préavis de grève

  • Préavis de grève pour le 20 septembre et le 10 octobre au TEC! Des perturbations sont donc à prévoir...

    bus.JPGEstimant que "la coupe est pleine", la CGSP Tram-Bus-Métro a décidé de déposer des préavis de grève pour le 20 septembre, date à laquelle est prévue une manifestation intersectorielle de la CGSP wallonne à Namur, et pour le 10 octobre, journée de "réaction" à la politique gouvernementale organisée par le syndicat socialiste.

    "Ces trois dernières années, le ministre de tutelle des transports wallons a plongé le groupe TEC dans une position d'instabilité l'empêchant ainsi de fonctionner à plein régime notamment en réduisant de 10% le budget alloué aux Transports en commun wallons. Aujourd'hui, ce même ministre renforcé dans son optique libérale par la nouvelle majorité du gouvernement wallon, veut démanteler plus encore notre outil de travail en imposant une fusion du groupe TEC", dénonce notamment la CGSP dans un communiqué. Or, poursuit-elle, "cette fusion calquée sur le modèle de De Lijn est complètement à l'opposé de ce qu'il faut mettre en place pour un transport en commun de qualité."

    Le gouvernement a également décidé de "passer en force" en ce qui concerne le service minimum, en l'inscrivant dans le nouveau contrat de gestion, pointe encore la CGSP. "Le droit de grève est un droit fondamental et individuel qui ne peut être limité qu'à de très rares exceptions, dans le cas par exemple des centrales électriques ou les hôpitaux, à savoir dans des services dits "vitaux". Dès lors que les transports en commun wallons ne sont pas un service vital, que la Belgique a adhéré aux règles européennes en matière de service minimum et que de surcroît les organisations syndicales n'ont pas voix au chapitre pour la rédaction du contrat de gestion, la CGSP Tram-Bus-Métro s'oppose catégoriquement à cette mesure", ajoute-t-elle.

    "Appauvrir et désorganiser le secteur du transport en commun wallon tout en tentant de museler les organisations syndicales et en limitant leur pouvoir de réaction par l'imposition d'un service minimum, ne pourra à terme que le rendre imperfectible et hors de prix pour les usagers ainsi qu'invivable en termes de bien-être au travail pour le personnel du groupe TEC", conclut le syndicat qui appelle dès lors ses affiliés à se mobiliser "massivement" tant le 20 septembre que le 10 octobre.