Pavés de la rue des Combattants à vendre avant la reprise du chantier... en mars!

 
Capture.JPGLe dossier de la rue des Combattants s’est invité au cœur des débats du dernier conseil communal, notamment en présence de riverains de cette voirie en travaux depuis avril et dont le chantier est bloqué depuis l’été en raison de frais supplémentaires qu’aucun des impétrants ne veut payer. La commune ne s’est pas chargée de ce chantier d’égouttage. « La commune n’a pas initié ce chantier et on a insisté auprès de l’AIDE et la SPGE pour trouver un accord sur ces frais supplémentaires. Une solution s’est récemment dégagée et une réunion est programmée ce vendredi », tempère la bourgmestre.
 
« Qu’en est-il des fissures apparaissant sur certaines maisons ? », interroge Marie-Christine Warnant (Osez). « Aucun intervenant n’a prévu la réfection des trottoirs, or la commune a prévenu les services techniques des spécificités du sol, mais on n’a guère écouté nos remarques », déplore l'échevin des travaux. « Aux assurances d’intervenir et de constater ces fissures », suggère la bourgmestre. L’échevin des travaux table sur une reprise du chantier en mars, « car les centrales de tarmac ferment généralement du 15 décembre au 1er mars, mais tout dépend de la météo. »
 
Ce débat est intervenu après la mise en vente de matériaux issus de la rue des Combattants. « La commune dispose par exemple de pavés et les vend pour éviter une mise en décharge », annonce Michel Masset. Oreye propose ainsi 100 m² de pavés en béton, des dalles irrégulières, au prix de 10 euros par m² ainsi que 20 tonnes de mosaïques au prix de 200 euros la tonne. « Priorité est donnée aux Orétois » , rappelle-t-il. (article la Meuse J.M)

Commentaires