chômage technique bénéo orafti

  • Chômage économique chez Beneo-Orafti suite à la spéculation sur les marchés !

    Capturer.JPGL’entreprise Beneo-Orafti, basée à Oreye, produit des dérivés de la chicorée. Elle a mis une partie de son personnel au chômage économique : «Il n’y a aucun problème au sein de la société,les machines sont performantes et la qualité des produits est bonne.Cette décision s’explique par une baisse des commandes conjuguée avec une production plus rapide que prévue», explique Patrick Rehan, délégué du syndicat FGTB.

    Décidé, il y a près d’un mois, ce chômage économique s’étend sur trois semaines. Cette situation, une première au sein de l’entreprise, concerne environ 140 ouvriers. Le scénario apparaît pour le moins étonnant, d’autant que les rendements s’avèrent excellents pour la période de récolte qui vient de se terminer. «La campagne plus courte et la production plus rapide causent ce chômage économique. Les produits sont de qualité optimale, mais les acheteurs les veulent à un prix moindre. Les stocks se remplissent, mais les ventes ne suivent pas forcément en raison de la situation sur le marché », analyse Raymond Docquier, secrétaire régional de la CSC pour les secteurs de l’alimentation et des services.

    C’est la spéculation sur les marchés qui semble donc impacter directement les travailleurs. Même si des inquiétudes naissent parmi les travailleurs, la direction se veut toutefois rassurante, d’autant que ce chômage économique est une première à Oreye. « Une discussion à ce sujet se tient chaque année lors du Conseil d’entreprise et jamais cette mesure n’avait été prise. À l’instar des travailleurs, nous espérons que ce chômage reste extraordinaire», évoque Raymond Docquier.

    DES TOURNANTES

    Les équipes de production semblent surtout touchées, mais une organisation est mise en place avec des tournantes entre travailleurs pour éviter l’absence totale d’ouvriers sur le site, car tout ce qui concerne l’entretien des machines doit être maintenu.