Elections 2018: Le scrutin de tous les dangers pour le PS. La majorité socialiste craint la réaction des citoyens après son inéluctable augmentation des taxes!

Oreye souffre du dégrèvement et cette réduction d’impôts (2,4 millions d’euros) risque d’influencer les élections communales d’octobre 2018. Le PS majoritaire craint la réaction citoyenne après l’augmentation des taxes tandis que plusieurs oppositions se préparent.  

blog.JPGÀ un an des élections communales, la majorité socialiste se trouve peut-être à un tournant. Plusieurs acteurs politiques sentent un scrutin local dangereux pour le PS et les oppositions se mobilisent.
 
« On sort d’une législature compliquée », reconnaît d’emblée Isabelle Albert, la bourgmestre. « On a affronté un tsunami financier et on a pris des mesures difficiles », explique-t-elle. Pour rappel, en février 2016, la commune apprend une mauvaise nouvelle : le Ministère des Finances réclame 2,4 millions d’euros, soit plus de la moitié du budget annuel orétois, car un contribuable, très probablement la sucrerie Beneo-Orafti, bénéficie d’un dégrèvement, c’est-à-dire une réduction d’impôts pour des investissements réalisés sur le site de l’usine de 2008 à 2015. Cette décision fédérale vide les caisses communales. « On a augmenté les taxes et on a supprimé les primes. On a aussi redéfini nos priorités. Une à deux années sont nécessaires pour remettre les finances à flots », indique la bourgmestre.
 
Le PS entre dans une phase de renouvellement après la démission du président de l’USC Jean-Marc Daerden qui siège comme indépendant. Avec la démission de l’échevin Freddy Hellings qui prend sa retraite tout en restant conseiller, le PS perd une locomotive, mais le parti garde sa bourgmestre. [...]
 
Un comité se réunit bientôt pour établir les contours de la liste socialiste orétoise. Il semble plausible que la majorité ne se présente plus sous l’appellation PS, mais sous l’égide d’une liste d’ouverture accueillant des candidats non-apparentés et actifs dans la vie associative. « On se lance avec l’intention de maintenir cette majorité. On insiste sur le maintien d’un service public optimal. L’équipe n’a rien à se reprocher dans la situation financière que connaît la commune. On espère que les citoyens comprennent qu’on ne vote pas l’augmentation des taxes de gaieté de cœur, au contraire, on vit tous péniblement cet événement. On a réagi au mieux en arrêtant certains projets. On a notamment limité nos dépenses et on a maintenu l’emploi au sein de l’administration », exprime la bourgmestre. (article de J.M La Meuse 26/10/2017)
 
Découvrez ce samedi la suite de l'article concernant les oppositions qui se préparent.

Commentaires