Un manque de sécurité pour les piétons sur la Chaussée Romaine à Waremme. Un conseiller communal envoie un courrier au ministre compétent.

Capture.JPG

Après un souci de santé, le conseiller communal Waremme ensemblE, Thierry Bataille reprend son activité politique. Il a envoyé ce mercredi un courrier au ministre Maxime Prévot concernant la chaussée Romaine qui est de la responsabilité de la Région wallonne et non de la Ville de Waremme. Il est inquiet pour la sécurité, notamment celle des piétons.

«  L’évolution croissante des commerces le long de cette chaussée nous invite à réfléchir sur l’aménagement de cette voirie régionale. Avant, il n’y avait des commerces que d’un seul côté. À présent, d’autres se sont installés en face et de plus en plus de piétons traversent, au péril de leur vie parfois, cette voie rapide où la vitesse est réglementée à 70km/h sur cette zone  », explique le conseiller. «  Mais la seule possibilité qui s’offre aux piétons, c’est de marcher environ 200 à 400m le long de la route sur une zone non aménagée (pas de réel trottoir), et de rejoindre le passage situé au feu rouge. Et là, il s’avère que ce passage pour piétons mène sur un îlot « perdu » et depuis lequel aucun autre passage pour piétons n’est aménagé…  »

Thierry Bataille a ainsi soumis au ministre une proposition pour sécuriser davantage cette chaussée Romaine. «  Il s’agirait d’imprimer au sol à deux endroits différents un passage pour piétons : un en face du Brantano-JBC pour aller vers Cassis-Paprika et l’autre pour aller de chez C&A-Krefel vers Afflelou et PointCarré  », détaille-t-il. «  Sur cette zone de 500 m, le panneau C43 (50km/h) serait installé et un panneau A19 (passage pour piétons) sera installé de part et d’autre des deux passages, avec pourquoi pas un signal clignotant. Le coût de tels travaux est nécessaire pour la sécurité des usagers faibles dans un contexte de développement commercial en bordure de cette N69, sans nécessiter de gros investissements publics  ».

Reste à savoir si les arguments du conseiller communal de l’opposition seront entendus par le ministre. «  J’espère aussi que le conseil communal de Waremme soutiendra ma proposition  », conclut Thierry Bataille.

Capture2.JPG

Commentaires