belgacom

  • L'Orétois Christophe Nihon rachète les paraboles Belgacom de Lessive (Rochefort).

    Capture.JPG

    L’ancien site Belgacom de Lessive (Rochefort) sera bientôt dans de nouvelles mains, celle d’un promoteur liégeois. Il espère rentrer une demande de permis l’année prochaine. « Mais avant cela, je veux rencontrer tous les acteurs concernés », dit-il.  

    Véritable patrimoine technologique belge, le site Belgacom de Lessive (Rochefort) est connu pour ses fameuses paraboles. Il risquait de tomber à l’abandon. Il vient heureusement d’être racheté par Christophe Nihon, un promoteur immobilier liégeois.
     
    Depuis quelques années, les paraboles étaient utilisées par une société indienne, qui s’en servait comme relais vers l’Afrique. Mais la forêt et le centre de séminaires étaient, par contre, inutilisés et mis en vente par Belgacom.
     
    Capture2.JPGDe grosses difficultés financières ont forcé la société indienne à se séparer également des paraboles.
    Voilà comment Christophe Nihon a pu mettre la main sur l’entièreté du site. « En ce qui concerne les paraboles, il faut encore attendre l’accord du tribunal de Commerce », prévient-il. Mais comme il a déjà obtenu l’accord des créanciers de la société indienne, cela ne devrait pas poser de problèmes…
     
    Ces dernières années, plusieurs acteurs s’étaient ainsi montrés intéressés par l’ancien centre de séminaire et les 43 hectares de terrain qui vont avec. « Mais je suis le premier à avoir remembré tout le site ! » C’est un avantage, même si le site, magnifique mais perdu en pleine campagne, peut paraître difficile à valoriser. « Et je ne sais pas encore ce que je vais en faire ! », jure, en souriant, le nouvel acquéreur, spécialisé dans la recherche de locaux pour les entreprises. « En fait, des idées, j’en ai déjà des dizaines et j’en attends encore des dizaines. Mais je crois que le site a du potentiel, et je vais d’abord rencontrer un maximum de monde avant de décider. » Christophe Nihon souhaite en effet récolter le soutien de la commune, la Province, la Région… « Je me suis donné deux mois pour rencontrer tout le monde », reprend Christophe Nihon. « Et je suis accueilli à bras ouverts par tout le monde. Je sens un engouement. Mon but, c’est de transformer les contraintes du site en forces. » Et des contraintes, il y en a. Les paraboles auraient déjà pu, par exemple, effrayer plus d’un repreneur. Christophe Nihon, lui, pense les conserver. Ou du moins, une partie. « Au niveau de l’entretien, ça va être une contrainte ! Mais c’est une force en termes d’image, de nostalgie, de connaissance du site… »
     
    Le nouveau propriétaire du site espère rentrer une demande de permis en 2017. « Et tout ce que je sais, c’est qu’on y fera quelque chose de nouveau, et de qualité ! » (article la Meuse Namur 23-12-16)
     
  • Ce 1er février sera synonyme de toute une série d’augmentations !

    Ce 1er février sera synonyme de toute une série d’augmentations. Vont grimper le prix de la bière mais aussi celui des consultations médicales ainsi que vos dépenses pour les transports en commun ou encore celui des tarifs pratiqués chez Belgacom et Telenet. Voici le détail de tout ce qui vous coûtera plus cher dès ce vendredi…

    Capturer2.JPGDès ce 1er février 2013, il vous faudra puiser davantage dans votre portefeuille pour satisfaire vos dépenses dans plusieurs domaines. À commencer par celui des consultations médicales. l Les honoraires pour les consultations chez le médecin ou les visites à domicile vont augmenter de 2 %. Cet accord conclu entre médecins et mutualités sera valable durant deux ans, soit jusqu’à la fin 2014. L’index se chiffre à 2,7 %, mais l’augmentation sera limitée à 2% pour les consultations et visites à domicile des médecins. Les médecins qui n’acceptent pas l’accord peuvent appliquer leurs propres tarifs, mais ne bénéficieront pas des avantages des médecins conventionnés. Une prime d’intéressement annuelle de 434 euros est notamment prévue pour les médecins conventionnés.  

    Capturer1.JPGLe prix de la bière augmente chez AB InBev et Alken-Maes. Le groupe brassicole InBev Belgium adaptera à la hausse le prix de la bière de 2 centimes d’euro par verre en moyenne, à partir du 1er février. Alken-Maes qui brasse les Maes, Cristal, Grimbergen et Affligem – fera pareil et là, l’augmentation sera limitée à 1,7 centime en moyenne par verre consommé. La hausse de prix chez AB InBev (Jupiler, Stella Artois, Hoegaarden, Leffe, Belle-Vue) signifiera pour l’horeca une augmentation de prix de 7 centimes par litre en moyenne (taxes et accises comprises) tandis que l’adaptation moyenne du prix dans la grande distribution s’élèvera à 8 centimes par litre en moyenne (taxes et accises comprises).

    Lire la suite

  • Les cabines téléphoniques à Oreye... de l'histoire ancienne?

    cabine téléphonique,belgacom,cabines téléphoniques oreyeIl ne reste plus que 4734 cabines téléphoniques en Belgique alors qu’on en comptait encore 18.000 il y a quinze ans. En janvier 2011, on en comptait toujours 6370. Deux millions d’euros sont dépensés chaque année par Belgacom pour la maintenance de ces cabines alors que, aujourd’hui, un millier d’entre elles ne sont pas utilisées et nombreuses d’entre elles, servent moins de 7 minutes par mois ! L’utilisation en moyenne en 2012 atteint péniblement les 14 minutes…

    Depuis l’avènement de la téléphonie mobile, l’opérateur y perd donc de l’argent mais la loi sur les télécommunications du 13 juin 2005 fixe un minimum de cabines en dessous duquel Belgacom ne peut pas descendre : 2000 cabines publiques sur tout le territoire et, chacune des 589 communes doit disposer d’au moins une cabine. À Oreye, nous pouvons en compter plusieurs :

    -          Rue des Combattants (Oreye) - Face à l’église Saint-Clément

    -          Rue Louis Maréchal (Oreye) - Face à la Raffinerie Bénéo-Orafti

    -          Rue Louis Maréchal (Bergilers) - Face à la crèche communale

    -          Rue Louis Maréchal (Grandville) - Face au numéro 90