• Déviation de la ligne 147 des TEC à Waremme jusqu'au 31 août.

    vcn.JPG

    Waremme, rue de Huy : travaux routiers
    Déviation des lignes 84, 145, 147, 245 et 283

     
    Depuis ce mardi 31 juillet et jusqu’au vendredi 31 août, les autobus des lignes 84 et 147 sont déviés dans les deux sens de circulation entre les arrêts « Avenue E. Vandervelde » et « Rue des Fabriques ».

    Les autobus des lignes 145, 245 et 283 sont limités à la gare de Waremme.

    L’arrêt « Athénée » est reporté à l’arrêt  « Gare ».

  • 23 % des voitures roulent trop vite rue des Jacques à Bergilers d'après l'analyseur de vitesse!

    Capture.JPGOreye et Remicourt disposent d’un analyseur de vitesse. Les deux communes se partagent ce matériel qui objective le trafic dans les rues des villages. De nouveaux chiffres émergent pour les rues des Jacques, du Pont, des Fontaines et des Combattants.
     
    Pendant dix jours rue du Pont, les autorités dénombrent 2.808 passages, soit un trafic quotidien de 255 véhicules. « On constate un passage plus important de semi-remorques et de camions, 413 en février, en raison des déviations relatives au chantier de la rue des Combattants. »
    Semis-remorques et camions
     
    Sur les autres voiries, les semi-remorques et les camions ne dépassent jamais les 250 passages en dix jours. La rue des Fontaines atteint 277 véhicules de trafic quotidien, mais le nombre de deux-roues s’avère aussi beaucoup plus important (96 en une semaine contre 62 rue du Pont, 57 rue des Combattants et 43 rue des Jacques). La commune prévoit de nouvelles analyses rue des Combattants, « dès que le rétablissement de la circulation après les travaux, car le trafic quotidien paraît anormalement bas. » En une semaine, seuls 96 véhicules empruntent cette route, contre 378 rue des Jacques où le nombre d’infractions explose.
     
    Le taux d’infractions dépasse les 23 %. Dans le même temps, il n’y a que 0,25 % d’infractions rue du Pont, 2,76 % rue des Fontaines et 3,27 % rue des Combattants. Ce taux correspond à 604 véhicules roulant à trop vive allure rue des Jacques sur une période de sept jours. Des aménagements sont à l’étude.
     
    Sur le territoire orétois, le boîtier est d’abord passé par la rue de Horpmael où la vitesse observée a initié l’idée d’installation d’un radar répressif. L’analyseur a aussi observé les rues de Geer, de la Westrée et de Ramkin.

  • Des conditions idéales pour voir la lune rousse ce vendredi dès 21h30!

    Capture.JPGC’est un phénomène que les astronomes attendent depuis de longs mois : ce vendredi soir, une éclipse solaire sera visible depuis la Belgique et le reste de l’Europe. Une éclipse d’autant plus rare qu’elle sera la plus longue du siècle avec 113 minutes prévues. D’autant que vu les conditions climatiques, si elles se maintiennent demain soir, on devrait avoir droit à un spectacle enchanteur. « Dans la région de la Louvière et au nord de Liège, ils pourront même observer le coucher du soleil en même temps que l’éclipse », précise Samy Pierquin, animateur à l’Observatoire Centre Ardenne. Les Belges venant d’autres régions pourront tout de même profiter du panorama qui sera visible à l’œil nu.
     
    Mars et Saturne aussi
    « Il faut que le ciel soit particulièrement dégagé mais au moment du lever de la lune, il faut regarder autour de l’astre. Il y aura un alignement de la terre, de la lune et de Mars. On pourra donc observer une « étoile » rouge qui sera en fait la planète Mars. On apercevra également Saturne qui sera à la droite de la lune », se réjouit Samy Pierquin.
     
    D’autant que la lune restera bien visible contrairement à ce qu’on s’attend quand on parle d’éclipse. Lorsqu’elle se lèvera, elle enverra des rayons au soleil qui varieront du rouge-brun au blanc-gris, durant tout le phénomène. On pourra donc observer une lune rousse particulièrement envoûtante. L’éclipse débutera vers 21h30 et devrait durer environ 45 min. Après cette période, on pourra toujours profiter d’un croissant de lune particulièrement lumineux, jusqu’à minuit et demi environ.
     
    Reste à trouver un lieu d’observation dégagé et à espérer que les orages annoncés durant la nuit de vendredi à samedi attendront la fin de ce phénomène astral très rare pour se manifester.

