• Un bitume troué de partout aux quatre coins du village d'Oreye!

    16426573_10212076905543251_291946031_n.jpgComme l'an passé, les nids de poule ont fait une massive réapparition sur nos routes. La vague de froid et les chutes de neige ont laissé un bitume troué de partout aux quatre coins du village, avec les dangers pour la sécurité que cela comporte.

    Les sols gorgés d’eau et le gel que nous avons connu : les ingrédients nécessaires à la formation de trous dans la chaussée sont réunis. Et toutes les communes sont touchées.

    Modérez votre vitesse afin de pouvoir repérer les nids-de-poule à temps et les contourner !

    Photo de ce 30-01-17 face à la crèche communale de Bergilers. De gros trous sont également constatés devant la plaine de jeux à Grandville.

  • Don de sang ce lundi 30 janvier dans les locaux de l'école communale d'Oreye.

    4148908021_2.png

    La Croix-Rouge de Belgique vous accueillera ce lundi 30 janvier dès 17h00 et jusqu'à 20h00 dans les locaux de l'école communale, Rue de la Cité, 20 pour récolter un maximum de sang.

    Qui peut donner ?
    > Toute personne en bonne santé,
    > Agée de 18 à 65 ans,
    > Qui a un poids et une taille suffisants,
    > Ne présentant pas de risque de maladies transmissibles par le sang.

     

  • Attention à votre poulailler…: recrudescence de renards à Oreye!

    Caméra 1.JPGAttention lorsque vous avez des poules, surtout si vous habitez la campagne : si vous aimez vos volatiles, veillez à ce que le poulailler et/ou l’enclos soit parfaitement fermé, surtout la nuit. Ces derniers temps, la Belgique connaît une recrudescence de renards et, outre les rats et les souris, les poules sont l’un de ses mets préférés.

    Désormais, les renards sont présents à Oreye et s’y sentent particulièrement bien à cause du calme et de la taille des jardins résidentiels, des restes de repas qu’ils trouvent dans les poubelles … et des poules ! Il en va d’ailleurs de même dans le reste du pays : il y a des renards partout où ils peuvent faire leur tanière et s’alimenter. Le renard a peur de l’homme et agit souvent la nuit – dans votre poulailler…

    Ils ont déjà fait des victimes dans les poulaillers... prudence !

  • 1.239 jobs à pourvoir à la SNCB en 2017. Plus de 400 conducteurs de train seront recrutés!

    Capture3.JPGEn 2017, la SNCB procède à une vague de recrutements pour faire face aux départs à la pension. Tenté ? Attention, ces emplois requièrent souvent une grande flexibilité au niveau des horaires. 

    Bonne nouvelle pour ceux qui sont à la recherche d’un emploi après les bains de sang sociaux des derniers mois (Caterpillar, banques, etc.), la SNCB va procéder au recrutement d’au moins 1.239 équivalents temps plein (ETP) dans le courant de 2017.

    « Nous avons l’analyse des besoins dans chacune de nos directions. C’est une première estimation. Il pourrait y avoir un peu plus de postes à pourvoir. Nous n’avons pas encore une vue globale sur tous les départs à la pension. Les chiffres définitifs seront connus en mai prochain », explique Thierry Ney, porte-parole de la SNCB.

    312 accompagnateurs

    Le gros du recrutement portera sur les conducteurs de trains et de manœuvres : 472 ETP, suivis par les accompagnateurs (312 ETP). « Nos futurs collaborateurs doivent avoir la fibre du service public. C’est essentiel, tout comme la capacité de travailler à des heures décalées. Il faut avoir une bonne santé physique. Les conducteurs passent des examens médicaux poussés car ils ont la responsabilité de plusieurs centaines de passagers », souligne Thierry Ney.

    Même s’il est en contact avec le dispatching, le conducteur de train doit plutôt avoir un intérêt pour le travail en solitaire impliquant une grande capacité d’attention. Pour l’accompagnateur, c’est l’inverse. Il côtoie constamment les passagers. « C’est une force tranquille capable d’être multitâches. Il doit gérer l’information aux voyageurs, la sécurité à bord et le respect de la ponctualité », détaille le porte-parole des chemins de fer. Selon la diversité du type de matériel et le nombre de lignes ferroviaires à desservir, la formation d’un conducteur dure entre 12 et 18 mois. Celle d’un accompagnateur prend de trois à quatre mois. Les nouvelles recrues sont payées pendant cette période.

