• Un repas est organisé le 22 septembre à Otrange pour Enoha: «Jusqu’à 4h de soins par jour pour Enoha (15 mois)»

    Né à 31 semaines, Enoha a passé son premier mois en néonatalogie. Le 23 juin 2017, alors que la famille et le nouveau-né s’apprêtent à sortir, à la suite d’un dépistage néonatal, le test de Guthrie, les parents apprennent que leur petit garçon est atteint de la mucoviscidose. «  Apprendre que votre enfant est malade, ça vous brise le cœur. Surtout quand on sait que c’est une maladie génétique et que nous sommes porteurs du gène qui a causé sa maladie  », confie la maman.

    La mucoviscidose est une maladie héréditaire qui affecte les voies respiratoires et le système digestif. L’organisme produit du mucus, d’ordinaire fluide, qui chez les personnes malades est épais et collant, ce qui engendre des problèmes respiratoires et digestifs. En Belgique, un Belge sur 20 est porteur du gène responsable de la mucoviscidose et est susceptible de transmettre la maladie à ses enfants. Stéphanie et son mari Jean-Marc sont porteurs et sont également parents d’un petit Liam, âgé de 4 ans. «  Liam est en parfaite santé mais il faudra toutefois qu’il fasse un test lorsqu’il voudra des enfants pour savoir s’il est porteur du gène  », précise Stéphanie.

    3.JPGPour soulager les symptômes et prévenir leur apparition, les personnes atteintes de la mucoviscidose peuvent consacrer jusqu’à 4h par jour pour leur traitement. Ainsi, chaque jour, Enoha doit prendre un traitement de fond symptomatique à la fois contraignant et rigoureux. «  Il doit faire minimum 3 aérosols par jour afin de l’aider à liquéfier le mucus. Quand il va mal, il peut monter jusqu’à 8 aérosols par jour et 4h de soins par jour. C’est un traitement symptomatique car la maladie est incurable  ».

    Les parents ont dû réaménager leur quotidien pour être présents pour leur fils. Pour cela, Stéphanie travaille désormais à mi-temps tandis que son mari a pris un 4/5 afin qu’ils puissent s’organiser pour le bien-être de l’enfant. «  Nous avons une famille présente qui nous aide énormément car Enoha ne peut pas aller en milieu d’accueil à cause des nombreux germe s.  » Malgré l’intervention de la mutuelle, la famille débourse environ 400 euros par mois pour les frais liés à la maladie de leur petit garçon et entre 2 et 4 heures de soins par jour. «  Depuis juin, Enoha va mieux mais si nous avons le même hiver que le précédent, avec de nombreux germes et maladies, il devra être hospitalisé pour réduire les risques.  »

    La mucoviscidose n’empêche toutefois pas Enoha de grandir normalement. À 15 mois, le petit garçon commence tout juste à marcher et ne compte pas laisser la maladie l’empêcher de découvrir le monde.

    À côté de ça, Enoha a également un traitement oral, des vitamines et des puffs ainsi qu’une séance quotidienne de kiné. «  Enoha souffre également de troubles digestifs liés à sa maladie. Il doit donc ingérer du créon, une enzyme pancréatique pour l’aider à absorber les graisses contenues dans ses repas.  »

    Le 22 septembre prochain, dès 18h, un souper est organisé au Club de Jeunesse d’Otrange. Le but est de récolter des fonds pour aider à faire avancer la recherche et faire connaître la maladie, encore trop souvent laissée de côté. «  La majorité des fonds récoltés lors du souper seront reversés à l’association Muco Belgique pour aider à faire avancer la recherche. Nous avons de quoi subvenir aux besoins médicaux d’Enoha et nous aimerions contribuer autrement  », explique Stéphanie, la maman du petit garçon malade. Une partie sera également dédiée à Enoha pour son avenir et en cas d’une éventuelle greffe. Toutefois, celle-ci reste le dernier recourt car elle n’a une espérance de vie que de 10 ans. En Belgique, 54 cas de mucoviscidose sont diagnostiqués par an et l’espérance de vie des malades est de 40-45 ans.

