L’Orétois Olivier Jeuris est le nouveau présentateur de RTC Sports. Découvrez son interview !

Capturer.JPG

Depuis la rentrée de septembre, RTC Sports a changé de formule et de présentateur. Exit l’émission de 26 minutes animée depuis 10 ans par Benoît Fontaine, le Waremmien d’origine. C’est à un autre « régional » que la chaîne liégeoise a fait appel pour attirer les sportifs le dimanche soir : l’Orétois Olivier Jeuris.

Les fans de sport régional connaissent ce rendez-vous traditionnel du dimanche soir. Depuis deux mois, RTC Sports a pourtant changé de visage, au propre comme au figuré. Rencontre avec son présentateur, l’Orétois Olivier Jeuris.

Olivier, pourquoi RTC Sports a-t-il changé durant l’intersaison ?

Après 10 ans avec Benoît, la chaîne voulait passer à autre chose. Mais il est toujours parmi nous puisqu’il est de retour sur le terrain le dimanche et qu’il fait très bien cela.

Et comment avez-vous décroché le poste ?

En fait, quand j’ai obtenu un contrat de salarié sur la chaîne, j’avais rentré un projet

pour le programme sans qu’il me soit pour autant destiné. C’était juste pour soumettre quelques suggestions en vue d’améliorer les choses. Je n’avais eu aucune réponse à l’époque mais, visiblement, le dossier était resté en bonne place dans un tiroir. Comme, depuis le mois de février, je m’occupe de la présentation du JT le samedi, l’idée de la direction était d’avoir le même visage à l’antenne durant tout le week-end.

Et vous avez accepté directement ?

970770_369661326473996_1256702639_n.jpgOui car c’est par le sport que j’ai commencé à RTC et que j’adore ça. En fait, je fais un peu de tout. Du sport en tant que présentateur le week-end, des reportages plus classiques ou sur la politique (que j’aime beaucoup aussi) durant la semaine... C’est diversifié et ça me plaît.

Le concept de 26 minutes a été allongé à 52. Ce n’est pas un peu tiré en longueur ?

Pas du tout, il se passe beaucoup de choses dans notre province et le nouveau format permet de les relater plus en profondeur. J’estimais qu’il manquait un invité. Quand on combine les 4 séquences que nous développons plus cette interview, on atteint facilement 35 minutes. En passant à 52, on peut donner plus de résultats, reprendre un sujet plus verviétois réalisé par Télévesdre et aussi programmer une séquence « Province Sports ».

Quelles sont les autres nouveautés ?

On a instauré quelques « facecam ». Avant, les gens entendaient les mêmes voix chaque semaine sans savoir qui était qui. Ils ne voyaient jamais les journalistes. A présent, le reporter introduit le sujet sur le lieu même de l’événement ou alors il conclut le sujet en s’adressant directement au public.

Vous ne développez jamais plus de 4 sujets spécifiques à RTC ?

Au départ, on a hésité. On avait deux possibilités : en faire 5 ou 6 ou proposer plus d’analyses. On a choisi la seconde option. Les sujets qui duraient environ 3’30’’ ont été allongés jusqu’à 5’30’’, ce qui permet de fournir plus de commen- taires d’un match de football ou de basket par exemple. En procédant de la sorte, l’émission a même atteint 55 minutes il y a deux semaines.

De combien de personnes se compose l’équipe ?

Il y a 6 journalistes de terrain en plus des caméramen, du présentateur et des personnes qui oeuvrent en studio, notamment pour les tableaux des résultats et des classements. Comme touche personnelle, votre prédécesseur concluait toujours son émission par « la pensée de la semaine ».

Vous n’avez pas poursuivi dans cette voie...

Non, en effet. C’était trop lié à Benoît (rires). Moi, je place plutôt la « bonne nouvelle de la semaine ». Ce n’est pas lié à un match qu’on a développé mais plutôt à une performance d’une personne à mobilité réduite ou une info qu’on n’a pas su traiter (Goffin élu « retour de l’année ») ou encore un résultat tombé tardivement.

Quels retours avez-vous de la nouvelle émission ? Les chiffres sont-ils bons ?

En fait, actuellement, nous n’en avons pas car nous ne sommes pas reliés au CIM. Des sondages sont en cours mais nous n’avons pas encore de données objectives.

Vous avez déjà des projets pour les émissions futures ?

A terme (ce sera peut-être la saison prochaine), peut-être introduire de nouvelles infographies et un nouveau décor avec le présentateur dans le grand studio et avec une présentation « moins JT » et moins figée. Sur le fond, j’aimerais qu’on puisse chaque semaine garder de la place pour les sports et les sportifs méconnus. Cela doit faire partie intégrante du programme, pas juste compléter l’émission quand on a un peu moins de matière.

Commentaires