politique générale

  • La politique générale orétoise a été présentée et acceptée lors du conseil communal

    Capturer.JPGLa déclaration de politique générale de la commune d’Oreye vient d’être présentée par le Collège lors du dernier conseil communal de ce lundi 27 mai. Sorte de dossier reprenant les grands points importants pour le pouvoir en place, il a été très bien accueilli par le groupe de l’opposition « Osez ». « On y retrouve, en grande partie, nos idées donc nous sommes contents du résultat même si nous avons émis quelques remarques», précise le conseiller Jean-Marc Lefebvre.

    Comme pour chaque début de mandature, dans les communes et les villes, le Collège présente sa déclaration de politique générale. En d’autres termes, on met sur papier les projets importants, globaux, qui concernent la commune. À Oreye, ce dossier a été présenté par la majorité PS en place ce lundi 27 mai lors du dernier conseil communal. Selon la bourgmestre Isabelle Albert, ce travail ne doit pas s'axer sur un seul point stratégique mais bien prendre en compte l’ensemble du travail à effectuer sur la commune tout en respectant l’aspect financier vu la conjoncture actuelle. « C’est un travail avec une vue d’ensemble », précise-t-elle.

    « Nos grandes lignes sont l’accessibilité des services communaux pour le citoyen et l’importance de soutenir les initiatives de chacun mais également les commerces de proximité. Nous espérons que cette déclaration nous rapprochera tous. Aussi bien les citoyens que les politiques », continue la bourgmestre.

    Une déclaration votée et acceptée puisque pour le groupe de l’opposition « Osez », c’était un très bon dossier. « Nous sommes très contents car nous y retrouvons une grande partie de nos idées et de nos pensées », explique le conseiller Jean-Marc Lefebvre. Malgré tout, quelques remarques ont été émises par l’opposition qui a jugé important de rajouter certains points à la déclaration. « Nous voulons à tout prix préserver le côté rural de notre commune et nous voulons également renforcer la sécurité de nos routes. Sans oublier l’appui des autorités communales vis-à- vis des entreprises locales », a conclu le conseiller.