• La médaille d’argent du travail décernée par le Roi pour une policière orétoise.

    La bourgmestre explique la démarche : «  Cette médaille d’argent du travail récompense une personne qui se distingue dans l’exercice de sa fonction pour ses connaissances.  » Isabelle Albert poursuit et dresse le portrait de l’intéressée : «  Isabelle Boden intègre la zone de police de Bruxelles ouest en 2002. Cette zone se compose des communes de Molenbeek-Saint-Jean, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe et Koekelberg. Isabelle Boden devient inspecteur en 2004, puis premier inspecteur en 2018. Ses collègues ne tarissent pas d’éloges et plusieurs évoquent un privilège de travailler en sa compagnie. Les mots rigueur, travail de qualité, connaissance lui correspondent parfaitement. Tous décrivent une agent collaborante. Isabelle Boden remplit également un rôle de secouriste. Notre policière ne reçoit d’ailleurs pas cette reconnaissance pour la première fois, puisqu’elle détient déjà une médaille de bronze. Isabelle Boden mérite ce titre de lauréat du travail  », assure Isabelle Albert, la bourgmestre, devant l’assemblée.

    Âgée de 41 ans, Isabelle Boden est originaire de Braives, et plus précisément de Hosdent. L’Orétoise travaille au sein des services de police depuis le 6 mai 2002. «  Ce titre et cet insigne d’argent représentent un honneur. Cette mise à l’honneur fait très plaisir, même si c’est un signe qui montre qu’on ne rajeunit pas  », glisse l’intéressée en souriant.

    Cette mise à l’honneur intervient à l’occasion du dernier Conseil communal de la mandature, devant une salle comble, et en présence du précédent bourgmestre Henri Goreux. C’est également la dernière séance du Parti Socialiste majoritaire avant le renouvellement des membres du Conseil consécutif aux élections et l’arrivée au pouvoir du groupe Ensemble. Quelques applaudissements retentissent en guise de conclusion… (article de Juma 15/11/18)

  • Violemment agressé dans Le Carré à Liège, Mathis fera bientôt face à ses agresseurs dont deux jeunes de Crisnée et Oreye.

    2.JPG

    En septembre 2016, Mathis, un jeune Bastognard étudiant à Liège, était victime d’une terrible agression en rentrant de soirée. Agé de 18 ans à l’époque, il avait été tabassé pour son GSM et ensuite écrasé avec un véhicule sur le boulevard de la Sauvenière. Installé dans la cité ardente depuis seulement deux jours pour y suivre des études d’expert automobile, le jeune homme avait décidé de découvrir Le Carré, haut lieu de la vie festive liégeoise.

    Deux ans et quelques semaines plus tard, Mathis va mieux mais doit vivre au quotidien avec cette agression. Tout bientôt, il se retrouvera face à ses agresseurs au tribunal correctionnel de Liège. «  Mathis va garder des séquelles à vie  », commente Véronique, sa maman.

    «  Il a été écrasé de partout. Après son accident, il a souffert de problème de mémoire.  » Jeune homme motivé, Mathis ne s’est cependant pas laissé vivre et a tout fait pour remonter la pente.

    3.JPGEn rentrant aux petites heures avec son ami Noé, ils avaient été pris à partie par une bande de quatre individus. Les individus voulaient vraisemblablement voler le GSM du jeune homme. Roué de coups, il avait été projeté sur le boulevard de la Sauveniere. Inconscient sur la route, il avait été écrasé par une voiture conduite par un jeune qui n’avait pas le permis.

    Ce dernier avait pris la fuite. Entre la vie et la mort, il avait été admis à l’hôpital dans un état très préoccupant. Sur demande du Parquet, la police liégeoise avait diffusé un appel à témoins vidéo qui avait permis de déboucher sur l’arrestation de deux jeunes de Crisnée et Oreye fin novembre. Le conducteur de la voiture qui n’avait pas de permis s’était lui livré à la police le lendemain des faits.

    Lire la suite de l'article concernant les déclarations de l'avocate de Mathis: ICI

    Article La Meuse 14/11/18 SYL.C

  • Jean-Marc Daerden bourgmestre et Bernard de Sart président du CPAS. Découvrez le nouveau collège communal.

    2.JPGBaisse de la fiscalité locale et pacte de majorité au dernier conseil communal de la mandature ce lundi. Le PS, avant son basculement dans l’opposition, diminue les taxes. Une décision critiquée par la future majorité Ensemble, dont l’exécutif s’officialise. Bernard de Sart laisse le mayorat à Jean-Marc Daerden et choisit la présidence du CPAS.

