garage filippini

  • Un tracteur arrache une ligne électrique entre Oreye et Heers !

    tracteur.JPGSamedi en fin d’après-midi, de gros embarras de circulation ont été provoqués par la chute de plusieurs poteaux électriques sur la Nationale 3 entre Oreye et Heers à hauteur du garage Filippini. C’est en voulant entrer dans un champ que le conducteur d’une arracheuse de pommes de terre a heurté des câbles électriques, installés le long de la Chaussée romaine, avec un élément de sa machine. «En position de route, on replie les tapis roulants de manière à diminuer l’encombrement du véhicule sur la chaussée. L’ennui, c’est qu’une fois repliés, ces tapis culminent à plusieurs mètres au-dessus de la voirie», explique un mécanicien, spécialiste de ce genre de machine.

    Au moment d’entrer dans le champ, le tapis a accroché une des tresses électriques. Vu la puissance de la machine, le chauffeur n’a rien senti et a continué à avancer dans la terre de pommes de terre. Les câbles, sous tension, ont suivi, entraînant la chute de plusieurs pylônes de béton. Un morceau de la ligne électrifiée qui enjambait la Chaussée romaine est tombé au sol, menaçant gravement la circulation.

    Rapidement sur place, la police de la zone Hesbaye et les pompiers de Waremme ont installé une déviation, le temps d’isoler la zone potentiellement électrifiée, de sécuriser les lieux et de permettre à une équipe de RESA d’intervenir pour couper le courant et enlever le câble. Heureusement, cet incident n’a fait aucun blessé. Le conducteur de l’engin agricole a même pu récolter sa précieuse cargaison de pommes de terre. La circulation a été rétablie vers 18 h 30.

  • Le Garage Filippini, une histoire datant de 1931 !

    Capture22r.JPGTout a commencé le week-end de pentecôte 1931… un passage à Oreye, un terrain à vendre… Quelques jours plus tard le Garage Filippini était né. Installer un garage automobile à Oreye, au milieu de la campagne, le long de l’ancienne route de Bruxelles où, à l’époque, à peine 5 - 6 voitures se partageaient la chaussée pavée… Un fou ce Jean ! Pourtant, il avait vu juste… Seul garage entre Ans et Saint-Trond, l’entreprise familiale a de plus en plus de demandes, elle se développe et engage ses premiers ouvriers en 1934. La seconde guerre mondiale va quelque peu perturber l’entreprise : moins de travail et surtout une occupation du garage par les armées belge, allemande, américaine et anglaise.

    Dès la fin de la guerre, les affaires reprennent! Premier contrat de réparation avec l’entreprise BALAES, le garage Filippini ajoute de nouvelles flèches à son arc : les poids lourds et le génie civil. Joseph, le fils de Jean, à la tête de l’entreprise familiale depuis 1961, vend sa première mini en 1964. Les années 60-70 marquent aussi une période de développement pour le secteur automobile. Joseph, qui était habitué à la clé anglaise et au tournevis, suit l’évolution de près et s’adapte aux nouvelles technologies, même si, par moment, il aime reprendre les vieux instruments pour taquiner le moteur de vieux modèles, sa passion de toujours !

    Depuis une dizaine d’années, Vincent, le fils de Joseph, a repris le flambeau … Dans le même souci d’efficacité que son père et son grand-père, il gère l’affaire familiale en profitant des opportunités qui s’offrent à lui : développement d’un atelier électrique,climatisation et vendeur officiel pour la Capturer.JPGmarque HITACHI, on peut dire que chaque génération apporte son boulon à l’édifice et c’est le secret de la performance chez Filippini !

    Mais, si le garage connaît un tel succès et une telle longévité, c’est surtout grâce à la fidélité de la clientèle qui côtoie la famille de mécanos depuis parfois 2 ou 3 générations ! Aujourd’hui, on peut l’assurer, si les clients reviennent, c’est parce que chez Filippini, avec le temps, on est bien plus qu’un simple client, on fait un peu partie de la famille !Enfin, comme le dit Vincent : « Si vous cherchez un garage luxueux, aux murs étincelants où les ouvriers travaillent en salopette blanche et ont toujours une main propre pour vous saluer, ne venez pas chez Filippini! Nous, on choisit de privilégier le service, le contact humain et la bonne humeur pour satisfaire le client ! ». De plus, ce côté rustique propre au vieux garage de campagne a rendu l’entreprise familiale un peu plus célèbre lors du passage de Michaël R. ROSKAM (réalisateur belge), qui a profité du décor naturel pour le tournage de plusieurs scènes du film belge RUNDSKOP (tête de boeuf) paru au cinéma en 2011 (et en 2012) et nominé aux oscars ! Une famille de mécanos, des vieilles voitures, un garage aux allures de décor de cinéma … et un 80ème anniversaire…

    Peut-être la trame d’un prochain film à Oreye !