  • Mouvement syndical sauvage de la CGSP au dépôt TEC de Robermont

    Capture.JPG

    Mouvement syndical sauvage de la CGSP au dépôt de Robermont

     
    En raison d’un mouvement sauvage initié par la délégation syndicale CGSP, aucun service n’est actuellement assuré au dépôt de Robermont.

    Ce mouvement, sans demande de concertation fait suite aux fortes chaleurs, a communiqué la porte-parole du TEC Liège-Verviers, Carine Zanella, vendredi peu avant 06h00.

    Les services des autres dépôts sont, quant à eux, assurés normalement.

    Nous invitons notre clientèle à se tenir informée via infotec.be et à prendre ses dispositions pour tout déplacement prévu.

    La Direction du TEC Liège-Verviers présente ses excuses à sa clientèle pour les désagréments occasionnés.

  • Prévention: conseils de pros pour éviter les incendies suite à la sécheresse.

    37241366_241399066673133_4739074331814920192_n.jpg

    Faire un barbecue, profiter d’une balade en forêt ou se lancer dans un road-trip : autant d’activités adaptées aux périodes estivales qui peuvent aussi s’avérer très dangereuses en cas de canicule. En dehors des brûlures et autres insolations, le soleil peut également provoquer des incendies beaucoup plus vite qu’on ne le pense. Voici quelques conseils pour profiter pleinement de l’été sans se stresser.  

    Pendant que certains se prélassent au soleil, d’autres ne connaissent que peu de répit. C’est notamment le cas des pompiers particulièrement sollicités en ces périodes de fortes chaleurs. Avec une moyenne de 2 à 3 interventions pour des incendies chaque jour depuis juillet, ils ne chôment pas. Afin de leur faciliter la vie et vous éviter les désagréments d’un incendie à proximité de votre maison, nous avons fait le point avec le colonel Marc Gilbert de la zone Val de Sambre sur la prévention à mettre en place en période de canicule.
    Pompiers.
     
    Cela semble couler de source mais il est toujours bon de le rappeler que le premier réflexe en cas d’incendie doit rester celui de l’appel aux pompiers. Même si l’on est déjà en train d’éteindre les flammes, il faut demander de l’aide et appeler les secours. « C’est gratuit ! Mieux vaut s’assurer que ce n’est pas grave et que le feu est bien éteint en nous appelant, même si on pense avoir circonscrit le sinistre. Cela évite que le feu reprenne par la suite aussi », explique le colonel. Sans compter qu’il faut une dizaine de minutes au minimum pour qu’ils arrivent sur les lieux de l’intervention. En période estivale, ils sont moins nombreux à cause des vacances et les interventions sont plus fréquentes. Prenez donc les devants.
     

    vcn.JPG

    (Incendie rue des Fontaines à Lens-sur-Geer)

     
    Les barbecues
    . Festive et conviviale, cette pratique peut toutefois transformer une après-midi détente en véritable catastrophe. Veillez toujours à placer le barbecue sur une surface stable et loin des matières inflammables. Les pompiers conseillent également d’éviter les vêtements synthétiques ou en nylon (comme les maillots de bain) pour le cuistot. Les seuls aides efficaces et non dangereuses pour allumer votre barbecue restent les allume-feu bruns qui sont, de plus, sans danger pour l’environnement. Ayez toujours à portée de main, un extincteur ou un tuyau d’arrosage. Idéalement une couverture antifeu peut également faire beaucoup de bien en cas de dégâts sur une personne. Enfin, l’alcool et les flammes ne font pas bon ménage, comme pour la voiture, ou presque… : boire ou cuire les brochettes, il faut choisir !
     
    Les bouteilles d’eau
    . On le sait, les bouteilles en verre peuvent, si les rayons du soleil tombent dessus, provoquer un incendie. Ce que l’on sait moins, c’est que les bouteilles en plastiques peuvent également conduire à des dégâts similaires. « Si la bouteille est remplie d’eau et laissée au soleil dans une voiture, avec la réverbération, on peut vite atteindre les 120 degrés et provoquer ainsi la combustion des sièges puis de tout l’habitacle. Que la bouteille soit en plastique ou en verre, c’est le même danger », prévient Marc Gilbert. Et cela n’est pas uniquement dangereux en voiture. En forêt ou dans une zone sèche, cela peut aussi amener à un incendie.
     
