les pneus hiver bientôt obligatoires en belgique?

  • Les pneus hiver bientôt obligatoires en Belgique?

    Les pneus hiver bientôt obligatoires en Belgique?Originaire de la région verviétoise où les conditions hivernales sont souvent un peu plus rudes, Melchior Wathelet, le secrétaire d’État à la Mobilité, est convaincu de la plus-value apportée par les pneus hiver. Au Luxembourg, ils seront obligatoires à partir du 1er octobre. Gare aux automobilistes belges qui ne s’équiperont pas avant de traverser le Grand-Duché. Ils s’exposeront à une amende de 74 euros. La Belgique va-t-elle suivre l’exemple de son petit voisin et surtout de l’Allemagne où ce type de pneumatiques est de rigueur depuis 2010? «Il ne suffit pas d’adopter une simple loi», estime le cabinet Wathelet.

    Les pneus hiver représentent un coût supplémentaire pour les automobilistes déjà soumis aux diverses taxes et à la flambée des carburants. Melchior Wathelet a demandé à l’Institut belge pour la sécurité de mener une étude approfondie sur la question. «Elle sera lancée d’ici quelques semaines. Les résultats ne sont pas attendus pour cet hiver», précise Benoît Godart de l’IBSR. L’étude analysera les performances des pneus hivers en fonction des diverses conditions climatiques: plaques de verglas, pluie, neige tassée, neige fondante... Elle se penchera également sur les problèmes pratiques si la décision d’imposer était jamais prise.

    «Nous voulons savoir s’il y aura assez de pneus pour tout le monde et aussi s’ils seront à un prix abordable», précise la porte-parole de Melchior Wathelet. La question du stockage pendant l’été sera aussi examinée. Tout le monde ne dispose pas d’un garage suffisamment grand. Fort de ces informations, le ministre tranchera en principe avant l’hiver 2013-2014: l’obligation ou l’incitation à s’équiper via des campagnes de l’IBSR.

    «Ce type de pneus coûte alors que les conditions météorologiques les rendant indispensables ne surviennent que quelques jours par an... lors d’une année climatique normale. Nous nous demandons s’ils sont vraiment utiles», s’interroge Karel Van Coillie de Touring. Mais l’organisation de mobilité n’est pas totalement opposée au projet. «Nous attendrons les conclusions de l’étude de l’IBSR pour arrêter définitivement notre point de vue», ajoute le porte-parole de Touring.