salon auto 2014

  • L'Orétoise Charlotte Verjans hôtesse au salon de l'auto 2014 !

    Capturer2.JPGCharlotte Verjans, la finaliste orétoise de Miss Belgique 2012, n’en finit pas de charmer son public. Jusqu’au 26 janvier, elle joue les hôtesses au salon de l’auto à Bruxelles, au stand SsangYong. Sa beauté et son élégance naturelle n’ont pas échappé aux photographes de presse. Cette semaine, l’Orétoise a fait la Une de plusieurs journaux, y compris flamands.

     

    À la Une du Nieuwsblad, Charlotte pose dans une robe longue bustier avec un volant cousu à l’avant et qui s’étend de la taille aux chevilles. Très originale. Dans Het Laaste Nieuws, elle apparaît dans une robe de gala, noire et satinée, très près du corps, avec un décolleté en V profond. Magnifique aussi. Toutes les tenues portées par l’Orétoise sont des créations de la styliste belge, Debora Velasquez qui lui ont été prêtées. On dit de cette styliste qu’elle a gardé de ses origines argentines le goût de la fête et des robes de princesse. Pas faux. «J’adore ces créations, confesse Charlotte. Ces robes sont souvent très décalées, très classes aussi avec une petite touche sexy ».

     

    Capturer.JPGRien que pource petit bonheur de pouvoir lesporter, Charlotte se réjouit dujob d’hôtesse qu’elle a décrochéau salon de l’auto 2014.Comme Julie De Beule de Waremme qui est aussi une ancienne candidate Miss Belgique, Charlotte Verjans a été recrutée par Alizée Poulicek qui gère l’équipe d’hôtesses du stand Suzuki. «J’ai déjà été engagée pour d’autres salons mais celui de l’automobile est le premier que j’effectue », précisel’Orétoise.

     

    Ses impressions ? «C’est chouette. J’ai déjà rencontré pas mal de monde que je connaissais ». Elle a notamment retrouvé d’anciennes candidates Miss Belgique de la région de Huy-Waremme : Sophie Pannemans (au stand Opel), Charlotte Meynaert d’Oupeye (au stand SsangYong et Suzuki).

     

    3.JPGEt les clients, pas trop entreprenants ? Elle sourit : «Non. Ceux que j’ai pu rencontrer jusque maintenant étaient assez sympas. J’ai reçu beaucoup de compliments. Même de femmes qui viennent me trouver pour me dire qu’elles trouvent ma robe très jolie ». Et les hommes ? «Ils sont parfois plus discrets que les femmes. Mais ce sont surtout eux qui demandent à être photographiés avec nous ». Aucune formation n’est nécessaire pour ce travail d’hôtesse. «On ne nous demande pas de tenir une conversation. Ce qu’on exige de nous, c’est d’être souriante, jolie, et de pouvoir guider les visiteurs dans le salon. », confirme l’Orétoise. «C’est sympa de le faire une fois. Et surtout ça me rapporte un peu d’argent ».