    Par ailleurs, la SNCB compte engager 28 agents de sécurité, 55 sous-chefs de gare, 39 sous-chefs de gare principaux, 76 assistants de clientèle, 4 agents de triage et 15 universitaires. Du personnel technique est également requis pour les ateliers, soit 175 ETP depuis l’électromécanicien jusqu’à l’ingénieur. Il faut aussi des personnes (63) pour gérer les bâtiments Pour toutes les informations sur les profils recherchés, surfez sur le site web lescheminsdeferengagent.

    Les candidats se bousculent

    Pour postuler comme accompagnateur ou conducteur de train, il suffit d’avoir le diplôme de secondaire. Attention les candidats sont nombreux. Lors de la précédente campagne de recrutement, 3.150 personnes avaient postulé pour devenir contrôleur et 2.337 pour conduire un train. Au terme de la sélection, la SNCB avait procédé à respectivement 212 et 215 engagements pour ces deux métiers.

  • Une Orétoise ouvre sa propre agence de voyage dès le 1er février. Tentez de remporter un chèque voyage de 100 euros!

    16244147_10210956437014290_567053192_n.jpg

    Après 3 ans comme conseillère dans une agence de voyage de la région, Pauline Delcour, jeune Orétoise  ouvrira dès le 1er février 2017 sa propre agence de voyage.

    Tentez de remporter un chèque voyage de 100 euros !

    Nous lui souhaitons une très bonne réussite dans sa nouvelle carrière.

    16237297_10210956437174294_785438049_n.jpg

  • TEC: les abonnements annuels adaptés à l'inflation, le billet papier à bord augmente!

    2.JPGLe prix des abonnements annuels TEC en Wallonie sera adapté à l’inflation à partir du 1er février 2017. Les autres tarifs resteront inchangés, à l’exception de l’achat du billet papier à bord du bus, qui connaît une nouvelle augmentation.

    En revanche, les titres papier achetés à bord du bus connaissent une nouvelle augmentation. Après une première augmentation lors de l’arrivée de la carte MOBIB en avril 2015, ils passeront le 1er février prochain de 2,10 à 2,40 euros pour les NEXT, de 3,20 à 3,50 pour les HORIZON et de 5,30 à 5,50 pour les HORIZON+.

    Le but est de privilégier les canaux de prévente et ainsi limiter les transactions dans les véhicules ; une diminution de ces transactions permet d’améliorer la vitesse commerciale et la sécurité dans les autobus par l’absence de liquidité à bord, selon un communiqué du ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio.

    Les tarifs d’abonnements restent inchangés s’ils sont mensuels. Les annuels, eux, seront adaptés à l’inflation, après trois années sans changement. A titre d’exemple, l’abonnement annuel NEXT passe de 126 à 128 euros.

    Capture.JPG

  • Le "plan froid" est actif jusqu'au 31 mars 2017 au CPAS d'Oreye pour les personnes s'estimant plus vulnérables.

    Capture.JPGLa période hivernale se manifeste!  Les conséquences de ces conditions climatiques peuvent parfois s’avérer dramatiques pour les personnes les plus sensibles et les plus isolées, en particulier pour les plus âgées d’entre nous.

    Afin de prévenir ce type de risques au sein de notre commune, Le Centre Public d'Action Sociale d'Oreye met en œuvre un service d’appel téléphonique spécial durant la période comprise entre le 1er novembre et le 31 mars.

    Lors des journées particulièrement froides, les services du CPAS contacteront par téléphone les personnes s’estimant plus vulnérables en cette période.

    Si tel est votre cas, vous pouvez en faire expressément la demande au CPAS (rue de la Westrée, 7) ou en téléphonant au : 019/67 77 15

  • Vous avez remarqué un petit bout de carton entre votre porte et votre châssis? Appelez la police!

    Capture3.JPGÀ plusieurs endroits, juste au-delà de la frontière avec les Pays-Bas, des habitants ont découvert des petits bouts de carton coincés dans leur porte. Ce n’est pas un hasard, et si vous rencontrez un tel phénomène, prévenez la police !

