• Oreye: l’élu Olivier Jeuris claque la porte du PS. Il deviendra donc conseiller communal indépendant.

    Petite bombe au sein du PS orétois. Olivier Jeuris, élu pour la première fois en octobre dernier comme conseiller communal (220 voix), a annoncé qu’il quittait son groupe pour siéger comme indépendant.

    Mais il ne se contente pas de démissionner. Il dénonce le fonctionnement du groupe socialiste puis il dézingue notamment l’ancienne bourgmestre Isabelle Albert.

    « Le PS orétois – dans sa forme actuelle – est mort le 14 octobre 2018, après sa défaite. Les élections, c’est un match de foot, une finale de Champions League. Il faut, à la fin, un vainqueur. Ce soir-là, j’ai choisi d’aller féliciter chaque membre d’Ensemble : le début de la fin pour moi. Loin des rancunes du passé, j’ai voulu avancer, proposer du neuf, augmenter notre visibilité, mais je me suis heurté, depuis longtemps déjà, aux freins nommés Isabelle Albert et Joseph Maniscalco. Ces deux personnes confisquent les initiatives personnelles – je ne sais à quel titre – mais dans cette idée absolue de conserver un pouvoir qu’ils n’ont plus. La dernière anecdote en date devrait permettre à tous de comprendre cette confiscation d’un pouvoir perdu : Mme De Leeuw, échevine de l’Enseignement et de la Culture, demande à Chloé Happart et moi de nous voir pour discuter de projets. Cette proposition, en dehors des clivages politiques, me plaît au plus haut point. J’en parle donc au groupe et je reçois un « non » assez clair de Mme Albert. Non, parler à la majorité est visiblement criminel… »

    Le conseiller communal va plus loin. « Isabelle Albert, responsable de la défaite du PS (en termes de perte de voix et de campagne autocentrée) a détruit ce que ses prédécesseurs, Henri Goreux, Nicolas Stassart ou encore Joseph Piron – mon grand-père – avaient construit. »

    Olivier Jeuris compte cependant rester affilié au PS. « Je ferai les démarches pour m’apparenter à nouveau au PS (ma démission entraîne la nullité de la déclaration d'apparentement déjà faite), supporter sans faille du PS pour les prochaines élections régionales et fédérales, mais le PS Oreye, ce n’est pas le PS. Deux personnes ont tout gâché... Je ne perds ni mes valeurs, ni mon honnêteté, ni mon franc-parler. Au contraire, ce départ me permet de ne pas me soumettre à un diktat et d’être libre. »

    Lire la suite de l'article sur le site internet de la Meuse Huy-Waremme: ICI