lessive

  • L'Orétois Christophe Nihon rachète les paraboles Belgacom de Lessive (Rochefort).

    Capture.JPG

    L’ancien site Belgacom de Lessive (Rochefort) sera bientôt dans de nouvelles mains, celle d’un promoteur liégeois. Il espère rentrer une demande de permis l’année prochaine. « Mais avant cela, je veux rencontrer tous les acteurs concernés », dit-il.  

    Véritable patrimoine technologique belge, le site Belgacom de Lessive (Rochefort) est connu pour ses fameuses paraboles. Il risquait de tomber à l’abandon. Il vient heureusement d’être racheté par Christophe Nihon, un promoteur immobilier liégeois.
     
    Depuis quelques années, les paraboles étaient utilisées par une société indienne, qui s’en servait comme relais vers l’Afrique. Mais la forêt et le centre de séminaires étaient, par contre, inutilisés et mis en vente par Belgacom.
     
    Capture2.JPGDe grosses difficultés financières ont forcé la société indienne à se séparer également des paraboles.
    Voilà comment Christophe Nihon a pu mettre la main sur l’entièreté du site. « En ce qui concerne les paraboles, il faut encore attendre l’accord du tribunal de Commerce », prévient-il. Mais comme il a déjà obtenu l’accord des créanciers de la société indienne, cela ne devrait pas poser de problèmes…
     
    Ces dernières années, plusieurs acteurs s’étaient ainsi montrés intéressés par l’ancien centre de séminaire et les 43 hectares de terrain qui vont avec. « Mais je suis le premier à avoir remembré tout le site ! » C’est un avantage, même si le site, magnifique mais perdu en pleine campagne, peut paraître difficile à valoriser. « Et je ne sais pas encore ce que je vais en faire ! », jure, en souriant, le nouvel acquéreur, spécialisé dans la recherche de locaux pour les entreprises. « En fait, des idées, j’en ai déjà des dizaines et j’en attends encore des dizaines. Mais je crois que le site a du potentiel, et je vais d’abord rencontrer un maximum de monde avant de décider. » Christophe Nihon souhaite en effet récolter le soutien de la commune, la Province, la Région… « Je me suis donné deux mois pour rencontrer tout le monde », reprend Christophe Nihon. « Et je suis accueilli à bras ouverts par tout le monde. Je sens un engouement. Mon but, c’est de transformer les contraintes du site en forces. » Et des contraintes, il y en a. Les paraboles auraient déjà pu, par exemple, effrayer plus d’un repreneur. Christophe Nihon, lui, pense les conserver. Ou du moins, une partie. « Au niveau de l’entretien, ça va être une contrainte ! Mais c’est une force en termes d’image, de nostalgie, de connaissance du site… »
     
    Le nouveau propriétaire du site espère rentrer une demande de permis en 2017. « Et tout ce que je sais, c’est qu’on y fera quelque chose de nouveau, et de qualité ! » (article la Meuse Namur 23-12-16)