    Pour la dernière séance de la mandature, le Conseil communal d’Oreye fait exceptionnellement salle comble, lundi, au premier étage de l’administration. Une révision à la baisse de la fiscalité locale et la présence de Bernard de Sart ne sont sans doute pas étrangères à l’affluence… Au terme de la séance, la directrice générale reçoit le pacte de majorité : Jean-Marc Daerden est bourgmestre avec Jean-Pierre Radoux (qui occupe la place de Marie-Christine Warnant durant la suppléance de six mois de cette dernière au parlement wallon), Dylan Dassy et Magali De Leeuw échevins.

    « Qu’on respecte ma décision »

    Bernard de Sart, meilleur score de la liste gagnante Ensemble, choisit la présidence du CPAS : «  Je renonce, non sans regrets, au poste de bourgmestre. Je pèse le pour et le contre depuis un mois. J’effectue ce choix pour des raisons à la fois familiales et professionnelles. Je demande simplement qu’on respecte ma décision. Je ne quitte pas pour autant la vie politique. Si la tutelle valide cette décision, je présiderai l’action sociale dès la mi-janvier, mais je ne siégerai plus en tant que conseiller communal  », déclare Bernard de Sart qui démissionne donc du Conseil communal et, par conséquent, renonce au mayorat. La loi permet à une personne qui ne siège pas au Conseil de présider le CPAS pour autant que le Conseil de l’action sociale valide la proposition.

    « Pas d’urgence pour les taxes »

    B9717583030Z.1_20181113101108_000+GRJCDO70L.1-0.jpgL’installation du prochain Conseil intervient le 3 décembre. Entre cette date et la mi-janvier, c’est donc encore Joseph Maniscalco (PS) qui préside le CPAS. C’est d’ailleurs ce dernier, en sa qualité échevin des finances sortant, qui annonce la réduction des taxes : «  Après le dégrèvement fiscal octroyé par le ministère des finances à l’usine Bénéo Orafti, la commune a pris diverses mesures douloureuses et indispensables. Chaque service a réduit ses dépenses de 20 à 30 %, on a supprimé des primes et on a reporté nos investissements pendant deux ans. La mesure la plus contraignante pour les Orétois est apparue au niveau de l’augmentation de la fiscalité locale puisque l’IPP est passé de 6 à 6,9 % et le précompte immobilier a augmenté de 1900 à 2600 centimes additionnels.  »

    Retour de l’IPP à 6 %

    D’après les socialistes, ces efforts ont porté leurs fruits : «  On a clôturé le compte 2017 avec un million de boni, tout comme le budget 2018 également légèrement supérieur à un million d’euros. Les finances sont remises à flot, même si les électeurs ont sanctionné le PS pensant que la commune avait fait un boni sur leur dos. On a entendu le message des citoyens. On a ainsi décidé d’un retour de l’IPP à 6 %, et d’une réduction de 2600 à 2200 du PrI. Malgré cette diminution, un boni de 200.000 euros est projeté. Cette proposition a reçu un avis favorable du Directeur financier, tant sur le plan technique que légal. »

    Les débats se musclent quand le prochain bourgmestre Jean-Marc Daerden, documents à l’appui, doute des intentions socialistes. «  Théoriquement, en période électorale, il revient aux Conseil et Collège sortants d’expédier les affaires courantes jusqu’à l’installation de leurs successeurs. Or, cette décision est susceptible d’avoir des conséquences au-delà de l’exercice budgétaire en cours. Je ne conteste pas la nécessité d’une réduction, mais l’urgence n’apparaît pas et il n’y a rien d’immédiatement indispensable qui justifie ce choix, surtout en période de prudence post-électorale.  »

    Chef de file de l’opposition Osez et tête de liste Ensemble, Bernard de Sart critique un acte politique : «  La réduction des taxes ne figure même pas dans le programme du PS. Le Directeur financier souligne un boni de 700.000 euros, mais ne garantit pas un maintien de ce boni pour les prochains exercices. Je suis ravi du boni, mais personne ne l’explique. C’est une décision politique, sans analyse approfondie, qui ne va dans l’intérêt ni de la commune, ni des citoyens. Ce choix ne vise qu’à nuire à la prochaine majorité.  »

    La baisse de l’IPP et du PrI passe majorité contre opposition.

    Article WEB du jour de Julien M.

  • Conseil communal ce 12 novembre à 20h à l'administration communale d'Oreye.

    Avast.JPGCe mercredi 12 novembre 2018 à 20 heures aura lieu la séance du conseil communal. Cette réunion publique se déroulera à l'administration communale (rue de la Westrée 9).

