Une passerelle pour castors dans le Geer au niveau de la Chaussée Romaine à Bergilers !

10352296_474205032726410_667902571269761278_n.jpgGrâce à Jean-Pierre Facon, les castors qui remontent le Geer ne risquent plus de mourir écrasés par les voitures qui passent sur la N69. Le Waremmien s’est inspiré d’un système suisse, qui permet aux castors de remonter un cours d’eau, et l’a fait installer à hauteur du pont de Bergilers.

«En quelques années, plusieurs castors sont morts écrasés par des voitures sur la N69 à Oreye », explique Jean-Pierre Facon, Waremmien et spécialiste des castors. Un malheureux hasard ? Non, car le Geer coule à quelques dizaines de mètres de là et, quand ils sont dans l’incapacité de remonter un cours d’eau, ces rongeurs semi- aquatiques contournent les ponts et traversent les routes. « Sous le pont de Bergilers, il y a un radier avec une chute d’eau qui s’avère infranchissable pour un castor. Cet animal nocturne emprunte alors la Chaussée Romaine », précise le Waremmien.

Avec les conséquences que l’on imagine, puisqu’en cinq ans, quatre animaux ont été retrouvés morts dont une femelle enceinte. Soit un chiffre important sur la centaine d’individus répertoriés sur le territoire belge. « À cet endroit, on remarque que c’est chronique. C’est pourquoi, l’installation d’une rampe en bois apparaissait primordiale pour remonter la rivière sans passer par la route», ajoute-t-il.

«Ce système, mis en place en Suisse, est simple et j’aurais pu réaliser cet aménagement moi-même avec quelques amis. Mais l’organisme qui s’occupe des voies non-navigables refuse toute intervention de particuliers sur les rivières et leurs berges. Il s’agit, ici, du premier cas en Belgique où les autorités ont accepté ce placer cette passerelle. Je n’ai fait que proposer l’idée et expliquer comment faire, après c’est l’administration qui a réalisé le travail», souligne Jean-Pierre Facon.

L’accord, signé en 2013, a été concrétisé dans le courant du mois d’avril. « Le placement était promis pour cette période, mais l’administration est tributaire des budgets et autres marchés publics», fait remarquer Jean-Pierre Facon, satisfait de cette installation de bois fixée aux parois du pont. D’autant qu’il y a moins de castors dans la région du Haut Geer et ses réserves naturelles. Ce point de passage s’avère donc important pour se rendre dans cette zone. « Le Canal Albert, pour La Meuse, représente un autre axe de travail. Je négocie actuellement pour que des rampes y soient installées », conclut Jean-Pierre Facon.

Commentaires