    Moissonneuses et tondeuses
    . Avec cette chaleur, il est important d’entretenir son jardin et/ou ses champs car en cas d’étincelles dans des herbes hautes, le feu se propage extrêmement rapidement. Mais il convient aussi d’être prudent au moment de l’entretien. « Les moissonneuses-batteuses s’échauffent rapidement avec la chaleur et le moteur qui tourne à plein régime. Cela peut amener une étincelle et enflammer directement un champ », précise le colonel. Dans une moindre mesure, c’est aussi vrai avec les tondeuses. N’hésitez donc pas à faire des pauses pour laisser refroidir la machine lorsque vous tondez.
     
    Bidon d’essence.
    Pour alimenter la tondeuse, beaucoup utilisent un bidon d’essence en plastique qu’ils vont remplir à la station-service. Mais le plastique n’est généralement pas très hermétique. « Avec les vapeurs d’essence dans l’habitacle surchauffé d’une voiture, il suffit d’allumer une cigarette pour que tout s’enflamme. Mieux vaut utiliser un bidon métallique, aérer l’habitacle et ne surtout pas fumer dans la voiture », conseille le pompier.
     
    Désherbeur thermique
    . Au vu de la sécheresse actuelle, les pompiers déconseillent fortement l’utilisation de ce type d’appareil, même de façon ciblée. Chaque brindille peut s’enflammer en quelques secondes et provoquer un incendie qui sera vite incontrôlable.

    Lire la suite

  • Décès de Madame Henriette Hencart le 20 juillet 2018, veuve de Cyrille Marloye.

    3346098864.22.jpg

    Myriam et Henri BEAUDUIN-MARLOYE,

    ses enfants;

    Ses petits-enfants,

    Ses arrière-petits-enfants,

    Les familles apparentées

    ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de

    Madame

    Henriette HENCART

    Veuve de Cyrille MARLOYE

    née à Charleroi le 17 février 1925 et décédée
    à Waremme ce 20 juillet 2018.

    La défunte repose au funérarium Jean FRANCOIS,
    rue des Prés, 140 à Waremme où la famille
    sera présente de 17 heures à 19 heures.

    La prière du dernier adieu, suivie de l'inhumation
    dans le caveau de la famille au cimetière d'Oreye,
    sera célébrée en la chapelle du funérarium,
    le mardi 24 juillet 2018 à 11 heures.

    Réunion au funérarium.

  • L'Orétoise Shelby Ouattara est la lauréate du concours Proximus et se produira ce jeudi aux Francofolies!

    Capture.JPG

    L'Orétoise Shelby Ouattara est la lauréate du Concours Proximus grâce aux votes des internautes. Elle vous emmène en voyage dans son monde ensoleillé dès ce jeudi sur la scène des Francofolies.

    Avec sa guitare, elle crée des mélodies soul, latino et pop qui vous feront ressentir toutes sortes d’émotions.

    "Je tiens à remercier les personnes qui ont voté pour moi." explique Shelby.

    Infos: ICI

  • Ce petit chat a disparu depuis plusieurs jours d'Otrange (Oreye). Avis de recherche.

    21441929_10214178389115543_1301348545_n-thumb.jpg

    "Chatte brune et noire tigrée de petite taille, yeux de couleur or. Craintive.

    Répond au nom de Sushi. Disparue depuis samedi à Otrange (Oreye).

    Si vous l'avez aperçue (en bien ou en mal), n'hésitez pas à me contacter au 0485509566. Merci."

  • La police fédérale a publié ses statistiques en matière de criminalité, pour l’ensemble de l’année 2017, y compris par zone de police et même par commune.

    jg.JPG

    La police fédérale a publié ses statistiques en matière de criminalité, pour l’ensemble de l’année 2017, y compris par zone de police et même par commune. Chez nous, sans grande surprise, ce sont toujours les vols dans habitations qui arrivent en tête des délits.  

    Les cambriolages, dans l’arrondissement de Huy-Waremme, pour nos cinq zones de police, restent le délit nº1 face auquel elles sont confrontées. En 2017, chez nous, la police fédérale, dans ses statistiques, a constaté un total de 524 vols dans des habitations.
     