    À l’occasion du souper, une animation musicale et diverses activités seront organisées. Au prix de 18 euros par adulte et 10 euros par enfant. Toutes les informations ou réservations pour le souper sont disponibles via la page Faceboook, « Un souffle pour Enoha Pluymers et la lutte contre la Muco » ou par téléphone au 0477/17.08.31. Vous pouvez également verser vos dons sur le compte Be73 3770 9984 4460.

  • C'est également la rentrée au Judo Club Oreye.

    38872323_1967387396617675_6479687558837043200_n.jpg

  • Pédaler pour sa forme dans onze communes dont Oreye grâce au GAL hesbignon.

    39835049_1751493718281443_8565580564063584256_n.jpgLe programme « Je pédale pour ma forme en sécurité » voit le jour en Hesbaye. Le GAL remet en selle les citoyens et élabore un réseau cyclable utilitaire. Six séances débutent à l’occasion de la semaine de la mobilité. 

    Le Groupe d’Action Locale (GAL) JesuisHesbignon.be lance un programme « Je pédale pour ma forme en sécurité ». Cet intitulé fait référence au programme de remise en forme par la course à pied. Le GAL développe un réseau cyclable qui relie les onze communes membres : Amay, Berloz, Donceel, Faimes, Fexhe-le-Haut-Clocher, Geer, Oreye, Remicourt, Verlaine, Villers-le-Bouillet et Waremme. « L’objectif est double : développer un réseau cyclable fonctionnel et remettre en selle les Hesbignons », résume Céline Kovari, chargée de mission mobilité.
     
    Remicourt commune pilote
    Pour cette première édition, le GAL organise six séances du 17 septembre au 24 octobre (programme détaillé ci-contre). « La remise en selle s’annonce progressive, car on revoit les notions de sécurité. On agit pour une reprise de la place des vélos dans le trafic afin que les cyclistes se sentent à l’aise. Plus globalement, on travaille au remplacement de la voiture par le vélo comme réflexe dans les déplacements quotidiens. On élabore un réseau utilitaire et Remicourt sert de commune pilote avec un balisage spécialisé fait de pictogrammes », souligne Céline Kovari. « L’initiative concerne également la santé favorisée par la pratique du vélo », relève la chargée de mission mobilité du GAL.
     
    Le GAL entend permettre aux habitants de son territoire de se déplacer davantage à vélo. C’est-à-dire faciliter un trajet visant à se rendre sur son lieu de travail ou réaliser des emplettes dans un commerce. Cette initiative passe par la réappropriation de la petite reine, mais aussi par une signalisation adéquate qui informe les cyclistes des distances les séparant des gares ou des administrations.
     
    Le remembrement utilitaire
    Le réseau utilitaire se distingue des points nœuds qui constituent un parcours plus touristique que fonctionnel au quotidien. Cette élaboration ne nécessite pas d’investissements conséquents des communes : « On ne demande pas la création de pistes cyclables, mais on s’appuie sur les chemins existants comme le remembrement. On souhaite simplement une résolution des problèmes de coulées boueuses sur certains de ces tronçons déjà dévolus à la mobilité douce. On privilégie les voies interdites à la circulation. On opte pour les routes où des panneaux autorisent le charroi agricole, les piétons, les cavaliers et les cyclistes. »
     
    Ce réseau utilitaire comme outil de mobilité douce au quotidien se dessine. Remicourt sert de commune pilote, mais le GAL se tient à une échéance précise. « On vise un balisage complet d’ici 2020-2021 et on teste ce projet. C’est intéressant, d’autant que le GAL hesbignon coopère avec d’autres », conclut Céline Kovari.
    Les séances « Je pédale pour ma forme en sécurité » débutent à l’occasion de la semaine de la mobilité. (J-M 26-08-2018)

  • Le Blog d'Oreye offre la possibilité à 5 familles de se rendre au parc Pairi Daiza!

    Capture.JPG

    Le Blog d'Oreye offre la possibilité à 5 familles de se rendre au parc Pairi Daiza (une entrée gratuite enfant par famille valable jusqu'au 4 novembre 2018).
     
    Pour participer c'est simple : likez la page du blog d'Oreye (si ce n'est déjà fait), puis invitez en commentaire du post Facebook 5 personnes.
     
    Tirage au sort le 28/08/2018
     
    Bonne chance !

