 2 % en 2021 et en 2022.
     
    « Mais nous devons encore faire approuver le plan stratégique 2020-2022 par l’assemblée générale de décembre, précise Willy Demeyer, le président d’Intradel. C’est là que nous fixerons les cotisations pour les trois années à venir. Ce qui est une forme de confort pour les communes, parce que la programmation est importante. » Pour 2020, confection des budgets communaux oblige, la nouvelle cotisation est toutefois déjà fixée. Et elle augmente donc de près de 5 %. Mauvaise nouvelle donc également pour le citoyen, les communes étant obligées d’adapter leur taxe immondices au coût vérité.
     
    Recettes en baisse
    Mais cette augmentation des cotisations communales est une nécessité, justifie Luc Joine, le directeur général d’Intradel. Qui pointe les différents facteurs qui ont poussé l’intercommunale à revoir ses tarifs à la hausse. « Pour fixer le montant de cette cotisation, on analyse le passé, et donc nos résultats, mais aussi l’avenir, explique-t-il. Or, le Bureau du Plan prévoit une inflation de 1,5 % en 2020, 1,6 % en 2021 et 1,8 % en 2022. »
    A cela s’ajoutent une augmentation attendue de la population (+0,3 % par an), mais aussi des recettes qui ne suivent pas voire diminuent. « Pour le prix de vente de l’électricité, nous avons été prudents, en gardant le prix actuel. Pour les métaux, les prix augmentent, mais nous en avons de moins en moins, continue Luc Joine. Par contre, pour les papiers-cartons qui représentent normalement une recette très importante, les prix chutent. On en est maintenant à 80 euros la tonne, alors qu’on était à plus de 120 euros en 2017. Avant, on gagnait de l’argent avec les papiers-cartons. Maintenant, on en perd… »
     
    Autant d’éléments auxquels il faut encore ajouter des coûts en hausse dans de nombreux domaines. « La prise en charge des déchets spéciaux des ménages était ainsi avant assumée par la Région. Maintenant, c’est à nous de le faire ». Dont coût : 1,35 million d’euros. Dans le même temps, le coût des transports depuis les recyparcs a lui aussi augmenté de plus de deux millions, tout comme le coût du traitement (+ 1,5 million), l’impôt sur les personnes morales (+879.000 euros) ou les taxes d’incinération (588.000 euros).
    Au total, Intradel a ainsi dû faire face à un différentiel de près de huit millions ! Ce qui a fait plonger ses finances dans le rouge : d’un boni de 3,6 millions en 2017, elle s’attend maintenant à un déficit de 5,6 millions pour 2019. Déficit qui ne fera que s’accroître si aucune mesure n’est prise. « On ne reste pas sans réagir, souligne le directeur général d’Intradel. On vise une réduction des déchets à traiter, une optimisation des recettes, mais on constate qu’on aura quand même un déficit. Il est donc nécessaire d’adapter les cotisations communales. »
     
    En 2020, la cotisation par an et par habitant passera donc de 51,87 à 54,35 euros. « Soit à peine 1,13 par semaine et par habitant », relativise Luc Joine. Pour un service qui comprend l’accès aux recyparcs, les collectes des déchets ménagers résiduels et des organiques, la valorisation énergétique, le traitement des organiques, la prévention et les frais de structure.