conseil communale oreye

  • Les élus orétois ont voté le budget pour l’exercice 2015 avec un léger boni !

    Capturer.JPGLes élus orétois ont voté le budget pour l’exercice 2015. Si un léger boni se dégage à l’ordinaire, les dépenses à l’extraordinaire ont été présentées. Des investissements de plus d’1,5 million d’euros sont prévus, mais plusieurs réalisations dépendront des subsides obtenus.

    Réuni lundi soir, le Conseil communal d’Oreye a approuvé le budget 2015, avec un boni de 1.209 euros à l’exercice propre. «Par rapport au budget de 2014, les prévisions à l’exercice propre sont en augmentation de 2,1 %, tant au niveau des recettes que des dépenses. Quant au boni total, il s’élève à 365.874 euros», expose Freddy Hellings, échevin des finances. Quant au budget extraordinaire, il affiche un déficit à l’exercice propre d’1.595.053 euros qui s’explique comme suit : «Il s’agit d’un prélèvement issu du boni des exercices antérieurs à l’ordinaire et qui vise à financer des investissements en matière de travaux et d’achats», analyse l’édile socialiste.

    Parmi les investissements prévus en 2015, figurent plusieurs chan- tiers : «257.330 euros serviront  à l’entretien des voiries ruelle d’Elisabeth et Blise voie. 20.000 euros sont prévus pour l’égouttage de la rue du Vinâve. L’aménagement de la place de Bergilers est estimé à 58.000 euros. Les abords d’école pourraient aussi être aménagés. Quant au projet de nouvelle classe primaire, 300.000 euros sont prévus, et 150.000 euros le sont aussi pour un terrain de football synthétique», dé- taille Freddy Hellings, avant de rappeler : «Nous essayons de prévoir au mieux, mais tout ne sera pas dépensé, car nous budgétisons des projets dont la réalisation dépend des subsides, comme pour la salle polyvalente ou le terrain de football synthétique dont la réalisation est conditionnée à l’octroi de subventions.»

    Lors du vote, le budget a été voté à dix voix « pour » et deux « contre ». Parmi les deux votants qui ont marqué leur opposition à ce budget, Bernard De Sart s’est interrogé sur la direction prise par la majorité : «Je n’aperçois aucun changement politique alors que les frais augmentent, le boni diminue et le bas de laine fond. Quel signal attendez-vous ? Nous connaissons les mêmes difficultés depuis plusieurs années, nous vivons sur nos acquis et aucune évolution n’intervient.»

    «Les frais de fonctionnement ont été réduits de 26.000 euros. Impossible de gagner plus d’argent, sauf en renvoyant du personnel ou en augmentant les taxes», a répondu Isabelle Albert, la bourgmestre d’Oreye.

    Zone de police – Répartition inégale !

    Les élus orétois ont débattu de l’intervention communale au budget de la zone de police Hesbaye. «Notre participation s’élevait à 371.115 euros l’année passée. Nous avons prévu au budget une augmentation de 4,4 % alors qu’une hausse de près de 14 % nous est réclamée. Lors des Collèges de police, je discute de cette répartition avec mes collègues bourgmestres, car Oreye paye 92 euros par habitant, là où les autres mettent une soixantaine d’euros. Certes, il faudra compenser le vide financier et payer la différence, mais cette décision vise à marquer notre mécontentement», explique la bourgmestre.