    Capture.JPG

  • Consultez gratuitement le journal 7 dimanche en format PDF via le blog Sudpresse d'Oreye.

    Capture.JPG

    Comme chaque dimanche, vous pouvez consulter gratuitement le journal "7 dimanche"

    Bonne lecture!

    Journal: ICI

     

  • Décès de Monsieur Johnny Vannieuwenhuyze ce 21 août, époux de Muriel Boudin.

    Muriel BOUDIN,

    son épouse;

    Alexandre et Irène VANNIEUWENHUYZE-MAILLEUX,
    Elodie VANNIEUWENHUYZE,
    Eloïse VANNIEUWENHUYZE,

    ses enfants;

    Jean-Claude et Eliane BOUDIN-LIENARDY,

    ses beaux-parents;

    Les familles apparentées,

    Tony et Marie-France VANDEN EYDEN-CRETS,

    ses amis proches;

    ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de

    Monsieur

    Johnny VANNIEUWENHUYZE

    Epoux de Muriel BOUDIN

    né à Ottignies le 1er février 1969 et
    décédé à Liège ce 21 août 2018.

    Le défunt repose au funérarium Jean FRANCOIS,
    Chaussée Verte, 86 à Crisnée
    où la famille sera présente de 17 heures à 19 heures.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation,
    sera célébrée en l'église Saint-Clément à Oreye,
    le samedi 25 août 2018 à 10 heures.

    Réunion à l'église.

  • Une seconde rhéto aux USA pour l’Orétoise Pauline Beckers.

    Il s’agit d’une aventure inoubliable qui attend Pauline Beckers. Dans plus de deux semaines, elle va partir suivre un programme scolaire aux États-Unis. «  J’ignore ce que je veux faire plus tard  », explique-t-elle. «  Tout ce que je sais, c’est que j’ai une envie de voyager. C’est pour cela que j’ai décidé de partir une année à l’étranger.  » Parmi les différentes destinations que le WEP propose, Pauline n’a pas eu du mal à trouver la sienne. «  J’ai directement choisi les États-Unis car j’ai toujours eu l’envie de visiter ce pays.  »

    C’est dans la ville de Swoyersville, dans l’état de Pennsylvanie, qu’elle va rejoindre son foyer d’accueil et sa nouvelle école pour réaliser une deuxième rhéto. «  Je suis en contact avec ma famille d’accueil par mail et via les réseaux sociaux depuis les vacances de Carnaval. Il s’agit d’une maman et de sa fille de 8 ans. Grâce à ce long contact, j’ai pu apprendre à les connaître et à ne pas être stressée de les rencontrer.  »

    Le grand départ a lieu le mercredi 15 août. «  Certains jeunes partent déjà le premier août car l’école recommence plus tôt là où ils vont. Personnellement, elle débute le 28 août et j’ai donc une dizaine de jours pour me préparer à la rentrée.  »

    Dès son arrivée, deux activités sont déjà prévues pour Pauline. «  Tout d’abord, il y a un city-trip de trois jours à New-York avec d’autres participants WEP. Ensuite, ma famille d’accueil m’organise une visite de Washington en septembre.  »

    Malgré toutes ces activités, elle a quelques appréhensions. «  J’ai peur d’avoir du mal à m’intégrer dans l’école et de mal comprendre l’accent américain, bien que je maîtrise l’anglais. En plus, je vais devoir quitter ma famille pendant 10 mois, et ça, ça va être vraiment difficile, autant pour moi que pour ma maman.  »

    Pauline est tout de même très motivée à partir. «  J’ai hâte de découvrir toutes les nouveautés que ce voyage va m’apporter : un pays, une culture, une famille. C’est quelque chose à vivre une fois dans sa vie.  »

  • L'école Immaculée Conception de Lens-sur-Geer (Oreye) inscrit vos enfants toute cette semaine!

    14068289_10210936033375965_7054551672042494245_n.jpg

    A partir de ce lundi 20/8 jusqu'au vendredi 31/8 de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00, l'école Immaculée Conception de Lens-sur-Geer vous accueille afin d'inscrire vos enfants.


    Il est possible d’inscrire les enfants en dehors de ces heures sur rendez-vous au 019/67.79.94.
    Toutes les inscriptions se font du côté primaire.