L’Orétois Olivier Maunaert brille avec son chien en Italie!

Capture36.JPG

Olivier Maunaert et son chien Keen, un border collie, reviennent d’Italie. Cet Orétois, accompagné de sa compagne et coach, sort d’une cinquième participation à l’European Open d’agility « et nous avons chaque fois atteint la finale », glisse-t-il. Fort d’une 31 e place finale dans un concours regroupant les 800 meilleurs chiens actifs dans cette discipline canine, Olivier Maunaert termine meilleur belge d’une compétition 2017 organisée ces 29 et 30 juillet en Italie.
L’habitant de Bergilers affiche une certaine déception.
 
Cinquième Coupe d’Europe
« J’ai commis deux fautes en finale et je suis déçu même si j’ai rempli mon objectif minimum, à savoir être en finale. Nous nous sommes classés en cinquième position, puis à la sixième place, sur 417, aux deux épreuves qualificatives le samedi. Je suis arrivé quatrième au cumul de ces deux premières manches. La finale s’est déroulée sur une manche, dimanche. Nous avons reconnu le parcours le matin, à 7 heures, puis nous nous sommes échauffées, nous avons préparé notre course et nous nous sommes élancés vers 18 heures avec une pression maximale », raconte-t-il. Beaucoup de spectateurs ont assisté à la prestation de l’Orétois, suivie par celle du gratin de l’agility. Olivier et Keen ont rivalisé avec les meilleurs mondiaux : « Au niveau du chrono, j’ai terminé le parcours à deux ou trois dixièmes de seconde du podium, mais des fautes m’ont pénalisé. J’ai effectué une prestation moins performante qu’à l’accoutumée, car je me suis souvent retrouvé un peu en retard par rapport au timing du chien. »
 
Pas de statut professionnel
Cette Coupe d’Europe reste la compétition préférée d’Olivier Maunaert : « C’est une ambiance particulière et l’événement regroupe un public de connaisseurs venus du monde entier. » Employé provincial, l’Orétois n’a pas le statut de professionnel de ses concurrents étrangers. « La différence se ressent surtout au niveau de la fatigue, car je travaille alors que certains se trouvent déjà en Angleterre pour la prochaine compétition. Je fais la route dans la nuit de jeudi à vendredi pour arriver la veille de la compétition tandis que mes concurrents s’acclimatent ou prennent leurs marques sur place. » Olivier Maunaert améliore sa condition physique : « Je m’entraîne avec Keen en rentrant du boulot alors que les professionnels répartissent ces séances sur une journée. Je reste attentif à ce que mon chien se sente toujours bien et je ne force jamais, car j’y suis attaché et l’affection prime sur tout le reste », souligne-t-il.
 
Sélectionné pour le Mondial organisé en octobre en Slovénie, Olivier Maunaert participe prochainement à une compétition britannique, puis à l’Open de Norvège. « Le mondial se déroule sur synthétique donc je cherche un club de football d’accord pour que je m’entraîne sur son terrain. »

Commentaires