arme

  • "Ils ont tiré dans ma voiture sans raison" explique l'orétois.

    Dans la nuit de samedi à dimanche, aux alentours de 2h du matin, l’Opel Corsa d’un jeune Orétois a été la cible d’un tir d’arme à feu. Sans aucune raison, selon lui. Résultat : sa voiture est au garage et l’Orétois doit aller travailler à vélo.

     

    auto.JPG« J’étais chez moi samedi soir. Aux alentours de 2h du matin, j’ai entendu un bruit, pas un coup de feu, plutôt un bruit de compression métallique », témoigne l’Orétois qui tient à garder l’anonymat. « Sur le coup, je ne me suis pas plus tracassé que ça. J’ai pensé qu’on avait accroché mon rétroviseur. Je me suis dit que je verrais bien le lendemain ».

     

    Sauf qu’en se réveillant, le jeune homme a tenté d’allumer le contact de son Opel Corsa et qu’il n’a pas réussi à démarrer. « Je n’ai pas compris tout de suite. J’ai fait le tour de mon véhicule et j’ai vu qu’il y avait un trou dans le capot. J’ai compris que c’était un impact de balle. J’ai donc appelé la police ».

     

    Les enquêteurs arrivés sur place ont confirmé qu’il s’agissait bien d’un impact fait par le projectile d’une arme à feu. « Les experts sont venus. Ils ont retrouvé la douille et m’ont dit que c’était une arme de gros calibre ».

     

    L’Orétois est âgé de 22 ans. Il travaille, il a une voiture d’un modèle tout à fait ordinaire. Il ne comprend qui aurait pu vouloir lui nuire : « On a entendu plusieurs coups de feu dans le village la même nuit. Il est tout à fait possible que des gens pas très malins se soient amusés avec leur fusil. Je ne me connais pas d’ennemis. Je ne pense que j’ai été visé personnellement. Et puis, j’ai appris qu’il y avait eu des cas similaires dans la région ces derniers temps ».

     

    Depuis les faits, la voiture de l’Orétois est au garage : « Les dégâts sont moins importants que ce qu’on aurait pu craindre, mais bon, elle ne fonctionne plus à l’heure actuelle. Et c’est moi qui vais devoir payer la facture. Quand je me suis rendu compte qu’on avait tiré sur ma voiture, je n’ai pas vraiment ressenti de peur. Par contre, je suis assez énervé. Je dois aller travailler.

     

    Heureusement, mon boulot n’est pas trop loin, je peux faire le trajet à vélo. Mais je dois assumer les conséquences de ce qu’on a fait tout seul, alors que je n’en suis pas responsable. C’est un acte totalement gratuit et c’est ça qui est énervant ».

     

    L’enquête est en cours pour retrouver les auteurs de ces tirs qui ont inquiété les Orétois ce week-end., (Article du journal la Meuse de ce jour)

  • Les armes à feu à Oreye et Crisnée

    armes-anciennes-pistolet-espagnol-10119.jpg

    Depuis la tuerie de ce mardi à Liège, Les journaux parlent beaucoup de la manière de se procurer des armes en tout genre. Pour posséder un fusil, il faut en faire la demande auprès du gouverneur et répondre à des conditions strictes. A Oreye et Crisnée, 250 personnes ont rapporté leurs armes car ils ne possèdent pas d'autorisation ou ne voulaient simplement plus en garder chez eux. Il est toujours possible de les déposer au poste de police du quartier.