    En effet, la zone de police Voorkempen a mis la population en garde contre une pratique qui se répand de plus en plus : « En coinçant un petit bout de carton entre votre porte et le châssis, les cambrioleurs veulent savoir les habitants sont partis pour plusieurs jours. S’ils reviennent plusieurs jours après et que le bout de carton est toujours là, ils déduisent qu’ils peuvent entrer par effraction sans être ennuyés. Par contre, si le carton est tombé ou a disparu, c’est que quelqu’un est entré dans la maison ». La technique n’est pas nouvelle, mais serait à nouveau à la mode, peut-on lire sur le Nieuwsblad : « C’est une variante d’une autre technique, pour laquelle les cambrioleurs placent une pièce de monnaie contre la porte ». C’est essentiellement dans les environs de Tilburg que plusieurs cas ont été remarqués, mais les bandes organisées se déplacent très vite.

     

  • Important incendie d'un hangar agricole de la SPRL Lucas David sur la Grand'Route à Oreye.

    Capture.JPG

    C’est dans la nuit de vendredi à samedi vers 4h45 du matin qu’un incendie s’est déclaré dans le hangar de la SPRL Lucas David situé derrière et dans l’ancien dépôt TEC d’Oreye, le long de la Grand-Route. «  Il contenait de la paille, plusieurs ballots de juillet dernier, mais impossible de dire combien. On a trois hangars en fait, le feu s’est déclaré dans celui du milieu et s’est communiqué à celui de droite, où les dégâts sont un peu moins importants  », explique Jonathan Cocquyt, un membre de l’équipe présent dès le petit matin.

    Capture2.JPGLe propriétaire de la société, David Lucas et les membres du personnel, n’étaient pas présents sur le site lorsque le feu, d’origine encore inconnue, a pris. C’est une voisine qui a donné l’alerte aux pompiers. «  Ils ont appelé mon frère qui nous a alors demandé de venir sur place. On ne s’attendait pas à ce que ça ait pris tant d’ampleur. Le problème de la paille, c’est que ça prend du temps à éteindre. Ça peut être trempé en surface mais si le cœur de la paille est encore chaud, ça peut reprendre à tout moment  », éclaircit Jeoffrey Lucas. 

    Les pompiers de Hesbaye arrivés les premiers sur place ont dû déceler le moteur de la barrière qui empêchait les sept véhicules d’entrer sur le site, expliquent les travailleurs. «  Ils ont commencé à arroser la paille. On n’y voyait vraiment pas grand-chose avec toute cette fumée. Pendant qu’un pompier arrosait la paille à l’intérieur et qu’on la déversait dans le bac, un autre continuait à l’arroser à l’extérieur où on la déplaçait. Comme on était équipé, on s’est occupé de couper les poutrelles du toit du hangar qui menaçaient de tomber ; c’était nécessaire tant pour notre sécurité que celle des pompiers  », ajoute d’emblée Jonathan Cocquyt.

    Capture3.JPGSelon les pompiers de la zone de secours de Hesbaye, le gros de l’incendie a été maîtrisé aux alentours de 8h. Une équipe est néanmoins restée sur place jusque 11h pour s’assurer de la stabilité de la situation. «  Le commandant des pompiers est passé et a examiné les trois hangars. Il nous a donné des recommandations : continuer à remuer la paille et à l’arroser régulièrement, ne pas entrer dans le bâtiment instable à cause de la toiture qui a été détruite et baliser la zone sinistrée.  » Des dégâts et une perte importante pour cette entreprise de terrassement et de services d’hiver.

    Une enquête est ouverte pour déterminer l’origine de l’incendie.

  • Gel et nids de poule: quels recours en cas de dommage?

    Capture.JPGQuand il gèle fort, non seulement cela glisse mais sur le long terme, ça endommage les routes. Il s'ensuit inévitablement que l'état de certaines chaussées laissant à désirer avant l'hiver risque d'être encore plus abîmées après ce dernier. Les nids de poule vont donc se multiplier et le danger va s'accroître.

    Dommages matériels, quelles solutions de prise en charge ?

    Un soir, à la nuit tombée, vous roulez prudemment mais vous ne parvenez pas à éviter un trou qui se trouve en plein milieu de la route. Votre pneu explose et la jante de votre voiture est endommagée.

    Qui est alors responsable ?

    Si c'est une route régionale, ce sera la Région. Si c'est une route communale, ce sera la commune. C'est en effet à ces deux autorités que revient la responsabilité de l'entretien des routes. Mais si jamais pareille mésaventure vous arrive, il faut savoir qu'il faut mettre toutes les chances de votre côté pour essayer d'obtenir réparation.

