Belgique

  • Les nouveautés de votre déclaration fiscale en 2014 !

    media_xl_878941.jpgLes formulaires de déclaration fiscale vont commencer à fleurir dans les boîtes aux lettres des contribuables. Avec quelques nouveautés au menu. Petit tour d’horizon...

    Les dates.

    Les déclarations papier doivent être renvoyées au centre de scanning (ou déposées à votre bureau de taxation) pour le jeudi 26 juin au plus tard. Si vous optez pour Tax-on-web, c’est pour le 16 juillet. Ou le 31 octobre si vous passez par un comptable.

    Les nouveautés.

    54 codes ont disparu. Ils concernent surtout les prépensionnés, ceux qui paient un précompte autre que celui retenu par la banque sur leurs placements, certains revenus locatifs, ceux qui ont investi pour économiser l’énergie (quasi tout disparaît des déductibilités, sauf l’isolation du toit), certaines rénovations de bâtiments dans les grandes villes, ou les véhicules électriques.

    À l’inverse, 13 nouveaux codes apparaissent. C’est essentiellement pour les travailleurs occasionnels de l’Horeca et les utilisateurs de titres-services et de chèques ALE.

    Bref : lisez attentivement la brochure accompagnant votre déclaration si vous êtes concernés par tout ceci.

    Les déclarations via Tax-on-web.

    Belastingbrief.jpgQuelques nouvelles fonctions apparaissent. Elles vous permettent par exemple de modifier plus facilement vos personnes à charge et les frais de garde d’enfants, ou encore de mieux détailler vos revenus cadastraux. Pour le reste, une série de codes seront aussi préremplis (Horeca, chèques ALE, titres-services ou investissements en économie d’énergie). Le système sera aussi accessible à des comptables étrangers, pour les frontaliers.

    Les déclarations simplifiées.

    Cette année, 2,017 millions de contribuables recevront une déclaration déjà remplie avec toutes les infos que le fisc connaît, soit 540.000 de plus qu’en 2013. Aux pensionnés, allocataires sociaux et bénéficiaires de rentes viagères s’ajoutent cette fois les salariés dont les revenus, après déduction des frais forfaitaires, ne dépassent pas le minimum imposable. Si les infos contenues dans ce document sont correctes, vous n’avez rien à faire. En cas d’erreurs, vous devez le signaler par écrit ou via Tax-on-web.

    Les amendes.

    Ne pas remplir sa déclaration dans les temps vous fait risquer une amende de 50 à 1.250 euros, un accroissement d’impôts de 10 à 200 % et une taxation d’office sur tout ce que le fisc sait de vous. Plutôt risqué, donc...

  • Un projet de loi pour supprimer les 1 et 2 cents en Belgique ! Les explications ici...

    Capturer2.JPGAprès dix ans de discussions, la Belgique va donc suivre la voie de la Finlande et des Pays-Bas : elle va « supprimer » à sa manière les deux plus petites pièces en usage dans l’Eurogroupe.

    La règle de l’arrondi

    Comme en Finlande et en Hollande, où la « suppression » a été instituée en 2002 et 2004, c’est la règle de l’arrondi (tolérée par l’Eurogroupe) qui prévaudra chez nous.

    Capturer.JPGPour faire bref, on arrondit le montant de manière symétrique aux 5 cents les plus proches, de manière à ne plus utiliser les pièces de 1 ou 2 cents : si votre facture se termine par 0.01, 0.02, 0.06 ou 0.07 euros, vous payerez 1 ou 2 cents de moins (arrondi inférieur). Par contre, si elle se termine à 0.03, 0.0.4, 0.08 ou 0.09 euros, vous payerez 1 ou deux cents en plus.

