chantal delvaux

  • Une page se tourne après 40 années pour Chantal Delvaux, directrice de l'école communale d'Oreye...

    DSC_0035.JPGA l’école communale d’Oreye, une page d’histoire se tourne. Après 40 ans de bons et loyaux services, Chantal Delvaux, directrice depuis 8 ans a rangé définitivement son bureau lors des vacances de Toussaint. Je suis forcément un peu triste, notamment pour le contact avec les enfants, les collègues et les parents..

    Même si parfois ça me pèse sur le moment, ça va me manquer. La coupure sera brutale donc j’aurai dur ”. En autant d’années de métier, Madame Delvaux a vu défiler un paquet d’enfants sous ses yeux. J’ai même eu en classe des enfants d’anciens élèves. En plus, comme mon mari organise des cours de natation et des stages pour les enfants, je connais presque tout le monde dans le village. Cela m’aide dans mon travail, mais si je me rends à une manifestation, je dois faire le tour de toutes les tables pour dire bonjour à tout le monde .

    chantal delvaux,ecole communale oreye,enseignement communale,oreyeTous les élèves qui sont passés par sa classe ou par son bureau connaissent parfaitement cette voix si particulière qui sait élever le ton quand il le faut. Je gronde en dernier ressort. J’étais un peu la roue de secours au niveau de la discipline. Quand les autres ont tout essayé, on m’amenait l’élève, sourit celle qui profitera de sa retraite pour s’occuper de son petit fils, de son mari et de ses deux dogues allemands ainsi que de Lucien, son nouveau petit chien offert par les enseignants ainsi que le personnel technique de l'école ! 

    Elle l’avoue elle-même, parfois certains élèves avaient peur de se rendre dans sa classe. Mais après, ils disaient quand même tous que j’étais gentille et ils m’appréciaient, précise celle qui part avant l’âge de la pension et qui se définit comme pas encore vraiment vielle.

    Album photos: Au revoir Madame Delvaux !

    (merci à Alain et Domi pour les photos !)

  • Après 40 années de carrière à l'école communale, Chantal Delvaux quittera définitivement son école...

    Chantal Delvaux.JPGDu côté de l’école communale d’Oreye, une page d’histoire va bientôt se tourner. Chantal Delvaux, la directrice, a effectué la rentrée des classes pour la dernière fois de sa carrière. Après 40 ans de bons et loyaux services, celle qui est directrice depuis 8 ans rangera définitivement son bureau lors des vacances de Toussaint. Je serai forcément un peu triste,notamment pour le contact avec les enfants, les collègues etles parents. Déjà rien que ce premier jour de rentrée, on acrié 25 fois Madame Delvaux.

     

    Même si parfois ça me pèse sur le moment, ça va me manquer. La coupure sera brutale donc j’aurai dur, expose la toute jeune grand-mère d’un petit Louis âgé de 5 mois. En autant d’années de métier, la maman de la présidente du CPAS orétois a vu défiler un paquet d’enfants sous ses yeux. J’ai même eu en classe des enfants d’anciens élèves. En plus, comme mon mari organise des cours de natation et des stages pour les enfants, je connais presque tout le monde dans le village. Cela m’aide dans mon travail, mais si je me rends à une manifestation, je dois faire le tour de toutes les tables pour dire bonjour à tout le monde .

     

    Tous les élèves qui sont passés par sa classe ou par son bureau connaissent parfaitement cette voix si particulière qui sait élever le ton quand il le faut. Je gronde en dernier ressort. Je suis un peu la roue de secours au niveau de la discipline. Quand les autres ont tout essayé, on m’amène l’élève, sourit celle qui profitera de sa retraite pour s’occuper de son petit fils et de ses deux dogues allemands.

     

    Elle l’avoue elle-même, parfois certains élèves avaient peur de se rendre dans sa classe. Mais après, ils disaient quand même tous que j’étais gentille et ils m’appréciaient, précise celle qui partira avant l’âge dela pension et qui se définit commepas encore vraiment vielle.

     

    En attendant, elle prépare la suite de l’école orétoise en écolant Anne-Marie Daerden qui prendra sa succession. «