La commune d'Oreye doit annuler tous ses projets et se serrer la ceinture. (30 juin 2016)

Capture22.JPGOreye entre dans une nouvelle ère. Si la commune présente des comptes 2015 satisfaisants, elle prend surtout des mesures suite au dégrèvement de 2,1 millions d’euros intervenu en février. Malgré un don de 10.000 euros pour les associations, il faut se serrer la ceinture.
 
« Le compte de 2015 est bon, mais cela s’annonce plus compliqué pour la suite à cause du dégrèvement de 2,1 millions (une réduction d’impôts obtenue en février par Beneo-Orafti pour la période 2008-2015, NDLR) », déclare la bourgmestre d’Oreye, avant la présentation des comptes 2015 par le directeur financier de la commune. Sans compter cet imprévu de taille qui n’impacte pas les comptes 2015, ce dernier parle d’année normale pour l’exercice écoulé : « On observe à la fois des recettes moindres en raison d’un retard d’enrôlement et des dépenses de transfert plus importantes au niveau des services de secours et de police. Oreye présente des résultats honorables et maîtrisés. Quant au dégrèvement de ce début 2016, la commune n’avait aucun moyen de prévoir, ni d’agir. »
 
Le directeur financier précise qu’Oreye a de la chance d’avoir pu trouver 2,1 millions sans que cet événement n’ait d’impact sur les agents ou le CPAS : « Certes, la commune a vidé ses réserves, mais elle a paré l’inattendu et garde une grande capacité d’emprunt. En raison d’une faible dette de 30.000 euros, la commune peut soutenir de futurs investissements. Oreye a vécu 20 ans comme un paradis fiscal. » La bourgmestre a ponctué la présentation des comptes : « Oreye va redevenir une commune normale, connaître une situation plus difficile et réaliser des efforts indispensables. »
 
Un mécène offre 10.000€
Réuni lundi soir, le conseil communal a voté les modifications budgétaires consécutives au dégrèvement. La commune revoit à la baisse ses subventions : « Un mécène souhaitant rester anonyme a offert 10.000 euros à la commune pour maintenir les subsides aux clubs et associations, car il nous faut supprimer les 16.000 euros budgétisés », détaille la bourgmestre. Soit une baisse de 62 % par bénéficiaire.
 
Les projets orétois s’arrêtent net. Outre la suppression des achats et travaux extraordinaires, le prélèvement pour la pension des mandataires est annulé, on ne procède pas non plus au remplacement d’un agent qui part à la retraite, on réduit de 20.000 euros les primes. L’administration ne peut engager que 8 étudiants contre 20 les années précédentes, car seuls 8 postes sont subsidiés.
 
Les autorités maintiennent la réparation, impérative, du mur du cimetière d’Otrange, tandis que la vente aux enchères du matériel communal a permis de récolter 9.300 euros. « Nous avons aussi rédigé une note à l’attention des responsables de services afin qu’ils réalisent des économies », conclut la bourgmestre socialiste, et ce pour envisager un équilibre financier. (article J. Marique 29-06-16)

08:10 | |  Facebook | |