christophe nihon

  • L'Orétois Christophe Nihon rachète les paraboles Belgacom de Lessive (Rochefort).

    Capture.JPG

    L’ancien site Belgacom de Lessive (Rochefort) sera bientôt dans de nouvelles mains, celle d’un promoteur liégeois. Il espère rentrer une demande de permis l’année prochaine. « Mais avant cela, je veux rencontrer tous les acteurs concernés », dit-il.  

    Véritable patrimoine technologique belge, le site Belgacom de Lessive (Rochefort) est connu pour ses fameuses paraboles. Il risquait de tomber à l’abandon. Il vient heureusement d’être racheté par Christophe Nihon, un promoteur immobilier liégeois.
     
    Depuis quelques années, les paraboles étaient utilisées par une société indienne, qui s’en servait comme relais vers l’Afrique. Mais la forêt et le centre de séminaires étaient, par contre, inutilisés et mis en vente par Belgacom.
     
    Capture2.JPGDe grosses difficultés financières ont forcé la société indienne à se séparer également des paraboles.
    Voilà comment Christophe Nihon a pu mettre la main sur l’entièreté du site. « En ce qui concerne les paraboles, il faut encore attendre l’accord du tribunal de Commerce », prévient-il. Mais comme il a déjà obtenu l’accord des créanciers de la société indienne, cela ne devrait pas poser de problèmes…
     
    Ces dernières années, plusieurs acteurs s’étaient ainsi montrés intéressés par l’ancien centre de séminaire et les 43 hectares de terrain qui vont avec. « Mais je suis le premier à avoir remembré tout le site ! » C’est un avantage, même si le site, magnifique mais perdu en pleine campagne, peut paraître difficile à valoriser. « Et je ne sais pas encore ce que je vais en faire ! », jure, en souriant, le nouvel acquéreur, spécialisé dans la recherche de locaux pour les entreprises. « En fait, des idées, j’en ai déjà des dizaines et j’en attends encore des dizaines. Mais je crois que le site a du potentiel, et je vais d’abord rencontrer un maximum de monde avant de décider. » Christophe Nihon souhaite en effet récolter le soutien de la commune, la Province, la Région… « Je me suis donné deux mois pour rencontrer tout le monde », reprend Christophe Nihon. « Et je suis accueilli à bras ouverts par tout le monde. Je sens un engouement. Mon but, c’est de transformer les contraintes du site en forces. » Et des contraintes, il y en a. Les paraboles auraient déjà pu, par exemple, effrayer plus d’un repreneur. Christophe Nihon, lui, pense les conserver. Ou du moins, une partie. « Au niveau de l’entretien, ça va être une contrainte ! Mais c’est une force en termes d’image, de nostalgie, de connaissance du site… »
     
    Le nouveau propriétaire du site espère rentrer une demande de permis en 2017. « Et tout ce que je sais, c’est qu’on y fera quelque chose de nouveau, et de qualité ! » (article la Meuse Namur 23-12-16)
     
  • Un concept aromatique orétois unique en Belgique. Dégustez de bons produits en respirant des arômes capturés dans des bulles de verre !

    Capturer.JPGUn concentré d’arômes dans un socle en verre : c’est le concept novateur et unique en Belgique que lance Christophe Nihon pour déguster du vin, du whisky ou de la moutarde. L’Orétois va inaugurer ses douze « AromaSphères » au salon du vin de Bergilers ce week-end.

    Grâce à son concept unique en Belgique, intitulé « AromaSphère », Christophe Nihon va agrémenter la foire aux vins de Bergilers d’une exposition olfactive et visuelle. « Douze bulles de verres, soufflées par un artisan verrier, servent d’écrin à douze catégories d’arômes. C’est un nouveau concept original et ludique pour découvrir des senteurs en rapport avec un produit particulier», explique-t-il. « Cette idée provient de Bourgogne. Une exposition similaire m’a épaté et j’ai voulu la reproduire pour notre salon du vin de Bergilers qui se déroule ce week-end», déclare Christophe Nihon. Car c’est à l’occasion du seizième salon du vin de Bergilers que l’Orétois va étrenner son concept.

    Capturer2.JPGCes « AromaSphères » permettent de découvrir de façon ludique les arômes du vin, du whisky, du café, du miel, des cigares, des confiseries, des moutardes et même des humus. Christophe Nihon se base sur une roue de 88 arômes divisés en différentes catégories et sous-catégories : « Ces sphères en verre révèlent chacune une famille aromatique, comme les chocolats, fruits, végétaux, épices, et offrent la possibilité d’en déceler les nuances représentées dans un produit. Les senteurs rappellent aussi des souvenirs et nous replongent à des moments de la vie.» Au-delà de l’aspect olfactif, le concepteur a également voulu rendre son idée visuelle : «Contenir les arômes dans un socle installé sur un tonneau de bois représente un bon moyen pour en apprendre davantage sur les senteurs et les odeurs. Les produits sont installés avec soin et disposés de sorte qu’ils soient aussi beaux à voir.» Chapeau pour l’odeur de cuir ou bouquet floral pour les senteurs de rose. Et Christophe Nihon ne manque pas d’idées.

    POUR ENTREPRISES ET AMATEURS

    Capturer3.JPGInaugurées à Bergilers, ces « AromaSphères » serviront à différentes animations : « Elles permettent d’expliquer les subtilités des arômes et ainsi renvoyer les visiteurs vers les stands des vignerons. Deux bouteilles sont installées à côté de chaque sphère qui reflète le mieux les arômes de leur vin. Par exemple, les arômes de fruits rouges contenus dans la sphère numéro 3 renvoient vers un Vacqueyras rouge. Autre exemple, les agrumes et fruits frais à chair blanche de la sphère 1 se rapportent à un Quincy», détaille Christophe Nihon.

    Capturer4.JPGSi le vin figure à l’honneur, la découverte de l’« AromaSphère » peut se décliner sous d’autres nombreuses formules, selon la demande et l’attente de chacun. « Nous proposons, par exemple, une combinaison dégustation-mise en évidence des subtilités des arômes d’un produit, commentée par des professionnels, le tout au cœur du Moulin de Bergilers, un lieu alliant charme et histoire.

    Nous nous adressons notamment aux groupements d’entreprises, associations, grossistes alimentaires, ou groupes d’amateurs avertis. Mais je m’adresse à des spécialistes pour présenter ces produits. Pour le vin, je boirai les paroles de l’œnologue Jacques Lemoine», conclut Christophe Nihon.