    Marnik Vanhaverbeek, le grand spécialiste indépendant en protection juridique, qui travaille avec plus de 4000 courtiers en assurance, a accepté de répondre à nos interrogations :

    "Les Régions et les communes sont responsables de l'entretien des routes et de la signalisation. Si vous détenez une omnium, vous pourrez profiter d'un remboursement mais soumis à une franchise en raison de l'usure de vos pneus."

    Que faire quand un pneu éclate à cause d'un nid de poule? 

    "Si cela arrive, pensez à contacter la protection juridique de votre RC qui devrait s'adresser à l'assureur de la Région ou de la commune pour couvrir le dommage. Cependant une difficulté existe, c'est celle de prouver que le sinistré n'a pas vu le trou, et que ce dernier est bien à l'origine du dommage".

    Comment faire pour prouver le dommage?

    "Quand cela arrive, arrêtez-vous le plus vite possible. Documentez immédiatement votre accident à renfort de photographies : du pneu, de la jante, du trou, de la situation (invisibilité, absence de signalement). Passez ensuite au commissariat pour porter plainte contre la Région ou la commune pour ce défaut qui vous a valut un accident."

    Obtient-on facilement gain de cause? 

    "Facilement n'est pas le terme, mais ce que l'on constate est que les sinistrés bien documentés pouvant prouver l'origine du dommage peuvent obtenir réparation."

    (Info du site RTBF)

  • Piscine supprimée, opposition fâchée. Peu de projets au budget pour 2017 à Oreye.

    Capture6.JPGLe conseil communal d’Oreye a approuvé son budget 2017 ce lundi grâce aux voix de la majorité socialiste. En raison des problèmes financiers qu’a connus la commune (une réduction d’impôt d’1,4 million d’euros obtenue par l’usine Beneo), le nombre de projets importants est limité.  

    « A cause du dégrèvement, le boni cumulé est passé à 48.000 euros au lieu d’1,3 million », annonce Isabelle Albert (PS), la bourgmestre d’Oreye. Plusieurs changements sont constatés dans les recettes 2017 par rapport au budget 2016 : 12.000 euros en moins au niveau des intérêts des comptes bancaires communaux, 52.000 euros en moins du Fonds des communes, « même si nous espérons toucher 50.000 euros de ce même Fonds des communes suite à l’augmentation du précompte immobilier. Nous bénéficions de 55.000 du Plan Marshall », glisse la bourgmestre. « Les autres réductions de dépenses concernent le personnel, car nous ne remplaçons pas les départs et nous engageons par exemple du personnel d’entretien via l’article 60 qui vise une remise à l’emploi de gens ayant perdu leur droit au chômage par exemple. Nous économisons également 224.000 euros à la crèche suite au départ de la directrice remplacée par une personne moins ancienne et à mi-temps ».
     
    Une économie a fâché l’opposition :
    « Il y a 16.000 euros de moins pour les excursions et activités d’éducation populaire. Les enfants orétois n’ont donc pas l’opportunité de se rendre à la piscine avec l’école ? », interroge Bernard de Sart avant de poursuivre : « La commune donne déjà beaucoup au hall omnisports, mais coupe la possibilité aux enfants d’apprendre à nager, surtout que certains n’ont sans doute pas du tout l’occasion de nager en dehors de l’école. Je regrette que, sur un budget de 4 millions, on ne trouve pas 20.000 euros pour offrir la piscine aux élèves orétois de tous les réseaux. La location du hall omnisports, une infrastructure qui coûte cher à la commune, reste modique pour nos clubs sportifs, donc augmentons la légèrement. Supprimer le cours de natation pour économiser 20.000 euros est un choix délibéré du PS ». La remarque de Bernard de Sart (Osez) a fait mouche : « Nous avons pris cette décision suite à la fermeture de la piscine de Waremme pour cause de travaux. Nous n’avons pas supprimé définitivement la natation, mais pour cette année scolaire seulement. Cette décision est motivée par les problèmes financiers de l’administration. On prévoit une modification budgétaire en vue d’une reprise des cours en septembre 2017 », répond Isabelle Albert.
    Quant au budget extraordinaire, le nombre de projets apparaît limité.
     
