bénéo-orafti oreye

  • La démolition de la sécherie a débuté chez Bénéo-Orafti !

    blog.jpgRetardés de quelques mois à cause du gel, les travaux de démolition de l’ancienne sécherie de l’usine Beneo-Orafti viennent de commencer. Dix cuves de 15 mètres de haut, le hall de production, ainsi que cinq maisons inhabitées vont disparaître.

    L’ancienne sécherie de 1974, le long de la Grand-route d’Oreye, ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Les travaux de démolition, assez impressionnants, ont en effet débuté... après quelques mois de retard. «Avec le froid et la neige, ce n’était pas possible de faire travailler des hommes dans une nacelle à 20 mètres de hauteur , explique Jean Croquet, responsable de la sécurité et de l’environnement Beneo-Orafti sur le site d’Oreye.

    Nous avons néanmoins mis ces derniers mois à profit pour trier et récupérer les matériaux à l’intérieur des structures.» Dix cuves de 15 mètres de haut, le hall de production, plus cinq maisons inhabitées vont être rasées. « Auparavant, la pulpe de betterave/chicorée était séchée pour obtenir des pellets destinés à nourrir les bovins. La sécherie fonctionnait au fuel extra lourd. Or, avec l’augmentation du prix du carburant ces dernières décennies, ce n’était plus rentable. Désormais, nous vendons la pulpe non séchée aux agriculteurs», poursuit-il.

    blog 1.jpgA la place de la sécherie (cuves +hall), l’entreprise va construire deux silos pour stocker lesdites pulpes (« pour une facilité de chargement des camions») ainsi que des espaces de stockage de pierres calcaires et du matériel roulant.  Les cinq maisons vétustes, autre- fois habitées par l’ancien patron et les ouvriers saisonniers flamands, seront quant à elles remplacées par un parking. «Les plus vieilles datent de la construction de l’usine, en 1895. Elles ont été abandonnées dans les années 1990 et n’ont plus été utilisées depuis», indique Jean Croquet.

    Les riverains de la raffinerie devraient y gagner en lumière. «Ils étaient dans l’ombre à cause des anciennes cuves, exposées plein sud. Les silos que nous allons construire ne seront plus parallèles à la route, mais en retrait.»

    La démolition des divers bâtiments devrait se terminer en septembre prochain. Les nouveaux silos seront opérationnels dans deux ans.