Huy-Waremme: transition entre bourgmestres. Pas toujours top! À Remicourt et Oreye, un bureau vide pour Missaire et Daerden.

Capture.JPGDans quel état les bourgmestres sortants ont-ils laissé leur bureau à leur successeur ? La question se pose après la guéguerre qui oppose dans une commune du Namurois l’ancien (MR)et le nouveau mayeur (PS). Le nouveau accuse son prédécesseur d’avoir détruit toutes les archives et documents.  

Si un cas similaire à celui de La Bruyère (dans le Namurois) se pose à Huy-Waremme, cela ne peut être que dans une commune qui a connu un renversement de majorité. C’est donc par là que nous avons commencé notre enquête. Première commune : Oreye où la socialiste Isabelle Albert (PS) a été détrônée après plus de 20 ans de règne par Jean-Marc Daerden (du cartel Ensemble). « Quand je suis arrivé dans le bureau, il n’y avait strictement plus rien. Rien au mur, si ce n’est plein de trous. Rien dans les armoires qui avaient toutes été vidées. Pas une feuille, pas un classeur, mais bon, je ne m’attendais pas à moins même si je ne trouve pas ça logique » , sourit le nouvel occupant qui ne souhaite pas en faire un drame. Et encore moins un objet de polémique.
 
Même son de cloche à Remicourt où Thierry Missaire (Renouveau) a récupéré son écharpe mayorale qu’il avait dû céder en cours de législature à Jérôme de Neuville (Entente citoyenne). « Avant son départ, Jérôme de Neuville a vidé totalement le bureau. Toutes les décorations ont été enlevées, les armoires ont été vidées, tous les raccourcis de l’ordinateur ont été supprimés. Il n’a même pas laissé l’écharpe mayorale qui est pourtant propriété de la commune. Bien qu’elle ait été remplacée par une nouvelle avec blason, elle aurait pu être exposée dans une vitrine de la salle du conseil » , regrette Thierry Missaire.
 
En revanche, à Modave où la passation de pouvoir s’est opérée au sein d’un même parti (OSE), la transition entre Jeanne Defays et Eric Thomas s’est faite « en parfaite harmonie et bonne collaboration » , comme le précise Eric Thomas. « Nous nous sommes entendus sur ce que chacun souhaitait garder. À titre d’exemple, Jeanne Defays a repris des notes personnelles ».
 
En gros, Eric Thomas a investi le bureau de sa prédécesseur pratiquement dans l’état où il l’avait laissé. Avec ses meubles et ses photos de paysages de Modave accrochés au mur. « Nous ne sommes tout de même pas à la Maison Blanche ou à l’Elysée où à chaque changement de président, on retapisse les murs » , se marre doucement le bourgmestre de Modave. qui ne comprend pas qu’on ne puisse pas laisser des informations utiles au suivant, des orientations, des notes personnelles qui peuvent aider à mieux appréhender certains dossiers.
 
« Dans ces cas-là qui est le plus embêté ? Le personnel communal et les citoyens. »
 
À Oreye, Jean-Marc Daerden reconnaît que cette situation, même si elle ne l’empêche pas de faire son travail correctement, lui complique un peu ses débuts de mayorat. « Je fais peut-être deux fois le travail, je n’en sais rien. C’est un peu dommage » , conclut-il
 
Thierry Missaire abonde : « M ême si on peut s’appuyer sur les services sociaux, on prend plus de temps », regrette-t-il avant de conclure : « mais ce n’est pas grave, je sais me débrouiller ».
 
(Article La Meuse MC. G 08/01)

Commentaires