Judiciaire: en dépression, un Orétois frappe sa compagne à cause des enfants.

Capture.JPGUn Orétois a fait opposition à un jugement de juin le condamnant par défaut à 6mois de prison ferme et 600 euros d’amende. Âgé de 37ans, l’homme était poursuivi pour une prévention de coups et blessures à l’encontre de son ex-compagne.

Lors de l’audience, l’homme a reconnu les faits mais a tenu à s’expliquer sur son absence. « Je pensais que l’audience était le 6 juin mais elle était le 5. J’ai compris mon erreur le soir même et j’ai directement appelé le greffe le lendemain ».

Concernant la prévention de coups, l’homme a émis des regrets quant à son comporte-ment. « Je vivais une grosse dé-pression et ma compagne avait 5 garçons très turbulents. J’ai mélangé une surdose de médicaments à de l’alcool et j’ai déraillé. J’ai voulu me mêler de l’éducation et j’ai empoigné ma compagne un peu trop fortement ».

Malgré qu’il s’agisse d’un fait isolé et que le prévenu soit sans antécédent, le Parquet a considéré l’opposition non-avenue car l’excuse exposée n’est pas valable. Toutefois, si le juge devait considérer l’opposition avenue, il ne s’est pas opposé à la peine de travail plaidée par la défense. (La Meuse La. Ma.)

Commentaires