william lenoir

  • L'Orétois étudie le mandarin et le perfectionne... en Chine !

    william lenoir,mandarin,oreyeÀ seulement 14 ans, William Lenoir étudie le chinois depuis un an. Cet Orétois est parti cet été durant 10 jours à Pékin pour participer à un camp afin de se perfectionner. Il en a également profité pour visiter quelques lieux emblématiques.

    Souvent, le mandarin est considéré comme l’une des langues les plus compliquées à apprendre. Pourtant, William n’est pas d’accord! Ce n’est pas si difficile que ça en fait. Déjà, il n’existe pas de conjugaison, donc tous les verbes se trouvent toujours à la même forme. En plus, on commence par apprendre l’expression orale et on est seulement passé aux signes plus tard. Au début je stagnais puis j’ai vite évolué, précise cet ado qui suit les cours tous les mercredis après-midi à l’école Saint-Jacques de Liège.

    william lenoir,mandarin,oreyeQuand on sait qu’il existe plusieurs milliers de signes différents, la tâche n’est effectivement pas des plus faciles. Cette année, j’étais au premier niveau, et j’ai eu un examen oral à la fin de l’année. L’an prochain, je continuerai au niveau suivant, poursuit l’Orétois. Les cours sont dispensés par l’Institut Confucius de Liège. Ce dernier fait partie d’un réseau international qui organise des cours de chinois à travers le monde. Et chaque été, un rassemblement de nombreuses nationalités est organisé à Pékin. Cet amateur d’aviron y a participé. On devait suivre des cours de chinois le matin puis généralement on partait l’après-midi pour des visites. J’ai vu la Grande Muraille de Chine, la Cité Interdite, l’Opéra de Pékin... J’ai également aperçu le nid d’oiseau où se sont déroulés les Jeux Olympiques 2008.

    Malgré tout, il n’a pas pu beaucoup pratiquer la langue directement avec les locaux. La plupart nous parlait en anglais dans la rue. Mais on nous a par exemple appris à commander au restaurant, donc j’ai pu moi-même commander ce que je voulais. Je dirais que mon niveau est encore faible même si j’ai bien progressé, surtout cet été. Si j’en suis capable, j’aimerais bien devenir parfait bilinguepoursuit William, qui souhaiterait entreprendre des études à HEC ou des études de pilote de chasse à la fin de ses études secondaires.

    Capturer2.JPGCe qui lui a plus : - Les visites: Le plus beau, ça a été la Grande Muraille de Chine. C’est super long et vraiment magnifique. Je suis monté dessus et on a parcouru un petit bout à pied. Elle offre une superbe vue, avec de très jolis paysages.

    - L’interculturalité: William faisait partie d’un camp avec une grosse centaine d’autres jeunes venus des 4 coins du monde: République tchèque, Etats-Unis, Espagne,... Les échanges avec les autres jeunes m’ont vraiment plu. J’ai pu découvrir d’autres cultures. On s’amusait bien ensemble et la plupart du temps, on parlait en anglais entre nous afin de mieux se comprendre. J’ai gardé contact avec eux via Facebook.

    Ce qui lui a moins plu : William ne gardera pas un souvenir impérissable de la nourriture chinoise. En 10 jours, j’ai perdu 3 kilos. Tout m’a vraiment dégoûté. C’est très différent d’ici. Tous les aliments sont fort gras et pimentés. En plus, je ne savais pas trop ce que je mangeais. Il était écrit le nom en chinois et en anglais mais je ne comprenais presque jamais...