    1.   Modifications budgétaires du CPAS n° 1 pour l’exercice 2018

    2.   Budget du CPAS pour l’exercice 2019 

    3.   Modifications budgétaires communales n°1 pour l’exercice 2018

    4.   Présentation des comptes de l’asbl du Centre culturel et sportif

    5.   Centimes additionnels au précompte immobilier pour 2019

    6.   Taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques pour 2019

    7.   Avantages sociaux : octroi de cadeaux aux enfants des écoles, piscines.

    8.   Ratification arrêtés de police.

          Réception lauréat du travail 

  • Oreye: 4 et 5 ans requis contre les patrons d’un bar à hôtesses.

    Les prévenus, un habitant d’Oreye âgé de 40 ans et une habitante d’Aywaille âgée de 41 ans, exploitaient le bar de consommation « Le Queen » à Oreye, où de nombreuses filles se livraient à la prostitution. La police s’était intéressée aux agissements des prévenus lorsqu’elle avait appris que des filles roumaines y étaient exploitées et placées sous surveillance étroite par les prévenus.

    Prestations sexuelles

    Les travailleuses avaient été recrutées par publicité en Roumanie. Officiellement, elles servaient du champagne dans un bar de consommation mais les clients pouvaient leur demander des prestations sexuelles. Les exploitants touchaient 50 % des gains. Selon l’enquête, les prestations des filles étaient minutées et surveillées étroitement.

    Des préventions de traite des êtres humains, d’embauche en vue de la prostitution, d’exploitation de la prostitution, de tenue de maison de débauche et de facilitation à l’usage des produits stupéfiants ont été retenues contre les prévenus pour tous ces faits commis entre février 2012 et avril 2014.

    841.000 € confisqués

    Le parquet a requis des peines de quatre et cinq ans de prison, avec la confiscation des 841.963 euros de profits réalisés par les prévenus. L’avocat des prévenus, Me Uerlings, a contesté une partie des préventions et a sollicité une suspension du prononcé et une peine assortie d’un sursis.

    Le jugement sera prononcé le 12 décembre.

  • Consultez gratuitement le journal 7 dimanche via le blog Sudpresse d'Oreye.

    Capture.JPG

    Comme chaque dimanche, vous pouvez consulter gratuitement le journal "7 dimanche"

    Bonne lecture!

    Journal: ICI

  • Décès de Madame Marie-Agnès Smolders le 8 novembre 2018, veuve de Joseph Jenné.

    Oreye

    "Bonté et Sourire."

    Albert et Annie CASTRO-JENNÉ,
    Roland et Cathy BRUGHMANS-JENNÉ,
    Yves et Jack JENNÉ-FALISE,
    Stéphan et Esohe JENNÉ-ISUDOGIE,

    ses enfants;

    Cécile et Thomas,
    Muriel et Jean-Christophe,
            Florent, Antoine,
    Dan et Angelika,
    Kevin et Stéphanie,
            Hayden,
    Benjamin et Lola,
    Sarah et Laurent,
    Tom et Eglantine,
    Mallorie,
    Morgane,

    ses petits-enfants et arrière-petits-fils;

    Ses frères, soeurs, beaux-frères et belles-soeurs,

    Ses filleuls, neveux et nièces,

    Les familles apparentées

    ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de

    Madame

    Marie-Agnès SMOLDERS

    Veuve de Joseph JENNÉ

    née à Anvers le 18 février 1934 et décédée
    à Pousset ce 8 novembre 2018.

    La défunte repose au funérarium Jean FRANCOIS,
    Chaussée Verte, 86 à Crisnée où la famille
    sera présente de 17 heures à 19 heures.

    L'eucharistie des funérailles, suivie de l'inhumation
    dans le caveau de la famille au cimetière d'Oreye,
    sera célébrée en l'église Saint-Servais à Grandville,
    le lundi 12 novembre 2018 à 14 heures.

    Réunion à l'église.

    La veillée de prières aura lieu au funérarium,
    le dimanche 11 novembre à 18 heures 30.

    Vos condoléances sur : www.pf-jfrancois.net

    Cet avis tient lieu de faire-part.

  • Vol de vélo dans le jardin d'une habitation au clos Marchal à Oreye.

    Capture.JPGUn vol de vélo a eu lieu jeudi dernier, entre 6h30 et 7h00 dans le jardin d'une habitation du clos Marchal à Oreye. Il s'agit d'un vélo adulte blanc avec des lignes rouges.

    Une plainte a été déposée à la police.