Un agriculteur surpris à lâcher des faisans dans les campagnes de Lens-sur-Geer !

Capturer.JPGC’est la période de la chasse et certains amateurs n’ont aucun scrupule pour assouvir leur passion. Un agriculteur de Lens-sur-Geer a été surpris la semaine dernière en train de lâcher des faisans d’élevage dans la nature. Une pratique rigoureusement interdite. L’homme a eu sa voiture saisie et risque un retrait à vie de son permis de  chasse.

C’est la saison de la chasse. Les amateurs envahissent les forêts de la région. En Hesbaye, les passionnés apprécient particulièrement la chasse aux faisans. Et certains sont prêts à tout pour avoir une chance de tirer un de ces oiseaux.  La semaine dernière, un agriculteur orétois, bien connu pour sa passion de la chasse, a été surpris par des agents de la Division Nature et Forêt en train de lâcher dans la campagne des faisans d’élevage.  Le but de la manœuvre ? Augmenter le nombre de gibier potentiel pour être sûr de ne pas rentrer bredouille. Le souci, c’est que cette pratique est rigoureusement interdite. En effet, elle va à l’encontre de la bonne pratique de la chasse qui permet de réguler la population animale.  Les agents ont donc été sans pitié avec l’agriculteur. Son véhicule a été saisi. Apparemment, il n’était ni en ordre d’assurance, ni immatriculé. Et l’homme risque de voir son permis de chasse lui être retiré à vie.

Il faut dire qu’il n’en est pas à son coup d’essai. En 2008, le même homme avait déjà été perquisitionné à son domicile. Les agents de la DNF avaient retrouvé et saisi 800 faisans, une centaine de canards et 70 perdrix chez lui. Ces animaux d’élevage étaient impropres à la consommation et avaient dû être abattus sur place. Un véritable massacre.  Nous avons tenté de contacter l’agriculteur mis en cause, sans y parvenir. Par contre, nous nous sommes rendus dans la campagne orétoise. Et il ne nous a fallu que quelques minutes pour croiser une dizaine de faisans, en groupe. Les oiseaux ne semblaient pas effrayés par la présence humaine et se sont laissés photographier sans problème. La présence d’autant de spécimens dans les champs, regroupés, est assez inhabituelle ettend à faire penser qu’un lâcher de faisans a bien eu lieu à quelques centaines de mètres de Lens-sur-Geer.

Dans le voisinage de l’agriculteur qui vit rue de la Centenaire, on connaît bien la passion du monsieur. « C’est vrai qu’il organise des journées de chasse, avec des gens qui payent pour venir. Mais je ne savais pas qu’il lâchait des bêtes dans la nature. Il y a quelques années, il avait eu un souci, je crois. Mais je n’en sais pas plus », commente un voisin qui souhaite rester anonyme.

Commentaires