400 logements à côté des paraboles de Lessive. La reconversion de l’ancien site Belgacom se précise, avec un énorme projet à 100 millions d'euros confirme le promoteur Orétois Christophe Nihon.

sggs.JPG

Comment reconvertir un ancien site de 50 hectares dédié aux télécommunications ? À Lessive, le promoteur Orétois Christophe Nihon a décidé de profiter des lieux pour créer un nouveau village, totalement adapté au vieillissement de la population.  

Près de 400 bungalows et appartements, une résidence-services, des petits commerces, des services… Christophe Nihon voit grand. Ce promoteur liégeois a racheté fin 2016 l’ensemble de l’ancien site Belgacom de Lessive (Rochefort), avec ses fameuses paraboles. À l’époque, il assurait « ne pas savoir ce que je vais en faire. » Cette fois, le projet est plus précis.
 
33.jpgChristophe Nihon espère créer un véritable nouveau village. Si tout se concrétise, le site pourrait ainsi accueillir environ 600 habitants. Les logements pourraient surtout être facilement adaptés pour faciliter la vie d’occupants plus âgés. « On a bien analysé la situation et on s’est rendu compte qu’il existait dans la région de Rochefort une poche de population qui, malgré son vieillissement, déménage moins facilement. Ces gens sont ancrés dans leurs villages. On a aussi constaté que le milieu rural n’a pas été gâté par le secteur privé en résidences service, en maisons de repos, en infirmières à domicile… Il y a donc aussi, dans la région, un déficit de services aidant la personne à vieillir chez soi. »
 
En tant que spécialiste de l’immobilier, Christophe Nihon regrette enfin qu’il ne soit pas possible d’adapter la majorité des logements au vieillissement de ses occupants. « Si, par exemple, la porte n’est pas assez large pour laisser passer une personne en chaise roulante, on ne peut pas nécessairement la changer ! »
 
Partenariat avec l’Hénallux
Sur le site de Lessive, appelé « Le Jardin des Paraboles », tout sera au contraire construit et aménagé selon des normes qui permettront aux habitations d’être facilement transformées si nécessaire. « Plutôt que d’obliger une personne à aller dans une maison de repos plus loin, elle pourra garder son voisinage, son environnement. Elle ne devra pas être importée où elle n’est jamais allée. »
 
Le promoteur liégeois veut aussi intégrer au maximum les technologies. Christophe Nihon réfléchit ainsi à un partenariat avec la haute école Hénallux, pour que les étudiants réfléchissent à une gestion de la santé par la technologie.
DSC_0338.jpg
Les paraboles conservées
Et si le nom du domaine sera « Le Jardin des Paraboles », c’est parce que les antennes en question seront conservées, même si elles ne fonctionnent plus. « Moi vivant, jamais on ne les démolira ! », sourit le promoteur. « On va les rénover et les utiliser comme monuments. C’est impossible à refaire, de telles paraboles. C’est un vrai patrimoine. »
 
Le projet représente un très gros investissement : 25 millions € au départ, 100 millions si tout se fait. « On va d’abord commencer par conserver et rénover les bâtiments existants », explique Christophe Nihon. « On placera d’abord la résidence service et une cinquantaine de bungalows. »
Si cette première phase fonctionne, « sur un délai de 10 à 15 ans, on montera phase par phase pour atteindre environ 390 logements. »
 
Les demandes de permis seront déjà introduites en mai prochain. Et si tout va bien, les premiers habitants pourraient s’installer d’ici trois ans. Christophe Nihon ne veut donc pas traîner. « Un dossier qui traîne n’est pas un bon dossier », assure-t-il.
 
Il partira d’ailleurs ce dimanche au Mipim de Cannes, l’un des plus grands salons du secteur de l’immobilier, pour y convaincre des investisseurs.

DSC_0313.jpg

Priorité aux piétons. Accessible  en véhicules automatisés
S’il se concrétise, ce nouveau village sera réservé aux piétons. « On aura une route qui mènera au parking extérieur… et c’est tout ! », explique Christophe Nihon. « Pour rentrer dans le domaine, on aura des « golfettes » électriques, que les habitants pourront appeler pour les amener à leur bungalow. Tout ça sans chauffeur ! »
À l’intérieur du site, la circulation sera ainsi limitée à ces véhicules automatiques. « Et au niveau urbanistique, on ne doit plus prévoir de place pour les parkings, les gares, etc. Cela laisse de la place pour protéger la biodiversité du site. »
Sur les 50 hectares du domaine, 20 sont en effet en zone Natura 2000. Et dans l’ensemble, la nature sera intégrée au projet, affirme son promoteur.
 
Pierre-Yves Dermagne, échevin de l’urbanisme: la commune soutient clairement le projet 
Capturevvvs.JPGLa Ville de Rochefort soutient le projet de Christophe Nihon. « On est heureux d’avoir quelqu’un qui propose une deuxième vie à un site qui a marqué la vie de Rochefort et de la région », réagit Pierre-Yves Dermagne (PS), échevin de l’urbanisme. « C’est un projet tourné vers l’avenir, vers les nouvelles technologies, mais aussi un projet humain, avec la prise en charge du vieillissement de la population. » Celui qui est aussi député wallon se réjouit également de l’ouverture d’esprit du promoteur liégeois. « Il ne vient pas avec un projet tout fait. Il a des idées, une vision, mais il est disposé à les confronter à d’autres personnes, en priorité les habitants de Lessive. C’est un bon signe. »
 
Le projet est également potentiellement créateur d’emplois, ce qui attire logiquement l’intérêt des responsables politiques. « Ce seront des emplois locaux, orientés notamment vers les services à la personne : des infirmières, des aides-soignantes, des médecins… On a enfin un projet qui respecte l’environnement et la qualité du site. Tout en gardant les paraboles, qui font partie du paysage ! » La commune de Rochefort fera donc tout pour aider Christophe Nihon. « Oui, on espère qu’il arrivera à convaincre les investisseurs. »
(article La Meuse Namur 08/03/18 C.H.)

Commentaires