    Pour éviter que la règle de l’arrondi n’engendre des prix à la hausse, le ministre Vande Lanotte a exigé que l’arrondi ne se fasse pas sur chaque produit mais seulement sur le montant total lors du passage à la caisse. Un exemple : j’achète un produit à 1.08 euros et un autre à 2.09 euros. Pas question pour le commerçant de modifier ses prix pour les arrondir à 1.10 et à 2.10 euros et de profiter ainsi d’une augmentation subite de 3 cents. Il devra maintenir ses prix de base. Votre addition s’élèvera donc à 3.17 euros comme par le passé et, dans ce cas précis, l’arrondi se fera… à la baisse et vous ne payerez que 3.15 euros. Notez évidemment qu’avec des produits coûtant respectivement 1.06 et 1.07 euros, l’arrondi final sera à la hausse : il vous en coûtera 2.15 euros au lieu de 2.13 initiaux, soit 2 cents de plus. (La meuse.be)

  • Tour d’horizon des nouveautés pour 2014 en Belgique !

    Tour d’horizon des nouveautés pour 2014 : Titres-services, TVA, allocations familiales… Les changements seront nombreux dans une kyrielle de domaines !

     

    argent.jpgSachez déjà que les changements seront nombreux pour votre portefeuille, cette année. Et plus souvent en mal qu’en bien. C’est d’abord le cas pour les titres-services. Dès le 1er janvier, leur coût brut passera de 8,50 à 9 euros pour les 400 premiers achetés, puis à 10 euros pour les suivants. En net, après la déduction fiscale de 30 %, cela passe donc de 5,95 à 6,3 euros, voire à 7 euros si vous dépassez le plafond. Plus aucun ménage ne pourra en outre acheter plus de 1.000 titres par an ni plus de 500 par membre de la famille. Et ceux encore achetés en 2013resteront valables jusqu’au 30 avril, pas au-delà.

     

    Les règles de la TVA vont aussi subir des modifications. Elle sera désormais appliquée, dès janvier, sur les honoraires des avocats. Cela ne se répercutera pas seulement sur vous en cas de procès. Cela va aussi faire partir les tarifs à la hausse pour une série d’assurances en protection juridique.

     

    finances,tec,stib,allocation famillales,oreye,blog oreye,immatriculation,divPar ailleurs, la TVA sur l’électricité sera ramenée de 21 à 6% en avril, juste avant les élections. Mais on ne sait pas encore comment elle sera répercutée sur la facture des ménages : directement, ou lors du nouveau calcul de la provision en cours ?…

     

    Qui plus est, la mesure entraînera un retardement de juin à décembre de l’indexation des salaires. Ceux-ci resteront par ailleurs gelés, hors index et hausses barémiques.

     

    TRANSPORTS EN COMMUN : Toujours en janvier mais exclusivement en Wallonie, les droits d’enregistrement vont être modifiés pour les logements modestes. Cela concerne ceux dont le revenu cadastral est inférieur à 745 euros, soit 55 % des habitations actuelles. Dans les zones à forte pression immobilière, le taux réduit de 6% sera limité à une tranche plus limitée (160.000 euros au lieu de 200.000 actuellement). Ailleurs, ce taux dérogatoire aux 12,5% habituels ne s’appliquera plus que jusqu’à 151.000 euros, aulieu de 191.000. Le prix moyen d’une habitation modeste augmentera de la sorte de 2.600 ou 2.665 euros, selon la zone du bien concerné.

     

    Toujours en Wallonie, le prix moyen du trajet en bus du Tec subira une hausse de 1,59 % en février. Le prix du billet « Horizon » (à partir de trois zones) passera de 2,90 à 3 euros et les abonnements augmenteront de 10, bus.jpg12 ou 15 euros en fonction des zones. La SNCB en fera de même à raison de 1,44 % en moyenne, mais avec des disparités. Le billet ordinaire augmentera par exemple de 2,48 % et l’abonnement de 1,20 %, contre 1 euro pour le Go Pass (51 euros). Au rayon des bonnes nouvelles, le salaire minimum sera revu à la hausse, dès ce début d’année. Les intéressés y gagneront 10 euros net par mois, ce qui est toujours bon à prendre.

