comité face au vent

  • Plus de 70 citoyens s’informent sur le projet de 10 éoliennes par la société Enéco.

    Capture3.JPG

    Dans le cadre de la demande de permis unique relative à la construction de dix éoliennes par la société Eneco, une réunion d’information s’est tenue à Oreye.

    Après la présentation du projet au travers de trois exposés du représentant d’Eneco, de la coopérative HesbEnergie et du bureau qui réalise l’étude d’incidence sur l’environnement, une séance de questions-réponses a eu lieu.
     
    Plusieurs sujets ont été abordés par les citoyens : « Ce projet, que j’estime inacceptable, revêt un impact environnemental sur les habitations plus important que les précédents. Je crois également que, même si la commune perçoit une taxe de 12.500 euros, elle risque de payer davantage lors du démantèlement avec un coût de 800.000 euros par éolienne », évoque un Orétois.
     
    Et qui de la dévaluation des maisons ? « Le démantèlement reste à charge du développeur. Quant à l’impact environnemental, l’analyse de ce point figure de manière détaillée dans l’étude. Pendant la période de développement du projet, on observe une diminution de la valeur immobilière de 5 à 7 %. Or, quand le projet entre dans ses phases de construction et d’exploitation les habitations retrouvent leur valeur de départ », répondent les représentants présents.
     
    Plusieurs habitants de Remicourt ont pris la parole lors de la réunion. Ce projet prévoit l’implantation des dix éoliennes le long de l’autoroute E40, sur le territoire orétois (et crisnéen pour un mat), mais à certains endroits, les mats semblent plus proches des villages remicourtois que des habitations orétoises. Thierry Missaire, le bourgmestre remicourtois s’en inquiète : « Le projet rapport financièrement à Oreye alors que le plus grand impact concerne Pousset et Hodeige. Pourquoi ne pas déplacer ces éoliennes vers le nord et les éloigner de Remicourt qui en aura le moins en retour ? », interroge-t-il. 
     
    « Il faut voir les résultats de l’étude d’incidences qui reprend les impacts sur les différents villages. Soit il y a une fédération contre le projet, soit un dialogue d’Eneco avec les riverains et on peut revoir l’implantation du site, comme nous l’avons fait à Wasseiges », atteste Arnaud janvier, d’Eneco, en guise de conclusion. (article du journal la Meuse 14-04-2016 J.M.)
     
     
     
     
    Le Gouvernement wallon accorde le permis unique d'Elicio pour la construction et l'exploitation de 6 éoliennes au Nord de la Chaussée Romaine.
     
    12957197_10209257685704517_1222067374_n.jpg
    "Le comité "face au vent" vous interpelle. Si un recours en Conseil d’État n'est pas intenté très rapidement, la décision du Ministre étant exécutoire, la construction des éoliennes pourra commencer  dés le 25 mai 2016.
     
    Un appel est lancé à toute la population, afin d'obtenir une aide pour financer ce recours.
     
    Toutes les informations à ce sujet sont précisées sur le site www.faceauvent.be, vous y trouverez le numéro de compte "Face au vent" sur lequel vous pourriez verser votre participation." explique un membre de ce comité contre l'éolien.