enlèvements d'enfants

  • Enlèvements d'enfants: psychose à Oreye !

     oreye ecole.JPG« Je suis venu chercher ma petite fille juste après l’école. D’habitude, elle reste plus tard à la garderie », nous confie Albert Leduc, devant l’école communale d’Oreye. Ce papa ne perd pas une seule minute. Dès que sa petite Elsa pointe le bout de son nez, il l’accompagne jusqu’à la voiture. Il faut dire qu’Albert Leduc a de quoi être tracassé. Ce vendredi, lui et les autres parents d’élèves ont découvert dans le cartable de leur petite tête blonde un courrier plus qu’alarmant. « Voici une information de la plus haute importance de la police judiciaire section pédophile. Une camionnette tente d’enlever les enfants aux abords des écoles. L’homme a des traits africains et un nez fort écrasé », énonce ce document.

    Évidemment, les parents ne sont pas restés insensibles à cette lettre. Beaucoup de ces Orétois croient dur comme fer que des pervers rôdent près de l’école de leurs enfants. Puisque, apparemment, la direction et la police relayent l’information... Bref, il ne s’agirait pas que d’une simple rumeur. «Au départ, mon mari disait que ce n’étaient que des histoires, des mensonges. Mais si c’est un communiqué officiel de l’école, on se dit que c’est la vérité. En plus, le professeur de mon fils lui a expliqué ce qu’est un pédophile pendant ses cours. Depuis, il voit cette fameuse camionnette partout. Les vôtres aussi ?», interpelle Geneviève Roulxiaux.

    Les autres parents d’élèves acquiescent directement. Albert Leduc enchaîne : « En tout cas, si c’est une rumeur, c’est très grave. Les enfants ont vraiment été choqués par cette histoire». La preuve, sa petite Elsa pose beaucoup de questions et a du mal à trouver le sommeil. «Je savais qu’il y avait des méchants, mais pas près de mon école », nous confie la petite fille. De son côté, son papa boulanger est de plus en plus suspicieux. « Ce dimanche après-midi, un gars est venu frapper à ma porte. Il voulait des batteries pour sa voiture. Vous auriez dû voir son véhicule : une camionnette, justement. Avec plein de choses étranges à l’intérieur. En plus, sa plaque d’immatriculation était étrangère. J’aurais dû appeler la police...», glisse-t-il.

    1.JPGHeureusement, jusqu’à présent, aucun de ces parents n’a aperçu de pervers essayer d’enlever les élèves. Mais ils en sont certains : il n’y a pas de fumée sans feu. Dans les couloirs de l’école, c’est d’ailleurs LE sujet de conversation de leurs enfants. «Mon petit-fils m’a même demandé si les pédophiles voulaient l’attraper. Je ne suis pas vraiment favorable à ce courrier car il inquiète les enfants», indique Henriette. Mais même si cette mamy semble moins alarmiste que d’autres, elle est allée chercher son enfant juste devant l’école.

    En effet, le terrain de foot, où les enfants sortaient d’habitude, juste à côté de l’établissement, est considéré comme dangereux. «C’est là qu’on aurait vu les pédophiles. Depuis, l’école a fermée la barrière pour qu’on ne puisse plus y accéder», nous montre Albert Leduc, bien décidé à protéger sa petite Elsa.

    La directrice réagit

    Lire la suite