    « Nous prélevons 12.000 euros pour le fonds de réserve extraordinaire. Ce montant intervient pour la réalisation de travaux avec l’AIDE pour des travaux d’égouttage rues de Geer, des Fontaines, de Thys et Général Lens. Nous étudions l’égouttage de la rue du Vinâve et nous prévoyons la réfection mur du cimetière d’Otrange », conclut-elle. (article du journal 18-01-2017)

  • Oreye : révolté, le président de l’USC démissionne. Voici quelques explications...

    Capture6.JPGJean-Marc Daerden est révolté. Le socialiste orétois, président de l’USC depuis dix ans, a rendu officiellement son tablier au Conseil, lundi soir. Le conseiller communal a quitté le groupe PS et devait annoncer sa démission de la présidence de l’USC mardi soir. « L’affaire Publifin a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Même si Isabelle Albert ne faisait pas partie des trois comités cités, mais du précédent (depuis dissous NDLR), les sommes qu’elle a touchées dépassent l’entendement. En tant que socialiste, je trouve cela indécent. J’aurais voulu qu’elle fasse un pas de côté et qu’elle rembourse l’argent. Mais, interrogée par l’opposition au dernier Conseil, elle a répondu qu’elle était droite dans ses bottes et ne préférait pas en parler. Je ne peux plus travailler avec cette personne. Je donne ma démission pour être en accord avec moi-même et avec mes convictions personnelles », déclare-t-il.
     
    Derrière la façade Publifin, se cache un plus profond malaise qui, à en croire l’ancien président de l’USC, s’est progressivement installé. « Avant, on travaillait comme un groupe. Les membres participaient aux décisions ; aujourd’hui, ils sont mis devant le fait accompli. Du coup, ils ne viennent plus aux réunions. J’ai tout essayé pour relancer la machine: changer les jours, inviter des personnalités socialistes... Rien n’y a fait », déplore-t-il.
    Ajoutez à cela le remplacement de la directrice de l’école communale (son épouse) par la femme d’un autre conseiller socialiste, le dégrèvement qui plombe les finances communales et un problème à la crèche, et vous obtenez un cocktail dangereux qui a fini par exploser. Jean-Marc Daerden démissionne, outre de la présidence de l’USC orétoise, de tous ses mandats dérivés non rémunérés. Il reste toutefois conseiller communal et conseiller CPAS mais en tant qu’indépendant. « Je vais essayer de construire ailleurs et de participer comme je peux à préparer une alternative pour les élections communales de 2018 au chemin politique que certains ont décidé d'emprunter », annonce-t-il. Isabelle Albert n’a pas répondu à nos appels ce mardi. (La Meuse Huy-Waremme du jour)

  • Le conseiller Jean-Marc Daerden est dégouté de l'attitude de la bourgmestre et démissionne du PS d'Oreye!

    Capture.JPGJean-Marc Daerden, conseiller CPAS et communal a décidé de remettre sa démission au sein du groupe PS d'Oreye.

    Il quitte également ses fonctions de président de l'USC (Union Socialiste Communale) suite à un conflit avec la bourgmestre Orétoise, Isabelle Albert.

    Comme expliqué ce mardi dans un courrier, des problèmes règnent au sein de l'école, de la crèche ainsi que dans les finances communales.

    Le scandale Publifin (voir le lien ci-dessous) est la goutte qui a fait déborder le vase: "Isabelle Albert est impliquée et ne veut pas démissionner alors que les autres le font. Elle ne respecte pas l’éthique du parti alors qu’elle travaille chez le ministre Lacroix."

    Il gardera sa place de conseiller communal et CPAS en tant qu'indépendant.

    Plus d'infos prochainement....

    Affaire Publifin: 8 membres ont touché quelques milliers d’euros pour leur participation à des réunions dont Isabelle Albert, Bourgmestre d'Oreye!

  • Décès de Monsieur Fernand Odeurs le 14 janvier 2017, époux de Madame Clémence Piron.

    Décès.jpg

    Décès de Monsieur Fernand Odeurs, époux de Madame Clémence Piron. Né le 23 janvier 1933 à Bergilers et décédé à Liège le 14 janvier 2017.

    Le défunt repose au funérarium Jean-François, Chaussée Verte à Crisnée, où les visites sont souhaitées de 17 heures à 19 heures.

    Les funérailles suivie de l'inhumation au cimetière de Bergilers auront lieu au cimetière de Bergilers le mercredi 18 janvier à 14h30.

     

    Réunion au cimetière.