    Et, durant cette année, c’est à Huy que le plus grand nombre a été constaté : 137, contre 93 l’année précédente, soit une hausse de 32,12 % ! « Il est toujours difficile d’analyser des statistiques et d’en donner des explications concrètes », a commenté le chef de corps, le commissaire divisionnaire Christophe Romboux. « L’année précédente, il y a eu une vague d’arrestations de bandes organisées venant de pays de l’est. Ce démantèlement pourrait peut-être expliquer le chiffre plus bas de l’année précédente. Il s’agit là plutôt d’une supposition d’expérience », détaille-t-il. Augmentation ou non, la ville de Huy reste, chaque année, l’entité où le plus grand nombre de cambriolages est constaté. Des chiffres qui peuvent s’expliquer, notamment, par la densité de population : « Pour une zone de 47km² avec 21.500 résidents environ, les citoyens sont contrés dans cette zone urbaine. À cela s’ajoutent encore les axes routiers qui desservent la ville et qui permettent donc aux voleurs de prendre rapidement la fuite. On pourrait avoir tendance à croire qu’il est plus simple de voler dans des maisons quatre façades isolées mais les malfrats ne connaissent pas toujours les lieux et, là-bas, les voisins sont d’office plus attentifs à une voiture inconnue. »
     
    Enfin, en centre-ville, il n’y a pas que les bandes itinérantes qui opèrent : « Les voleurs, dits ‘locaux’, sont aussi plus légion qu’en campagne. »
     
    Si l’on s’en tient ensuite aux communes à proprement parler, c’est Hannut qui arrive en seconde position des maisons les plus visitées, avec 126 cambriolages. Là encore, une petite hausse est observée par rapport à l’année précédente, qui enregistrait 96 faits. Viennent ensuite les communes de Wanze (103 maisons), Waremme (85) et Amay (73).
     
    Dans la première entité précitée, une baisse importante est constatée, puisque 149 faits avaient été observés en 2016 à Wanze. À Amay, un rabais est aussi enregistré, avec 68 maisons en 2016. Et un tel constat s’observe d’ailleurs pour l’ensemble de la zone Meuse-Hesbaye (qui couvre les communes d’Amay, Engis, Saint-Georges-sur-Meuse, Verlaine, Villers-le-Bouillet et Wanze). S’il y avait 366 cambriolages en 2016, elle en a constaté 324 en 2017. Une belle baisse de -11,5 % pour une zone qui a fait de ces délits l’un de ses principaux cheval de bataille.
  • Une chasse au trésor pour découvrir la Hesbaye dont Oreye!

    jg.JPGMomallia organise sa troisième chasse au trésor à travers la Hesbaye. Jusqu’au 18 août, cette initiative permet une découverte ludique et originale du patrimoine et de l’histoire de la région, en famille.  

    Découvrir la Hesbaye au travers d’une chasse au trésor géante, c’est l’idée du comité Momallia qui organise cet événement pour la troisième fois. Gaston Lejeune apparaît derrière cette initiative : « Je suis amoureux de la Hesbaye et ce nouveau concept date d’il y a deux ans. Un questionnaire téléchargeable sur le site internet de l’ASBL Momallia compile trente-cinq questions. Les sujets restent variés puisqu’il est question de patrimoine, d’histoire locale, de nature, de folklore, de produits du terroir, de géographie, etc. Cette chasse au trésor emmène les participants dans les villages. La Hesbaye ne se limite pas aux cultures de blé et de betteraves. La région regorge de trésors patrimoniaux et historiques fascinants qui demeurent trop souvent méconnus. »
     
    L’aventure se déroule l’été et la participation est gratuite. « Il suffit de télécharger le questionnaire sur notre site ou de le demander pour les personnes qui ne disposent pas d’un accès à internet et on l’envoie par voie postale. Cinquante paniers gourmands et des bons d’achat pour des produits du terroir figurent parmi les lots pour les gagnants », complète Gaston Lejeune. (article J.M 13-07-18)
     
    Momallia organise cet événement familial et convivial. « De nouvelles questions dans des endroits encore inexploités garnissent cette troisième édition. Le questionnaire compte moins d’énigmes que les années précédentes. De 55 en 2016 à 45 en 2017, on passe cette année à 35 questions. Près de 500 personnes ont tenté l’aventure l’année passée et on a reçu plus de 250 réponses. La première édition a réuni 300 participants. » Chaque question emmène le participant dans un village hesbignon. La chasse au trésor part d’Othée, enchaîne par Crisnée et Oreye, n’évite évidemment pas Waremme, suit les éoliennes de Berloz et Geer, mène à Hannut, revient sur Faimes, retourne vers Braives, passe par Villers-le-Bouillet et Verlaine, suit l’Yerne vers Donceel et se termine par Remicourt. « Les participants empruntent l’itinéraire qu’ils veulent. Aucun ordre ne s’impose par rapport aux questions. L’activité reste ludique et s’adresse également aux enfants. Une notice explicative accompagne chaque question. »
     
    La recherche de la réponse (visible et trouvable facilement) permet la découverte d’un lieu chargé d’histoire. Plusieurs lettres de chacune des réponses forment une phrase mystérieuse qui livre alors le trésor. « Cette année, ce trésor concerne un poisson encore présent dans la région. » La chasse au trésor se termine le 18 août.