     

    finances,tec,stib,allocation famillales,oreye,blog oreye,immatriculation,divEt en soins de santé, près de 500.000 Belges parmi les plus défavorisés paieront moins cher leur visite chez le médecin. La carte SIS commencera de son côté à disparaître au profit de la seule carte d’identité, sans changement de coût à la clé.

     

    Par contre, dès janvier, le bonus pension pour ceux qui travaillent jusqu’à 65 ans sera revu, avec une perte moyenne de 78 euros mensuels sur la pension légale.

     

    Les allocations familiales des indépendants seront pour leur part enfin complètement alignées sur celles des salariés à partir de juillet. Cela concerne 207.000 enfants, qui donneront droit à un bonus mensuel de 6,28 euros par rapport à la situation actuelle.

     

    tabac.jpgLes accises sur le tabac augmenteront également. Ce sera de 8% au 1er janvier. En pratique, les fabricants décideront s’ils répercuteront entièrement ou non sur les consommateurs les 10 cents que cela représente sur un paquet de cigarettes classique.

     

    Au registre des choses plus techniques mais très pratiques, l’immatriculation des véhicules devra désormais se faire exclusivement via Internet, ce qui est déjà le cas d’environ 80 % d’entre elles. Votre plaque vous est ensuite promise dans les 24 heures, mais sans conséquences financières. Autre nouveauté automobile en janvier : le montant maximum des paiements en liquide pour l’achat ou la réparation d’un véhicule passera de 5.000 à 3.000 euros.

     

    1009467-Drapeau_de_la_Belgique.jpgEt on vous épargnera bien entendu la réforme de l’État et toutes les matières qui seront transférées dès juillet aux Régions et Communautés. Allocations familiales, titres-services, remise au travail des chômeurs… Autant de domaines où, là aussi, des modifications concrètes sont à attendre, même si elles ne sont pas encore annoncées.

     

  • Gaz et électricité : « Une hausse de 10 à 15% dès janvier »

    electricite.jpg"Il y aura bien une hausse des tarifs du gaz et de l’électricité à partir de janvier, mais pas dans les proportions énoncées (à savoir 10 à 15%)". C'est ce qu'a tenu à préciser mercredi midi le secrétaire d’Etat à l’Energie Melchior Wathelet.

    Les 200 millions d’économies réalisées par les consommateurs durant la période de gel des prix ne seront pas récupérés avec effet rétroactif, a-t-il fait savoir via sa porte-parole.
    “Il est fort à parier que les fournisseurs début janvier vont répercuter la hausse des coûts d’approvisionnement”, avait indiqué le secrétaire d’Etat sur les ondes de la Première (RTBF), invité à s’exprimer sur l’annonce d’une hausse des tarifs en janvier prochain, au terme d’une période de gel des prix instaurée en avril dernier.
    Selon l’Echo, l’absence de consensus au gouvernement sur la réforme du mode de calcul des prix du gaz et de l’électricité ouvre la période à une période transitoire durant laquelle les fournisseurs seront libres d’augmenter leurs tarifs.
    “Ce qui est dit dans le quotidien c’est qu’il n’y aura plus de contrôle, à partir de janvier... c’est faux. le filet de sécurité s’applique. Les mécanismes d’indexation sont contrôlés par la CREG depuis le début de l’année 2012”, avait-il ajouté, soulignant que les clients pouvaient aussi faire jouer la concurrence.
    De plus, “la cotisation fédérale qu’on a imposée va fortement diminuer”, a-t-il ajouté.
    Melchior Wathelet a par ailleurs précisé que les tarifs de distribution qui représentent la moitié de la facture, étaient gelés jusqu’à la fin 2014, moment à partir duquel ils seront gérés par les Régions dans le cadre des transferts de compétence.