Le précompte immobilier va augmenter à Oreye! (06 novembre 2016)

Comment vit la commune après le dégrèvement (une réduction d’impôts de 2,4 millions d’euros) obtenue par l’usine Beneo-Orafti fin 2015 ?
Depuis toujours, on prend soin de notre trésorerie et on gère nos finances en mettant de l’argent de côté pour pallier une fermeture de l’usine. La présence de Beneo-Orafti a rapporté 700.000 euros par an, ce qui nous a permis de maintenir les taux de taxation au plus bas. La décision du ministre des finances d’accorder ce dégrèvement nous a forcés à supprimer des primes, à annuler plusieurs projets et à ne pas remplacer du personnel communal partant à la pension, car la commune a déboursé 2,4 millions d’euros en urgence, un montant couvrant la période 2008-2015.
 
Souvent décrite comme un paradis fiscal, la commune d’Oreye redevient normale…
 
Capture.JPGAu moment d’aboutir, tous les projets lancés depuis 2012 volent en éclats et le budget extraordinaire revient à zéro. Même si le timing est mal choisi, à deux ans des élections, on va augmenter le précompte immobilier, car on n’a pas d’autre choix. La commune doit se refaire une santé financière et le PrI reste le meilleur moyen de faire contribuer l’usine (400.000 euros sur les 700.000 du PrI, tandis que l’IPP s’élève à 1,2 million). Malgré cette année 2016 difficile, on va se relever, car Oreye dispose d’une capacité d’emprunt importante : on n’a pas contracté le moindre emprunt en 25 ans et on n’a donc aucune dette sur la tête des Orétois.
 
À deux ans du prochain scrutin communal, la cheffe de file des socialistes tire un premier bilan de l’action de sa majorité : « On met en avant la jeunesse avec des stages organisés dans nos infrastructures communales. On investit également dans la crèche et les écoles, autant de lieux importants pour les citoyens, d’autant qu’Oreye accueille chaque année de nouveaux habitants. On veut notamment maintenir en ordre le hall omnisports, le tennis et les infrastructures du football. Il y a de la déception de ne pas voir aboutir le projet de terrain synthétique, car la demande est forte, mais on n’abandonne pas ce projet, on postpose sa réalisation en raison du dégrèvement », prévient Isabelle Albert qui rappelle que « la commune vit une période difficile, mais on espère que l’électeur comprendra que nous ne sommes pas responsables de cette situation. »
 
Le remboursement de 2,4 millions d’euros à l’usine Beneo-Orafti ne devrait pas empêcher la commune de développer plusieurs projets. « Même si la plupart des investissements envisagés depuis 2012 tombent à l’eau, l’Opération de Développement Rural doit nous permettre de développer des projets en concertation avec la population. Les dossiers citoyens rejoignent nos volontés. Je pense par exemple à la création d’une salle polyvalente, aux balades dans les prés communaux d’Otrange et à des aménagements en matière de mobilité, autant de projets potentiellement subsidiables à 80 %. Le plan inondations se poursuit avec l’égouttage rue Blise Voie et ruelle Élizabeth. »
 
La commune va connaître une augmentation de population à moyen et long terme : « On réfléchit déjà aux structures d’accueil des plus jeunes comme la crèche et les écoles qui fonctionnent très bien, mais on pense aussi à nos aînés via des projets que porte le nouveau GAL hesbignon. » (article du journal la Meuse J.M)

11:31 | |  Facebook | |