  • Le grand bain des Eaux’Reyades à Bergilers: quatrième édition de ces jeux d’eau authentiques!

    jg.JPG

    Deux jours durant, les Eaux’Reyades éclabousseront Bergilers. Dans une ambiance familiale et authentique, le CLAP animera le village par des épreuves sur le thème de l’eau. 

    Le Comité Local d’Animation et de Promotion (CLAP) de Bergilers prépare une nouvelle édition des Eaux’Reyades. Ces jeux d’eau d’été s’étalent sur deux jours à l’occasion des festivités de la Saint-Christophe qui animent l’entité du vendredi 27 au lundi 30 juillet. Les quatrièmes Eaux’Reyades se déroulent les samedi 28 et dimanche 29.
     
    Les Eaux’Reyades sont des Olympiades aquatiques à la sauce orétoise. Chaque journée d’activités s’adresse à un public. Le dimanche se destine davantage aux familles, tandis que le samedi accueille surtout des groupes d’adultes. Les quatorze équipes s’affrontent dans des jeux et remportent des points. L’équipe qui comptabilise le plus de points au terme des douze épreuves gagne.
     
    La formule plaît et le succès grandit. Les organisateurs ouvrent officiellement les inscriptions. « Plusieurs participants inscrivent déjà automatiquement une équipe d’année en année, car les épreuves évoluent progressivement. Certains défis changent complètement, on adapte d’autres et on conserve les épreuves qui fonctionnent », explique Monique Kallen, présidente du CLAP. « Quand on voit les rires sur les photographies, on se réjouit. Les gens reviennent, car l’ambiance bon-enfant règne sur un événement qui s’installe dans la région. L’endroit et la typologie restent identiques, mais les principes de ce grand jeu évoluent », souligne Christophe Nihon, membre du CLAP. Les organisateurs prévoient quatorze équipes par journée. « Les personnes composent une équipe et s’inscrivent via le site internet du CLAP. On accepte quatorze équipes samedi et autant le dimanche », rappelle Monique Kallen. Le CLAP invite le public : « Le spectateur s’amuse aussi beaucoup.
     
    Les épreuves, très visuelles comme la traversée du Geer ou la catapulte, demeurent accessibles pour les jeunes et les moins jeunes. On rit souvent beaucoup devant le spectacle. Le comité réalise le matériel qu’on utilise dans les épreuves. Ce côté authentique de l’événement plaît également. Les participants payent une inscription de six euros par personne et on leur garantit un matériel fait par nos soins. On ne loue aucun engin externe, notamment pour des questions budgétaires et d’authenticité de l’événement », précise la présidente du CLAP. L’amusement ne supplante pas pour autant la sécurité : « L’ambiance et la sécurité demeurent nos priorités. On teste toutes les épreuves à plusieurs reprises. »
    Onze équipes se préparent déjà aux Eaux’Reyades.
     
    Plusieurs viennent de communes voisines comme Remicourt, Donceel ou Hannut, mais d’autres sont originaires de la région liégeoise. Inscriptions par équipe sur le site internet du CLAP de Bergilers. Accès gratuit au site.
     

    Capture.JPG

  • Crisnée: Julian (20 ans), fauché par un véhicule le 26 juin dernier est décédé.

    Capture.JPGJulian Herd, un Crisnéen de 20 ans, a tragiquement perdu la vie après avoir été percuté par un véhicule, le 26 juin dernier, sur un passage piétons de la Grand-Route. Après deux semaines de combat, il a finalement succombé à ses trop graves blessures.  

    C’est une terrible nouvelle que celle qui est tombée ce mardi matin : Julian Herd, un Crisnéen de 20 ans, est décédé à la suite de l’accident dont il a été victime le 26 juin dernier.
     
