Un nouveau numéro pour... les non-urgences: le 1722!

«  Lorsqu’il y a de grosses intempéries, il arrive que nous recevions plus de 500 appels en 24 heures  », explique Johann Falque, le directeur fonctionnel du centre de secours 112 de la province de Namur. «  Là, il y a vraiment un nombre trop important d’appels à traiter. Nous faisons tout pour décrocher dans les cinq secondes et nous y arrivons mais, dans ces moments-là, quand vous devez faire face à des dizaines d’appels simultanés, c’est un délai vraiment très difficile à respecter.  »

Durant des orages et des inondations, les centres doivent traiter jusqu’à cinq fois plus d’appels que d’habitude. Il est donc clair qu’ils sont demandeurs d’un nouveau numéro qui déchargerait le 112…

Ce numéro existe depuis aujourd’hui : c’est le 1722, comme nous vous l’avions déjà annoncé en primeur il y a quelques mois. Mais attention, uniquement après une alerte météorologique !

Nids de guêpes ? Non !

Mode d’emploi : sur la base d’un code orange ou rouge de l’Institut royal météorologique (l’IRM), le SPF Intérieur activera le numéro 1722. Les lignes seront ouvertes au minimum une heure avant l’arrivée de la tempête ou de l’orage et fermées 4 heures après la levée de l’alerte. L’activation du 1722 sera toujours annoncée dans les médias.

Ce numéro est donc réservé à toute situation très embarrassante, qui nécessite l’intervention des pompiers, tant qu’il n’y a pas d’alerte vitale : cave inondée, arbre tombé sur une clôture, une remise, un véhicule… sans personne à l’intérieur, cela va de soi.

Pour l’instant, le 1722 ne servira donc pas à signaler, par exemple, un nid de guêpes sous la corniche.

Ce seront toujours les opérateurs des centres 112 qui traiteront les appels au 1722, mais sur des lignes séparées, ce qui leur permettra de traiter d’abord les appels les plus urgents. En cas de tempête ou d’orage, les personnes qui appelleront quand même le 112 pour des interventions non urgentes seront dès lors invitées à former le 1722.

«  Le numéro sera ouvert sur tout le territoire, même si l’alerte ne concerne qu’une province  », précise Johann Falque.

112 surchargé : un décès

La décision du ministre de l’Intérieur d’activer ce numéro non urgent trouve son origine dans un cas dramatique qui s’est produit en Flandre-Orientale l’année dernière : «  Une personne a tenté de joindre le 112 lors d’un orage violent mais elle n’y est pas parvenue à cause des nombreux appels pour des cas d’inondation et des dégâts causés par la tempête  », raconte Jan Jambon (N-VA). «  Cette personne est ensuite décédée. C’est une situation inacceptable pour moi. Une personne dont la vie est en danger doit toujours avoir la priorité. C’est pourquoi j’invite la population à former le 1722 si elle a besoin du secours des pompiers sans que la vie d’une personne soit menacée, et surtout d’attendre patiemment leur arrivée. Ils analysent les situations au cas par cas et déterminent qui doit être secouru en premier.  »

Appeler le 1722 deviendra dès lors aussi une question de civisme…

Article de Didier Swysen

Commentaires