carrefour market oreye

  • Les sauces Colona enfin dans les magasins de la région dont le Carrefour Market d'Oreye qui souhaite mettre en valeur les petits producteurs locaux.

    sauces.JPGColona vend désormais ses sauces dans certaines grandes surfaces de la région. Une démarche récente que l’entreprise familiale basée à Waremme développe en raison de la demande croissante des particuliers. Majoritairement exportées, les sauces Colona sont maintenant vendues au détail.

    Alors qu’en France les sauces Colona sont dans tous les supermarchés, il n’en est rien en Belgique. «  Nous sommes présents en Belgique, mais à travers les marques des distributeurs (comme Colruyt, Intermarché et Carrefour, NDLR). Notre arrivée dans deux magasins de la région, au Delhaize de Braives et au Carrefour d’Oreye, est récente et démontre notre volonté de développer notre commerce au détail. Et après quelques semaines, ça démarre fort  », indique Philippe Colon, administrateur délégué de la société waremmienne et petit-fils du fondateur.

    C’est avec son frère Jean-Luc que Philippe Colon a conquis des marchés étrangers pour faire de Colona une référence, en témoignent les prix remportés par l’entreprise familiale : lauréat au Grand Prix Wallon de l’Entrepreneuriat 2013 et finaliste au concours de l’entreprise de l’année 2014. Le Carrefour Market d’Oreye propose les sauces Colona en vente directe. Une démarche qu’une responsable du magasin a entreprise à l’égard de l’entreprise waremmienne : «Il s’agit de sauces de la région et notre magasin veut justement soutenir les producteurs locaux en proposant ces produits. Les sauces Colona figurent sur un présentoir proche des caisses. Cet emplacement permet de les mettre en valeur, mais s’explique aussi parce que je ne dispose pas forcément de la place pour les mettre en rayon. Et puis nous devons composer avec les promotions nationales de Carrefour et faire attention aux autres produits», explique Alain Cloesen, le gérant du Carrefour Market d’Oreye.

    La grande surface orétoise propose également d’autres produits locaux : « On vend les confitures du Goût Retrouvé. Ce produit détient un pourcentage de fruits plus élevé et les différentes variétés sont très bonnes. Nous voulons soutenir les producteurs locaux, mais c’est plus difficile quand il s’agit de produits frais. Pour les sauces et les confi- tures, par exemple, la date de conservation est plus longue et nous pouvons les commander en plus grandes quantités et ainsi réassortir le rayon régulièrement.»

  • Grand déstockage de vêtements neufs ce samedi à Oreye !

    aspire magasin.jpgCe samedi 8 juin, entre 10h00 et 16h00 aura lieu un grand déstockage de vêtements neufs pour hommes, femmes et enfants + accessoires sur le parking du Carrefour Market situé sur la Grand'Route à Oreye. Un château gonflable est également prévu pour les enfants ainsi qu'un barbecue !

  • Des chèques électroniques pour payer ses courses au Carrefour Market d'Oreye

    chèque électroniques,oreye,carrefour market oreyeDepuis 7 mois, les premiers chèques-repas électroniques ont fait leur apparition en Belgique. Le bon vieux papier commence à être abandonné progressivement. Pourtant de nombreux commerces ne sont pas encore équipés pour accueillir le nouveau concept. Plus rapide, plus pratique, plus sûre,… la formule a déjà séduit le magasin Carrefour Market d’Oreye qui l’utilise depuis quelques mois.

    Après moult hésitations et reports, la nouvelle version des chèques-repas est apparue en décembre 2011. En vue de se moderniser, la décision a été prise de remplacer le traditionnel papier par une carte à puce ressemblant à une carte bancaire. Après quelques mois d’existence, le raz-de-marée espéré n’a pas encore eu lieu. Que ce soit du côté des clients ou des magasins, le changement ne s’est pas encore matérialisé. Même si l’infrastructure se met en place dans de plus en plus de commerces.

    « Pour notre magasin, cela constituait un plus. Si les clients possèdent leurs chèques-repas sous forme électronique et qu’on ne les accepte pas, ils iront tout simplement faire leurs courses ailleurs. Donc il valait mieux posséder l’infrastructure » explique de manière très pragmatique Catherine Little, secrétaire au Carrefour Market d’Oreye. Toutefois, l’argument commercial doit être placé aux côtés de nombreuses autres considérations. « Le nouveau système nous permet d’être remboursé beaucoup plus rapidement. Avant il fallait attendre qu’on ait un certain montant pour renvoyer les chèques par la poste, puis attendre pour être remboursé. Avec la carte, la procédure est beaucoup plus rapide » poursuit l’Orétoise . La jeune femme continue. « Aussi avant on préférait vérifier le montant exact des chèques en les comptant manuellement. Il y a également moins de risque de triche. Avant certains magasins, mais pas le nôtre, acceptaient les chèques-repas même pour du non-alimentaire. Avec la carte électronique, ce n’est plus possible ».

    Néanmoins, Capturer2.JPGce nouveau système représente un coût certain pour les commerçants. « En effet même si on utilise les terminaux bancaires déjà existants, on a dû activer une fonctionnalité et payer pour celle-ci. En plus de cela, il existe des frais mensuels ainsi que des frais de transaction. On avait le choix entre un montant forfaitaire ou un pourcentage de la transaction. On a préféré prendre le forfait puisque dans notre magasin les gens font souvent leurs grosses courses ».

    Alors que les chèques-repas électroniques sont acceptés depuis les vacances de Pâques dans le magasin orétois, les clients ne sont pas encore très nombreux à les utiliser. « Au début on en avait très peu mais maintenant je dirais environ un par jour » confie Catherline Little.

  • Pickpokets au Carrefour Market d'Oreye !

    3399496322.jpgSamedi dans l'après-midi, alors qu’elle était à la caisse du supermarché Carrefour Market d'Oreye, une retraitée s’est faite aider pour le rangement des courses par un homme et une femme. Au moment où elle payait ses achats par carte de crédit, les individus ont profité pour regarder son code bancaire. Ils ont ensuite quitté le magasin pour se diriger vers un véhicule immatriculé en France.

    Toute la scène a été filmée par les nombreuses caméras de surveillance du magasin. La police s'est rendue rapidement sur les lieux.

    D'après Alain Cloesen, gérant du magasin, il pense que ce sont les mêmes pickpockets qu'il y a quelques mois. Il conseille également de ne jamais se faire aider par des inconnus, surtout à la caisse.