    Le drame s’était produit vers 23 heures. Après une soirée entre amis pour fêter la fin des examens, le jeune homme a dû se soumettre à un gage « bon enfant » après une partie de volley perdue, celui de se montrer en slip, dehors, avec deux autres de ses comparses. Alors qu’il était le premier à circuler, après avoir marché le long du trottoir de la rue Jean Stassart, c’est au moment de traverser la Grand-Route (Nationale 3) que Julien Herd s’est fait renverser par une voiture provenant de Liège, sur un passage pour piétons. Le conducteur du véhicule avait affirmé ne pas l’avoir vu surgir sur le passage clouté.
     
    Julian Herd avait alors été emmené, en état critique, à la Citadelle de Liège. Grièvement blessé, le jeune homme avait été maintenu en coma artificiel durant près de 10 jours. Malgré la diminution des produits, il ne se réveillait pas et, de nouveaux examens effectués ont révélé l’impensable : le Crisnéen était neurologiquement fort touché, lui ôtant une espérance de vie « normale » difficile. Décision a donc finalement été prise de le libérer de ses souffrances.
     
    Julian Herd était un jeune homme plein de vie, passionné d’informatique dont il faisait d’ailleurs des études à Sainte-Marie, après être passé par le Collège Saint-Louis de Waremme. « Il adorait aussi l’impro », nous confie un ami. « Il était très doué pour ça et le théâtre en général, l’un des meilleurs joueurs du groupe ‘Les Poulains à Paroles’, une troupe de Waremme. »
     
    Le Crisnéen est décrit comme une personne « très drôle, qui voulait faire rire les gens, leur remonter le moral et les rendre heureux, blaguer pour détendre l’atmosphère… ». Julian Herd était aussi « très ouvert d’esprit, gentil avec tout le monde, très sociable et altruiste ».
     
    Des qualités que lui reconnaît également Michaël Teugels (38 ans), leader de la team d’air soft « Family Belgium » -une autre passion de Julian-. « Il était le leader du groupe OBS », décrit-il. « On a joué plusieurs fois ensemble, notamment en région liégeoise. Il avait le cœur sur la main. Il ne disait jamais un mot au-dessus de l’autre. Il aimait vraiment bien la vie et était très sympathique. »
     
    Il ajoute que divers groupes d’air soft, jusqu’en France, ont prononcé leurs condoléances auprès de la famille du Crisnéen. Certains porteront du noir pendant plusieurs jours en sa mémoire.
     
    Julian Herd repose aux pompes funèbres ‘Les Mosanes’ (rue des Combattants nº4 à Oreye). Vous pouvez lui rendre un dernier hommage ce jeudi et ce vendredi, de 17h à 19h. La messe de ses funérailles sera célébrée ce samedi à 10h30, en l’église de Crisnée.

  • Une Orétoise sur la scène des Francofolies? C'est réalisable grâce à votre vote!

    Capture.JPG

    Comment voter?

    D'abord vous devez recopier les lettres dans le petit rectangle (robot). Après cela, sa photo sera en ligne parmi plusieurs artistes. Il faut cliquer sur la photo et "voter".
     
    Ils vont ensuite demander une adresse mail afin de recevoir un lien de confirmation par mail. Il suffit juste de  cliquer dessus.

    C'est important sinon le vote s'enregistre pas. Merci d'avance pour elle!
     
  • Si la Belgique va en finale, Jupiler offre une tournée nationale! Il suffit juste de vous inscrire.

    Capture.JPGDans certains bistrots, le patron n’hésite pas à offrir une tournée de Jupiler à chaque goal des Belges. AB Inbev promet, lui, une tournée nationale si les Diables rouges écartent la France et se retrouvent en finale dimanche.
    Il faut s’inscrire
     
    « Cette initiative est une manière non seulement de féliciter chaleureusement notre équipe nationale », explique Van Loock, marketing manager, « mais aussi de remercier les supporters qui ont répondu massivement à notre appel pour la soutenir. »
     
    Dès maintenant et jusqu’au 15 juillet (jour de la finale), vous pouvez vous inscrire via www.promolife.be/belgiumwk2018 afin de recevoir un bon pour une Jupiler gratuite. Si les Diables rouges vont en finale, vous recevrez un e-mail contenant un lien vers votre bon. Un bon par consommateur à utiliser entre le 12 et le 22 juillet pour une Jupiler ou une Jupiler 0.0 % en magasin ou dans l’établissement Horeca de votre choix.
     
    Une raison supplémentaire de soutenir les Diables ce soir !