jean-marc lefevre

  • Jean-Marc Lefèvre quitte définitivement le conseil communal orétois et laisse sa place à Marie-Christine Warnant !

    Capturer (2).JPG« Si la commune est riche, c’est grâce au libéralisme ». Comme annoncé il y a un mois, Jean-Marc Lefebvre, conseiller communal de l’opposition qui siégeait sous l’étiquette MR, a fait ses adieux au conseil communal orétois lundi soir. Il sera remplacé dès le prochain conseil par Marie-Christine Warnant, qui siégeait au conseil du CPAS depuis janvier 2013. Jean-Marc Lefebvre en a profité pour revenir sur ses nombreuses années passées en tant que conseiller communal. « C’est avec une certaine émotion que je vous dis au revoir. J’ai vécu de bons moments et je garderai de bons souvenirs. Et si je quitte le conseil, c’est vraiment parce que j’ai trop de choses à faire au niveau de mon travail »  a notamment expliqué ce chef d’entreprise.

    Au-delà de ces mots en direction de ses collègues, il a également voulu faire valoir une dernière fois son point de vue. « J’ai appris qu’un pouvoir qui dure trop longtemps ce n’est jamais très bon car de mauvaises choses peuvent alors se mettre en place. Je pense qu’il est aussi temps de tous s’écouter et de prendre les idées de tout le monde pour mieux gérer la commune. Même si je reconnais qu’il y a une différence entre le PS d’aujourd’hui et celui d’il y a 30 ans, notamment au niveau de l’aide aux mouvements de jeunesse », poursuit l’homme qui veut inviter de nouvelles têtes à s’impliquer dans la gestion communale.

    Puis son discours a pris une tournure idéologique, avec la défense du libéralisme comme étendard. « L’an passé j’ai lu dans un tract du PS que le libéralisme était la cause de tous les maux. Cela m’a choqué. Si aujourd’hui la commune d’Oreye est si riche, c’est grâce aux plus-values réalisées par le Crédit communal via un mécanisme de marché. Merci le libéralisme. Ce système a permis le bien-être qu’on connaît, malgré quelques catastrophes » . Et de reprendre. «En Région wallonne, on est trop encadré. L’initiative personnelle n’est presque plus possible à cause d’un ensemble d’organismes différents qui existent et dans lesquels on ne s’y retrouve plus. De plus en plus, votre pouvoir (NDLR, en s’adressant à la majorité) est réduit car il y a trop de législations »