football oreye

  • Stéphane Pirson futur entraîneur d’Oreye. L’ancien médian des Sucriers succédera à André Jamers en fin de saison.

    Capture.JPGSuite à l’annonce du départ d’André Jamers en fin de saison, Oreye n’a pas traîné pour dénicher son nouveau coach. C’est Stéphane Pirson, ancien joueur du club et de Hannut, notamment, qui reprendra les rênes des Sucriers.  

    Le président, Olivier Georges, nous avait promis que le nom du futur coach serait connu pour fin janvier. Les négociations auront finalement abouti beaucoup plus vite que prévu. Stéphane Pirson reprendra le groupe orétois dès la saison prochaine et entamera sa première expérience en tant que T1. Un joli challenge que l’ancien médian est impatient de relever.
     
    « Cela fait déjà un moment que le président me parlait de reprendre l’équipe si André Jamers venait à partir. Comme je n’avais jamais fermé la porte à cette proposition, Olivier Georges est revenu vers moi lorsqu’il a appris la volonté d’André Jamers de quitter ses fonctions la saison prochaine », explique l’ancien médian, qui avait décidé de prendre sa retraite footballistique il y a deux ans pour s’occuper de ses enfants. « Mais ils grandissent et je retrouve du temps pour de nouveau m’octroyer un loisir. La proposition orétoise était une belle occasion de reprendre du service dans une autre fonction », affirme le futur mentor, qui sera là avant tout comme T1. « Même si je n’ai que 34 ans et que je me sens encore capable de jouer, le groupe sera prioritaire. Mais si on venait à avoir une pénurie de joueurs, je pourrais dépanner. Mais ce n’est pas mon but. »
     
    Car l’objectif de Stéphane Pirson est de travailler sur du long terme tout en réalisant les attentes du club. « Je connais déjà une bonne partie du noyau mais je suis heureux de pouvoir compter sur l’aide d’Yves Vigneaux, qui restera comme T2, car j’ai quitté la série il y a déjà deux ans et cette dernière a sans doute évolué », lance Stéphane Pirson, qui va désormais se mettre à la tâche pour constituer son futur noyau. « Ma volonté est de travailler avec l’ensemble des joueurs déjà au club tout en incorporant un maximum de jeunes. On va voir si tout le monde veut rester et, en fonction des départs, on tentera de combler nos manquements. »
     
    En tout cas, le futur T1 se sent prêt pour ce challenge. « J’ai déjà été adjoint de Luc Ernes à Beaufays mais ce sera encore différent ici », termine celui qui sera sans doute le plus jeune coach de la série.

  • Victime d’un problème cardiaque, un joueur de 29 ans de P2 s’est écroulé durant l’échauffement de football.

    foot 2.JPG

    Victime d’un problème cardiaque, Cédric Verhasselt (29 ans) s’est écroulé durant l’échauffement de son équipe, Oreye. Après plusieurs dizaines de minutes de réanimation, il a été transporté toujours inconscient au CHR de la Citadelle où il a été admis aux soins intensifs.  
     
    Cédric Verhasselt a sans doute frôlé la mort ce dimanche lors du match entre Limont et Oreye, en 2 e provinciale liégeoise. Alors qu’il s’échauffait depuis quelques minutes, le médian orétois de 29 ans s’est écroulé sur le terrain sous les yeux stupéfaits de ses coéquipiers.
     
    « On s’est d’abord demandé ce qui lui arrivait mais, ne le voyant pas répondre, on a vite compris que c’était grave », explique Adrien Naldi, le kiné du club orétois, qui lui a directement prodigué les premiers soins en compagnie de Loïc Jadot, le gardien d’Oreye. « Il avait les lèvres bleues et son pouls était très faible. J’ai directement appelé mon père qui est médecin et qui, par téléphone, m’a conseillé pour le massage cardiaque. Le club limontois a également rapidement amené le défibrillateur cardiaque qui l’a choqué à plusieurs reprises en attendant les secours. »
     
    Après plusieurs minutes d’attente, les ambulanciers sont arrivés et ont directement tenté de réanimer Cédric. C’est ensuite le SMUR qui est venu apporter son aide. Après 45 minutes de réanimation, les urgentistes sont parvenus à récupérer un pouls très faible. Toujours inconscient, il a alors été transporté au CHR de la Citadelle à Liège.
     
    Actif dans la région liégeoise depuis plusieurs années, Cédric a effectué sa formation au Standard de Liège avant de porter les couleurs de clubs tels que Visé et Montegnée en division 3 ou encore Bas-Oha, Minerois et Vaux-Borset, à l’échelon provincial. Arrivé à Oreye cet été, il n’avait pas encore beaucoup joué en raison d’un retour tardif de vacances qui lui avait fait manquer une grosse partie de la préparation. « Je le trouvais en méforme et il m’avait confié, il y a deux semaines, être très fatigué et dormir beaucoup plus que d’habitude. Je lui avais conseillé d’aller faire une prise de sang pour en savoir plus car Cédric est quelqu’un de sportif, habitué à s’entraîner plusieurs fois par semaine », lance son coach, André Jamers, très choqué au même titre que tous ses coéquipiers et toutes les personnes présentes au moment de l’accident.
     
    Fils d’Alain Verhasselt, antiquaire connu dans la région liégeoise et décédé il y a 4 ans, Cédric vit également dans la Cité ardente en compagnie de sa petite fille et de sa compagne. Au moment de boucler ces lignes, il était toujours aux soins intensifs à la Citadelle où son état s’est stabilisé mais où les premiers examens n’ont rien divulgué quant à d’éventuels problèmes au cœur. Des examens complémentaires seront effectués dès ce lundi afin de connaître l’origine du problème. En attendant, tous ses coéquipiers d’Oreye croisent désormais les doigts afin que Cédric se réveille et qu’il soit sur pied le plus rapidement possible.
     
    Le match a, lui, été remis.

    foot.JPG

     Article La Meuse Olivier Joie

  • Les travaux continuent au football d'Oreye

    2366479189_4.jpgLa suite des travaux se poursuit au football. Après la toiture rénovée l’an dernier, ce sont les châssis des fenêtres qui viennent d’être  remplacés. Les 6 chauffe-eau seront également changés car ils datent de la construction des vestiaires.

    L’opposition a demandé si l’installation de panneaux photovoltaïques a été envisagée lors d’un précédent conseil communal. «Nous en avons prévu au hall omnisports mais pas au football. Tout simplement parce qu’il aurait fallu changer toute l’installation actuelle et que l’utilisation qui en est faite n’est pas assez régulière.» explique Michel Masset, échevin des sports.