• Chez nous en Hesbaye: « Une moisson de l’orge plus précoce »

    Capture.JPG

    Les moissonneuses sortent. Les agriculteurs récoltent l’orge et l’escourgeon plus tôt que d’habitude. Après les fortes chaleurs, la pluie aide au développement du froment qui sera moissonné dans quelques semaines. 

    La météo impacte les cultures. Les fortes chaleurs du mois écoulé et les pluies de ces derniers jours influencent les dates des moissons. Si la moisson du froment ne commence pas avant la mi-août, celle de l’escourgeon débute en avance. « On moissonne nettement plus tôt que d’habitude. Il faut remonter à 1976 pour trouver date d’un début de récolte aussi précoce », témoigne Bernard Kersten. Ce Faimois, conseiller à la Fédération Wallonne de l’Agriculture, rappelle que les cultivateurs récoltent l’escourgeon et l’orge d’hiver plus tôt que le froment: « La période avance d’année en année, à cause du changement climatique. La date dépend des conditions météorologiques et quelques-uns commencent à moissonner car l’escourgeon est jaune, mais on est une dizaine de jours plus tôt que d’ordinaire. La moisson du froment intervient mi-août. »
    Il existe deux conditions sine qua non pour moissonner : un grain à maturité et un temps sec. « Il faut récolter un grain sec, car l’humidité empêche sa conservation. On vise un taux d’humidité de 15% maximum pour moissonner. Ventiler, voire sécher, la récole constitue une possibilité, mais cette solution demeure coûteuse », indique Bernard Kersten.
     
    Les agriculteurs bio récoltent généralement en premier lieu. La moisson de l’escourgeon et de l’orge d’hiver dure deux à trois semaines, tandis que la moisson du froment intervient dans le courant du mois d’août. Le conseiller de la FWA se montre très prudent sur la qualité des premières récoltes : « Le poids spécifique est le seul critère. Pour le froment, la sécheresse n’apporte rien, car le grain se situe déjà dans l’épi et la chaleur court-circuite le transfert des matières vers le grain, il y a des risques d’échaudage d’autant que le froment arrive trop vite à maturité. »
     
    Du côté de la ferme Destexhe, à Verlaine, on commence à moissonner l’escourgeon, « mais il est trop tôt pour tirer un vrai bilan, même si l’orge semble légère en raison d’un printemps très sec. » Il ne cultive pas de froment, mais le fils Destexhe garde un oeil avisé sur la météo : « La pluie peut rattraper cette période de sécheresse exceptionnelle et il reste encore un mois pour que le froment arrive à maturation. On a certes besoin de pluie pour les cultures, mais il faut espérer un temps sec dans un mois, au moment de moissonner le froment.»