Animaux

  • Oscar, ce petit chat a disparu depuis plusieurs jours du quartier du Broek à Otrange.

    Capture2.JPG

    Ce petit chat "sauvage" a disparu depuis plusieurs jours du quartier du Broek à Otrange. Il répond au nom d'Oscar.

    Oscar a retrouvé son domicile. Merci pour votre aide!

  • Ce petit chat a disparu de son domicile de la rue du Geer à Bergilers depuis le 17 janvier 2018. Avis de recherche.

    Capture2.JPG

    Ce petit chat a disparu de son domicile de la rue du Geer à Bergilers depuis le 17 janvier 2018.

    Contact: 0496.46.13.73

    Capture.JPG

  • Ce chat a disparu depuis le 30 décembre 2017 de son domicile de la rue des Combattants.

    Capture2.JPG

    Ce chat a disparu depuis le 30 décembre 2017 de son domicile, rue des Combattants, 94 à Oreye. Si vous l'apercevez, merci de contacter son propriétaire au 0497/817499

  • Bientôt en Wallonie: un autocollant pour sauver nos animaux.

    Capture.JPGBonne nouvelle pour tous les amis des animaux. La Région wallonne compte éditer un autocollant ainsi qu’une carte spéciale qui les concernera au plus près, en 2018. C’est le ministre en charge de la Protection des animaux, Carlo Di Antonio (cdH), qui l’a annoncé au Parlement wallon dans une réponse à deux députés publiée ce jeudi.
     
    Ils partaient de deux initiatives intéressantes. La première a été lancée par la Région bruxelloise en octobre et est en cours de finalisation. Développée par les secrétaires d’État Cécile Jodoigne (Défi) et Bianca Debaets (CD&V), elle passera par la distribution d’un autocollant à apposer sur une fenêtre ou la porte extérieure de son domicile pour signaler qu’y vivent des chiens, des chats ou encore des oiseaux.
     
    L’intérêt ? Prévenir les pompiers ou les ambulanciers de la présence de ces petits compagnons à l’intérieur de l’habitation. Cela peut par exemple s’avérer très utile en cas d’incendie, pour indiquer aux hommes du feu que, même si les résidents sont absents, leurs amis à deux ou quatre pattes sont encore à l’intérieur et qu’il faut tout faire pour les sauver également.
     
    Cela peut aussi leur servir à anticiper un stress dû à l’incendie, qui rendrait cet animal potentiellement dangereux durant leur intervention. Cet autocollant bruxellois est en cours de finalisation. Nous en publions le prototype ci-contre.
     
    Une carte et un parrain
    La deuxième initiative circule pour sa part sur Internet. Il s’agit d’une petite carte à glisser dans son portefeuille pour indiquer qu’on a des animaux domestiques chez soi. De la sorte, en cas d’accident grave, les secours peuvent veiller à les faire nourrir, d’autant que la carte permet de désigner parmi ses connaissances un parrain qui pourrait s’en charger.
     
    Interpellé sur ces deux idées, Carlo Di Antonio a donc annoncé qu’il allait demander à son administration de mettre sur pied un autocollant ainsi qu’une carte qui seraient communs à tous les Wallons. Cela verra le jour en 2018 et s’accompagnera d’ « une campagne de sensibilisation à leur utilisation auprès du grand public » .
    « Dans des circonstances particulières, il se peut effectivement qu’un propriétaire ne puisse apporter les besoins nécessaires aux animaux dont il est responsable s’il est absent de son domicile » , argumente Carlo Di Antonio, en saluant les initiatives dont il entend donc s’inspirer.
     
    Les dernières statistiques en date indiquent que les ménages wallons détiennent au total 680.000 chiens et 897.000 chats, ce qui fait des habitants du sud du pays les plus gros détenteurs du pays de ces compagnons par habitant.

  • Chez nos voisins: un Remicourtois responsable de la mort d’un taureau.

    Capture4.JPG

    Les tontes de pelouse, les ifs ou encore le buis et le thuya, c’est bien connu, sont des essences toxiques pour le bétail. En cas d’ingestion en grande quantité, elles peuvent entraîner la mort. En 2015, un fermier de Remicourt en a fait la triste expérience avec un de ses taureaux. Il a décidé de porter l’affaire devant le tribunal civil de Liège, division Huy où il vient d’obtenir réparation. La justice lui a accordé un dédommagement de 4.000€. 

    Le taureau décédé le 23 septembre 2015 était un des quatre taureaux reproducteurs de Bernard, un fermier de Remicourt qui exploite une ferme d’engraissement. C’était un beau spécimen de la race Blanc-Bleu-Belge, de 1.000 kilos, âgés de 4 ans et demi, soit l’âge idéal pour la reproduction. Son cadavre a été retrouvé étendu au milieu de la prairie.
     
    Sur base du rapport du vétérinaire, la mort du taureau a été attribuée, avec un fort taux de probabilité, à l’ingestion de végétaux toxiques (buis, thuya et lavande notamment) tombés dans le pré lors de la taille d’automne effectuée par le voisin. Comme ce dernier contestait sa responsabilité, le fermier a décidé de porter l’affaire devant le tribunal civil de Liège (division Huy) où il espérait obtenir réparation. Ce qu’il a remporté partiellement.
     
    Défendu par M e Alain Lebrun de Grivegnée, spécialiste en Droit de l’Urbanisme et de l’Environnement, l’éleveur remicourtois demandait 5.000 € à titre de remboursement du dommage subi par la mort de son taureau et 3.550 € correspondant à la valeur du taureau qu’il a dû acheter pour assurer les saillies de l’année.
     
    Le tribunal lui accorde la valeur du taureau, légèrement majorée (4000 au lieu de 3.550 €) au prétexte que l’animal acheté est un peu plus âgé que celui qui est décédé et que, par conséquent, « il ne pourra assurer les saillies aussi longtemps que le taureau qu’il remplace aurait pu le faire », note le président.
     
    L’intervention d’une tierce personne écartée
    Dans son jugement favorable au fermier, le tribunal s’est appuyé sur le rapport du vétérinaire « qui établit à suffisance que le taureau est décédé suite à l’ingestion des végétaux toxiques, seule explication probable pour un animal mort en bonne santé », écrivait l’expert.
     
    Dans sa défense, le voisin faisait valoir la possibilité qu’une tierce personne qui aurait pu déposer ses tailles dans le pré. « Ces dénégations ne résistent pas à l’examen », estime le tribunal qui évoque la similitude entre les végétaux retrouvés dans le rumen (le premier et le plus volumineux des 3 pré-estomacs, NDLR) de l’animal et ceux provenant de chez le voisin.
     
    Le tribunal rappelle également que le voisin a reconnu avoir déposé des déchets verts dans le talus qui lui appartient, entre le muret et la clôture. « Le fait que le thuya et le buis, dont la toxicité pour les animaux est bien connue, aient été placés par le voisin dans le talus voisin de la prairie dans laquelle il était habituel que paissent les bovins constitue une faute dans le chef de ce dernier dès lors qu’il savait que même si ces végétaux étaient sur sa propriété, les animaux voisins pouvaient y accéder », conclut le tribunal pour établir la responsabilité du voisin du fermier. (Article la Meuse du jour M-C G)
  • Aiko, ce chien a quitté son domicile ce 7 décembre vers 12h00. L'avez-vous vu?

    Capture512632.JPG

    "Aiko, ce chien a quitté son domicile ce 7 décembre vers 12h00.
    Il a 3 mois et est roux.
    Race: Shiba inu
    Très très peureux
    Aperçu vers Otrange (Oreye)
    0499 61 81 67"

    (Message du propriétaire)

    Chien retrouvé. Merci pour votre aide!

  • Sauvetage d'une oie sauvage à Lens-sur-Geer grâce à un riverain et aux ouvriers communaux.

    Capture.JPG

    Fin octobre, une oie sauvage (Bernache) errait depuis 2 jours sur la rue Louis Maréchal et dans le champ situé entre l'entreprise Balaes et le chemin qui descend vers la boulangerie. Était-elle perdue? Epuisée? Blessée par des chasseurs?

    Se reposant régulièrement dans la rigole au bord de la rue Louis maréchal et faisant des incursions régulières sur la route, elle obligeait les conducteurs à freiner ou à se déporter : ses jours étaient donc comptés.

    En croisant Marie-Lise, ouvrière à la voirie communale, qui rentrait en fin de journée avec le tracteur-tondeuse, un habitant de la rue lui demanda ce que l'on pouvait faire. Sans hésiter, elle lui répondit qu'après avoir rentré le matériel, elle reviendrait en fin de service avec des collègues et du matériel pour tenter d'attraper l'animal et le conduire à la réserve naturelle.

    Quelle ne fut pas la surprise du riverain lorsqu'il la vit arriver avec tous ses collègues. Ceux-ci, au lieu de rentrer immédiatement chez eux après journée, étaient venus pour prêter main forte.

    Ils étaient dès lors suffisamment nombreux pour attraper l'animal et le conduire en lieu sûr.

    Remercions donc les ouvriers communaux pour ce beau geste!

  • Stérilisation et enregistrement des chats: du neuf dès ce 1er novembre en Wallonie et à Bruxelles!

    Capture.JPG

    Dès ce 1er novembre, votre chat devra être stérilisé et enregistré, que ce soit en Région wallonne ou en Région bruxelloise. La législation évolue. Mais, il ne faut pas courir tout de suite chez votre vétérinaire … il y a des périodes de transition

    Tous les chats nés dès ce 1er novembre devront être stérilisés. En Wallonie, ce devra être fait avant ses 6 mois.

    En Wallonie, vous avez jusqu’au 1 janvier 2019 pour le faire stériliser et en Région bruxelloise, la stérilisation est obligatoire avant le 1 janvier 2018. La Flandre n’a pas encore pris de mesures pratiques.

    Et si vous désirez que votre chatte ait une portée, vous devrez disposer d’un agrément en tant qu’éleveur occasionnel. Avec une possibilité de s’inscrire via internet sur ce site (Wallonie). 

    La stérilisation est pratiquée par un vétérinaire. Comptez en moyenne 75 euros pour un chat mâle et 150 euros pour une femelle.

    Mais la stérilisation ne va pas sans identification. Le coût de l’identification et de l’enregistrement s’élève environ à 50 euros (coût de la "puce" et de la visite chez le vétérinaire). (Info du site "On est pas des Pigeons)

     

  • Ce chien se promène tout seul dans l'entité de Lens-sur-Geer (Oreye). A qui appartient-il?

    Capture333.JPG

    Ce chien se promène tout seul dans l'entité de Lens-sur-Geer (Oreye).

    Il a été vu à 12h00 rue sur les Tiers.

    A qui appartient-il?